Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Pratiques et discours de l’Antiquité tardive

Jean-Michel Carrié
p. 319-321

Texte intégral

Jean-Michel Carrié, directeur d’études

Problématiques de la « transition » : de l’Antiquité tardive aux mondes médiévaux

1Durant la première partie de l’année, on a analysé l’évolution du regard porté par les Romains sur les barbares et les premières entreprises d’autoreprésentation des barbares. La peinture des Germains, chez Tacite, archétype de l’ »ethnographie » romaine – ou de ce qui en tenait lieu – procède moins d’un intérêt anthropologique que d’une intention polémique à usage interne : opposer à la déchéance morale des Romains la pureté de ces êtres frustes mais non corrompus par une civilisation délétère. Cinq siècles plus tard, semblable sera la stratégie rhétorique retenue par Orose ou Salvien sommés – tâche délicate – de justifier une Providence divine qui donnait la victoire et les terres de l’Empire à des barbares païens ou, au mieux, hérétiques, aux dépens de Romains chrétiens et orthodoxes. L’idéalisation morale de ces « bons sauvages » – jusqu’à la caricature – ôte toute valeur historique à des textes que leur intentionnalité désespérément apologétique et leur rhétorique du paradoxe détournent d’une vision ethnographique dont l’invention, du reste, demandera des siècles. Même dans les textes où Sidoine Apollinaire exprime la réaction de la tradition romaine confrontée aux nécessités d’une cohabitation soumise – textes à lire entre les lignes, voire chiffrés pour certains d’entre eux – la perception des réalités passe à travers le filtre des « topoi » culturels, tacitéens en particulier. Quant aux « histoires nationales » dont les souverains germaniques ont passé commande à des lettrés romains ou barbares acculturés (Histoire des Goths de Jordanes, De laude Hispaniae d’Isidore de Séville), leurs modalités d’élaboration excluent qu’ils aient pu opérer la récupération écrite d’une mémoire nationale orale : le modèle narratif de la légende énéenne et le schéma biblique d’origine des gentes imposaient un cadre conceptuel et une matrice discursive guidant le choix même des contenus. Dans ce processus éminemment politique d’ethnogenèse, c’est le présent qui crée le passé, et non pas le contraire.

2Autre question abordée : le mode d’établissement des groupes germaniques sur le territoire romain, objet de débats suscités par les propositions interprétatives de W. Goffart, puis de J. Durliat. Même si le rapport traditionnellement admis entre le régime de l’hospitalitas et l’hospitlum romain demande à être réétudié, c’est aller contre l’évidence des textes (Cassiodore, Procope, Leges Burgundionum, etc.) que de vouloir y lire l’attribution aux guerriers germaniques d’une part des revenus de terres romaines, voire leur produit fiscal, et non pas de la propriété même de ces terres, au terme d’opérations de partage dont nous est discrètement signalé le caractère politiquement sensible et techniquement complexe, faute de précédents juridiques (les confiscations romaines antérieures avaient procédé plus brutalement).

3Dans la deuxième partie de l’année, la problématique « rupture vs continuité » a été appliquée à « la fin » de la civilisation citadine et de la vie urbaine antiques. L’enquête partie du riche matériel réuni et analysé, pour l’Orient, par Avshalom Laniado a été élargie à la documentation occidentale. On a cherché en particulier à préciser la chronologie du phénomène de différenciation interne du milieu curiale, depuis le Haut-Empire jusqu’à l’émergence des principales et propoliteuomenoi du ive siècle, frange supérieure à laquelle ont été réservées les prérogatives décisionnelles, la désignation aux charges (munera) et aux fonctions de defensor et de curator. Cette évolution aboutit, au VIe siècle, à une redistribution des fonctions dirigeantes de la cité entre Église, propriétaires de grands domaines et « corporations » citadines. Concernant le titre de possessor qui, à partir du Ve siècle, figure à côté des curiales ou se substitue à eux, cette appellation pourrait avoir désigné les possesseurs de domaines ruraux ayant aussi longtemps que possible échappé aux dépenses municipales, mais finalement « rattrapés » pour partager celles-ci avec les curiales.

4L’édit d’Athalaric, Variae IX, 2, comme les attestations tardives de bouleutes dans certaines cités d’Orient (parfois jusqu’au VIIIe siècle) conduisent au constat d’une grande variété dans la résistance locale de la vie municipale, jusque dans une même province (en ce sens, Oxyrhynchos est un cas extrême de dissolution du milieu curiale). Aucun empereur, Anastase compris, n’a songé à supprimer les sénats municipaux. Le pouvoir central n’a pas ménagé ses efforts pour sauver, autant et aussi longtemps que possible, des pouvoirs locaux qui lui étaient indispensables.

5Des multiples questions abordées par la « troisième heure », on retiendra plus particulièrement la floraison des littératures techniques, si typiques de la fin de l’Antiquité ; la réévaluation des capacités technologiques du monde romain ; les problèmes du ravitaillement constantinopolitain, à la rencontre de l’histoire économique, institutionnelle, géostratégique et politique, en dégageant le rôle important du marché libre en partie alimenté par la revente du blé fiscal aux transporteurs. Patrizia Serafin, professeur à l’Université de Rome-II (Tor Vergata) et directeur d’études associé à l’EHESS, a tenu une conférence sur « La moneta a Roma : riflessi dal Tevere ».

6Concernant nos activités extérieures au séminaire, notre participation à des colloques et nos publications d’une année particulièrement dense à tous ces égards, nous renvoyons au site Web de l’École, une fois qu’en aura été achevée la rénovation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Carrié, « Pratiques et discours de l’Antiquité tardive », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 319-321.

Référence électronique

Jean-Michel Carrié, « Pratiques et discours de l’Antiquité tardive », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16344

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Carrié

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals