Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Économie et société dans le monde romain

Jean Andreau
p. 321-323

Texte intégral

Jean Andreau, directeur d’études

Le livre de comptes agricole de Kellis (IV siècle ap. J.-C). L’esclavage dans la Rome archaïque

1La première partie de l’année a été consacrée au livre de comptes agricole de Kellis, trouvé dans l’oasis de Dakhleh, à l’ouest du Nil et à la latitude de Louqsor, et datant du IVe siècle – probablement des années 361-364 ap. J.-C. C’était un registre comptable fait de huit feuilles de bois d’acacia, très longues et étroites, reliées entre elles. Ces huit feuilles portent en tout 1874 lignes d’un texte écrit à l’encre (une cinquantaine de lignes par colonne ; chaque page comprend deux colonnes), et qui concerne trois années consécutives. Le registre était tenu par un intendant de domaine agricole dont nous conservons le titre (pronoètès), mais pas le nom. Il y notait les redevances en nature que lui devaient des tenanciers (blé, orge, paille, foin, figues sèches, navets, vin doux, poulets, huile, olives, etc.). Les redevances étaient fixes, et non pas proportionnelles à la récolte. L’intendant notait aussi les dépenses engagées par lui dans le cadre de son travail et les stocks dont il disposait. Les encaissements et débours sont présentés année par année ; cela suppose l’existence d’un autre document qui servait de « journal » à l’intendant, et dont, chaque année, il transcrivait les résultats globaux sur le registre. La superficie de l’exploitation dont il avait la charge s’élevait probablement à une quinzaine d’hectares. Cette exploitation appartenait à un certain Faustianos, fils d’Aquila, qui ne résidait pas sur place, et qui, probablement, possédait (à Kellis ou ailleurs) d’autres domaines plus ou moins analogues.

2Le texte est très intéressant. Il renseigne sur les produits cultivés dans cette oasis, où les chutes de pluie étaient très rares, – sur l’onomastique –, sur les méthodes comptables. Il donne aussi des informations sur les modalités des redevances, et invite à des interrogations sur l’organisation du domaine, surtout si on le compare à d’autres dossiers comme celui d’Héroninos, ainsi que sur le statut des tenanciers. Nous avons examiné en détail toutes ces questions.

3Dans la seconde partie de l’année, une autre série de séances a été consacrée à l’esclavage dans la Rome archaïque (VIIIe-IVe siècles av. J.-C). Les textes latins et grecs des périodes postérieures font souvent état de l’existence de l’esclavage dès la fondation de Rome et au cours des premiers siècles de son histoire, et l’étude détaillée des diverses sources disponibles montre que cette existence est assurée, malgré les doutes de certains historiens (Fr. De Martino). Mais les esclaves, à ces époques, n’étaient sûrement pas très nombreux, et il n’est pas du tout certain qu’ils aient travaillé dans l’agriculture. C’est aux IVe et au IIIe siècles av. J.-C. que tout change, et que s’installe ce qu’on peut appeler l’esclavage « classique » ou « commercial ». Le statut de l’esclave archaïque (qui appartenait à autrui, évidemment, mais peut-être davantage au groupe de parenté de son maître qu’à son maître lui-même en tant que personne) est très difficile à définir dans le détail. La comparaison avec ce qui est connu, pour cette époque, sur les autres populations de l’Italie (Étrusques, Grecs, Samnites, etc.) ne permet pas de progresser beaucoup. Si la documentation sur les époques anciennes de la Grèce péninsulaire et de l’Ionie est plus abondante, on sait très peu de chose sur les esclaves de Grande-Grèce et de Sicile. Notons enfin que les esclaves (toujours venus d’ailleurs, et, à l’origine, pris à la guerre) doivent être nettement distingués des dépendants ruraux réputés autochtones, dont la dépendance, à Rome, résulte de l’endettement (c’est ce que les Latins appelaient les nexi).

4Nous avons eu le plaisir d’entendre les conférences de deux collègues invités par notre École : celle de Patrizia Serafin Petrillo (professeur à l’Université de Rome 2 « Tor Vergata ») portait sur la monnaie étrusque (15 mai 2003), et celle de Marc Domingo Gygax (Université de Princeton) sur l’évergétisme dans le monde hellénistique (12 juin 2003). En outre, Jean-Michel Carrié est venu présenter une conférence sur « Le “Kellis account book” dans son contexte géo-écologique et socio-économique ». Qu’ils soient tous trois vivement remerciés.

5Des exposés d’auditeurs du séminaire, dans le cadre de la direction de leur travail de DEA ou de thèse, ont occupé soit la troisième heure, soit des séances entières.

Publications

  • Avec H. Broise, F. Catalli, L. Galeotti et V. Jolivet, Musarna 1, Les trésors monétaires, Rome, Collection de l’École française de Rome, 2002.
  • « Rome », dans Dictionnaire critique de la République, sous la dir. de V. Duclert et C. Prochasson, Paris, Flammarion, 2002, p. 585-591.
  • Avec V. Henning Drecoll, « Faenus, usura », dans Augustinus-Lexikon, sous la dir. de C. Mayer, Bâle, Schwabe and Co, 2002, col. 1225-1231.
  • « Vie financière dans les deux moitiés de l’Empire romain : remarques comparatives », dans Laurea Internationalis, Festschrift für Jochen Bleicken, sous la dir. de Th. Hantos, Wiesbaden, Fr. Steiner, 2003, p. 9-25.
  • « Remarques conclusives », dans le cadre du dossier « Les élites locales et la terre à l’époque romaine », Histoire et sociétés rurales, 19, 1er semestre 2003, p. 151-157.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Andreau, « Économie et société dans le monde romain », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 321-323.

Référence électronique

Jean Andreau, « Économie et société dans le monde romain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16345

Haut de page

Auteur

Jean Andreau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals