Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Socio-histoire des relations de pouvoir

Gérard Noiriel et Michèle Riot-Sarcey
p. 312-314

Texte intégral

Gérard Noiriel, directeur d’études
Michèle Riot-Sarcey, professeur à l’université de Paris-VIII

1Cette année le séminaire a été scindé en deux parties, en application de l’échange de postes conclu entre l’EHESS et l’Université de Paris-VIII de février 2003 à février 2004. Le lien entre les deux enseignements a néanmoins été assuré grâce à un atelier mensuel de lectures sur l’histoire des relations de pouvoir, mené conjointement.

L’« étatisation des relations de pouvoir » : l’exemple de la nationalité (Gérard Noiriel)

2Compte tenu du caractère semestriel de cet enseignement (novembre 2002 à février 2003), un seul thème de réflexion a été retenu cette année : celui de la nationalité. Ce concept défini par les juristes comme « l’appartenance des individus à la population de leur État » pose de manière centrale la question du lien social dans les sociétés structurées par l’État-nation. Pour l’aborder de la façon la plus concrète possible, nous avons tenté de répondre à la question suivante : en quoi la nécessité d’avoir une nationalité a-t-elle affecté les pratiques individuelles et les identités sociales depuis le XIXe siècle ? La confrontation des formes historiques particulières prises par l’institutionnalisation du lien d’appartenance à l’État selon les contextes (notamment en France, en Allemagne et aux États-Unis) a permis de montrer qu’au-delà des différences entre définitions « française », « allemande » ou « américaine » de la nation, l’imposition du lien national avait eu des conséquences sociales communes à tous ces pays. Deux conférenciers extérieurs sont venus cette année présenter leurs travaux. La discussion avec Peter Sahlins (Université de Berkeley) a permis de montrer le rôle que l’État monarchique a joué, dès le XVIIe siècle, dans l’invention du concept de nationalité et sa mise en œuvre administrative. La conférence de Patrick Weil (CNRS) a montré l’apport de l’histoire politique à la réflexion sur le sujet.

3Les trois séances de l’atelier de lectures qu’a animées Gérard Noiriel ont été consacrées à trois sociologues qui ont fortement contribué au développement de la socio-histoire de l’État : Max Weber, Norbert Elias et Pierre Bourdieu.

Publications

  • Penser avec, penser contre, Paris, Belin (« Socio-Histoires »), 2003, 311 p.
  • « La République des étrangers », dans Dictionnaire de la République, sous la dir. de C. Prochasson et V. Duclert, Paris, Flammarion, 2002.
  • « 20 ans après », Préface à la réédition des Ouvriers dans la société française, Paris, Le Seuil (« Points »), 2002.
  • « Comment on récrit l’histoire. La question du temps dans les “Écrits sur l’histoire” de Fernand Braudel », Revue d’histoire du XIXe siècle, printemps 2003.

Genre et politique : l’expérience du XIXe siècle (Michèle Riot-Sarcey)

4Nous écartant des chemins balisés par l’histoire des femmes, nous avons préféré utiliser le genre comme outil d’analyse et interroger les sources en amont de ce qu’il est convenu d’appeler les données de l’histoire. En d’autres termes nous avons voulu comprendre comment la catégorie du féminin avait été construite au XIXe siècle ; comment cette représentation à la fois symbolique et concrète s’insérait dans l’ensemble des règles du système de la représentation politique dont un des piliers repose sur la hiérarchie familiale ; et enfin comment les individus au féminin, jamais, ne pouvaient apparaître comme sujets de l’histoire. Au cours des séances du séminaire, nous nous sommes efforcés de rendre compte des recherches des plus classiques comme des plus récentes dans le domaine du genre, principalement en France et aux États-Unis, notamment sur les théories politiques (travaux de Joan W. Scott et de Judith Buttler, par exemple) jusqu’aux réflexions récentes sur les théories Queer. Dans cet esprit, nous avons invité Eleni Varikas, première historienne à avoir introduit le concept de genre en France qui nous a présenté ses derniers travaux sur la question de l’expérience. Au cours de plusieurs conférences données au Centre Marc-Bloch à Moscou en mai et à l’Université de Reykjavik en juin, nous avons pu constater l’intérêt manifesté par des étudiants et des chercheurs pour cette méthode d’analyse. Nous poursuivrons cette réflexion l’an prochain sur l’écriture de l’histoire à travers les discontinuités qui sera complétée par l’organisation d’un colloque sur le même thème : les « discontinuités en histoire », en collaboration avec l’EPHE ; colloque initié par notre groupe de recherche Paris-VIII sur l’histoire intellectuelle.

5Les séances bimensuelles de lectures, communes à Gérard Noiriel et à moi-même, nous ont permis de travailler sur des textes de théoriciens de l’histoire comme Walter Benjamin et Michel Foucault. La séance centrée sur les travaux que ce dernier a consacrés à la question du sujet a permis de montrer comment l’historien pouvait faire usage des analyses conceptuelles du philosophe, autrement et bien au-delà des références traditionnelles de bas de page.

Publications

  • Dir., « Temps et histoire », Revue d’histoire du XIXe siècle, juillet 2003.
  • « Les effets de la Révolution. Ou le devenir des promesses révolutionnaires », Autrement, septembre 2003.
  • Citizenship and equality of the sexes : the French model in question, Cambridge University Press, septembre 2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Noiriel et Michèle Riot-Sarcey, « Socio-histoire des relations de pouvoir », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 312-314.

Référence électronique

Gérard Noiriel et Michèle Riot-Sarcey, « Socio-histoire des relations de pouvoir », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16338

Haut de page

Auteurs

Gérard Noiriel

Articles du même auteur

Michèle Riot-Sarcey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals