Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine

Christophe Prochasson et Anne Rasmussen
p. 305-307

Texte intégral

Christophe Prochasson, directeur d’études
Anne Rasmussen, maître de conférences à l’Université de Strasbourg-I

L’autre front de la Grande Guerre

1Que la compréhension de la guerre se façonne au plus près de l’expérience du front et de la singularité des parcours individuels et collectifs des combattants, tel a longtemps été l’angle mort d’une historiographie de la Première Guerre mondiale surtout préoccupée de macro-analyses militaires, politiques et économiques. Depuis deux décennies, les objets de recherche se sont transformés et la plus grande attention a été apportée aux conditions du combat d’une part, aux phénomènes de totalisation du conflit à l’ensemble des sociétés européennes d’autre part. Il nous a semblé utile, à la lumière de ces acquis récents, de revisiter la notion d’« arrière » que le regain d’attention pour le front risquait à son tour de reléguer dans l’ombre. La langue anglaise a retenu le terme de « home front » pour désigner l’arrière et souligner la continuité entre les deux zones. C’est dans cette perspective que s’est inscrit le séminaire, qui a tenté de mettre en valeur combien les deux notions de front et d’arrière, dont la distinction fut des affirmations majeures du conflit, se construisaient en interaction constante et fluctuante, qu’elles donnaient lieu à la définition d’identités aux frontières instables qu’il convient d’historiciser en les questionnant dans la longue durée du conflit, dans les différents lieux où la guerre prend place, voire dans l’histoire qui s’élabore par la suite. La notion d’arrière est façonnée par des pratiques, définies par la répartition des rôles à jouer dans le « sacrifice », par des discours développés à tous les niveaux de la société, et par des représentations. Celles-ci obéissent surtout à des critères de distinction, comme en témoignent les couples antonymes qui travaillent la notion : « poilu » versus « embusqué », « martyr » versus « profiteur », « combat » versus « divertissement » et peut-être aussi « homme » versus « femme ».

2Le séminaire a poursuivi le fonctionnement institué l’an dernier, consistant en demi-journées d’étude qui autorisent des séances thématiques, introduites par un exposé historiographique et poursuivies par l’analyse de documents et par la contribution de l’auteur de travaux récents sur le sujet retenu.

3Six principaux thèmes ont été étudiés. Le séminaire est d’abord revenu sur les acquis de l’histoire sociale qui, il y a vingt-cinq ans, avait avec succès ouvert le chantier de « l’autre front ». On s’est interrogé avec Laura Lee Downs, à partir de son livre sur la division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre, sur les pistes qu’offre aujourd’hui l’histoire du genre pour pratiquer une authentique relecture des notions de mobilisation combattante et de mobilisation productive. Une deuxième séance a été consacrée au feuilletage de groupes sociaux et de communautés sous-jacents à la notion d’arrière, dans le contexte de la totalisation de l’effort de guerre où seule la communauté nationale prend sens ; l’étude de cas a porté ici sur la « communauté » juive dans la guerre, autour d’une exposition de l’Historial de Péronne et des travaux de Dorothea Bohnekamp. Le séminaire a poursuivi cette réflexion sur la manière dont la notion d’arrière rompt avec la grille de lecture exclusivement nationale en interrogeant son ancrage territorial, quand des pays entiers peuvent être considérés comme un arrière de la guerre (l’Angleterre), ou au contraire comme une zone de front (la Belgique). C’est l’exemple de la Belgique qui a été développé, avec Sophie de Schaepdrijver qui a permis de redonner toute sa dimension problématique à la notion d’ »occupation » et aux systèmes complexes de « loyauté » qui associent les populations civiles à l’effort de guerre et qui redéfinissent l’investissement combattant. Un autre front a ensuite été examiné, celui de la « privacy », du for intime qui subit les bouleversements dus au conflit, et qui contribue en retour à transformer les liens qui unissent, ou séparent, l’arrière du front. Jean-Yves Le Naour a exposé à cette occasion les résultats de son travail sur les effets de la guerre sur la morale sexuelle. Une séance a approfondi la manière dont se construisent mutuellement les notions d’arrière et de front en mettant en valeur la porosité des catégories des populations civiles et populations militaires, et en s’interrogeant sur les identités auxquelles elle donne naissance. Les travaux d’Emmanuelle Cronier sur les permissionnaires à Paris et ceux de Yael Dagan sur la démobilisation des intellectuels, ont ainsi permis de mettre l’accent sur l’incertitude associée à l’état de guerre, et sur les modes de connaissance qui en découlent. Enfin le séminaire a terminé son parcours en mettant en exergue les représentations de l’arrière, dont les images cinématographiques fournissent un point de vue exceptionnel. Les travaux de Laurent Veray sur la construction des images du front comme de l’arrière ont fourni une conclusion particulièrement instructive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, « Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 305-307.

Référence électronique

Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, « Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16333

Haut de page

Auteurs

Christophe Prochasson

Articles du même auteur

Anne Rasmussen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals