Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire et historiographies du « XVIIe siècle français »

Christian Jouhaud
p. 291-292

Texte intégral

Christian Jouhaud, directeur d’études

Écriture et événement et Littérature, histoire, polémiques (1580-1720)

1Le séminaire de cette année s’est organisé autour de la question des rapports entre écriture et action. Ce thème large a fédéré plusieurs chantiers, les uns presque achevés, les autres juste commencés. Dans tous les cas, l’attention a été portée sur les acteurs et leurs actions (actions d’écriture, actions périphériques à l’action d’écriture, actions dans lesquelles l’action d’écriture est englobée ou mobilisée). On a, dans la mesure du possible, croisé les actions d’écriture et les positions sociales : qu’est-ce qu’agir par l’écriture en tant que prélat, noble révolté, valet de chambre du roi, secrétaire, etc. ? De là ensuite la tentative d’appréhender ce que les actions d’écriture disent sur les possibilités et les contraintes des différents statuts (ce que le passage par l’écriture rend visible de l’action des acteurs sociaux et ce que ces actions, liées à l’écriture, laissent voir des possibilités propres de l’écrit comme vecteur d’action). Le point de vue de l’action conduit à considérer tous les « scripteurs » étudiés comme des auteurs. Qu’en est-il alors des auteurs professionnels ? Quelles spécificités pour leurs actions d’écriture ? Les problématiques de l’action rendent en fait le statut d’auteur instable. Mais la projection d’un statut d’auteur sur tout producteur d’écrit investi dans une action d’écriture (une action par l’écriture) brouille aussi le statut des textes qui apparaissent alors comme relevant de la catégorie du « quasi » : quasi juridiques, quasi théologiques, quasi administratifs, quasi littéraires, etc. Le « quasi » introduit en fait une dimension fictionnelle dans les pratiques socialisées de l’écrit. Ce brouillage des frontières conduit aussi à relire certains textes de la littérature canonique pour y chercher ce qui vient des langages socialement constitués ailleurs et observer comment ceux-ci conservent ou ne conservent pas leurs moyens spécifiques d’action dans ces situations particulières d’emploi ou de réemploi. La question de la ressaisie subjective, par l’écriture, des contraintes sociales a également été abordée.

2Les dossiers travaillés ont été construits autour d’une œuvre, d’une notion ou d’une position, de figures d’auteurs, ou de situations d’affrontements polémiques. Cinq séances ont été consacrées aux « mémoires » de Marie Dubois, valet de chambre de Louis XIV. Après avoir restitué l’histoire éditoriale de ce texte étrange, on a réfléchi successivement aux « effets de présence » dont il paraissait porteur, aux tactiques de construction de l’espace et du temps et à leur signification sociale, aux formes d’apparition de l’écrit dans le texte de Dubois (et aux récits de ses usages), aux territoires de l’action et à la construction de l’urgence, enfin aux mises en scènes du corps du roi et du dauphin. Jean-Pierre Cavaillé a étudié des cas d’actions équivoques dans l’écriture des libertins. Alain Viala s’est attaché à la notion d’intérêt, à l’invention scripturaire de l’intérêt et de l’intéressant comme condition et comme effet de la production et de la réception littéraires de l’écrit. Michèle Longino (Duke University) a présenté un cas de récit de voyage en Turquie au milieu du XVIIe siècle. Deux séances ont tenté de cerner les rapports spécifiques à l’action et à l’inaction de deux formes littéraires, le dialogue fictif (Claire Cazanave) et l’anecdote (Maria Neklioudova, Université de Moscou). Nicolas Schapira a proposé une séance centrée sur la position de secrétaire. Michèle Virol (IUFM de Paris) a évoqué les récits de siège pendant les guerres louisquatorziennes, Hélène Fernandez des récits de l’action justicière de Louis XIII en Languedoc (1632) et Tatiana Baranova l’écriture diffamatoire pendant les guerres de religion. La construction des figures d’auteur dans les écrits de Boisrobert a donné lieu à un exposé d’Anastasia Iline, alors que Mathilde Bombart rouvrait le dossier de la querelle des lettres de Guez de Balzac, Déborah Blocker et Elie Haddad celui de la querelle du Cid, Christoph Mayer (Université de Dresde) celui de la querelle des anciens et des modernes. Enfin, avec Dinah Ribard, on a tenté de comparer les constructions de l’action dans des sermons et dans des lettres de Fénelon.

3D’autre part six séances ont été consacrées à des questions d’historiographie. On a proposé une relecture du livre de Philippe Joutard sur La légende des camisards en la prolongeant par l’analyse comparée de textes de fiction et de discours écrits par André Chamson. On a travaillé également sur le livre de Nathan Wachtel, La foi du souvenir, en croisant sa lecture avec celle des comptes rendus qui l’ont commenté, et sur le livre de Lucette Valensi, La fuite en Égypte. Anne Martin-Fugier a traité de Mérimée inspecteur général des monuments historiques et, tout particulièrement, des rapports entre écriture administrative, correspondance et fiction. Guiomar de Grammont (Université de Ouro Preto) est venue présenter un dossier sur l’historiographie du baroque brésilien autour de la construction de la figure d’Aleijadinho comme « héros colonial » et Torfi Tulinius (Université de Reykjavik) en a présenté un sur l’historiographie des sagas.

Publications

  • « Lampoons in 17th Century France : from action to publication », Aurifex, Goldsmith University of London, vol. 2, 2002, publication électronique.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jouhaud, « Histoire et historiographies du « XVIIe siècle français » », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 291-292.

Référence électronique

Christian Jouhaud, « Histoire et historiographies du « XVIIe siècle français » », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16327

Haut de page

Auteur

Christian Jouhaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals