Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire économique et sociale de Byzance et de la Grèce moderne

Hélène Antoniadis-Bibicou, Vassia Karabélia-Karkayanni, Nicoletta Yantzi-Mélétiadou, Alexandre Dagas, Yannis Koubourlis et Socrate Petmézas
p. 329-330

Texte intégral

Hélène Antoniadis-Bibicou, maîtresse de conférences
Avec Vassia Karabélia-Karkayanni, Université de Paris-IV
Nicoletta Yantzi-Mélétiadou, Université d’Athènes
Alexandre Dagas, Université de Thessaionique
Yannis Koubourlis et Socrate Petmézas, Université de Crète

Byzance, la Renaissance et l’Europe

1Une partie du séminaire a été consacrée, encore cette année, à l’analyse de sources, de toute nature, sur l’histoire de la renaissance – des renaissances que nous n’avions pas abordées les années précédentes, ainsi qu’à la présentation de divers travaux récents et la discussion sur l’avancée de la problématique et l’actualisation de la méthode de travail qu’ils proposent, étant, bien entendu, que toute théorisation ne saurait avoir de valeur que si elle était fondée sur une documentation solide de sources primaires.

Recherches sur les origines et la formation de l’État néo-hellénique

2L’étude de la renaissance – aussi bien pendant la période de l’Empire byzantin que durant les XVe-XVIe siècles – interfère dans de nombreux problèmes, avec ceux qui sont posés par la formation de l’État néo-hellénique, notamment pour ce qui est des origines de cette formation.

3Ainsi, dans la deuxième partie de notre séminaire, nous avons poursuivi l’étude commencée les années précédentes : nous avons abordé, avec l’aide des recherches importantes d’Alexandre Dagas et Tassos Anastassiadis, deux point fondamentaux : le mouvement ouvrier de Thessaionique, pendant la fin du règne ottoman et au début du XXe siècle, et la complexité des rapports entre l’Église orthodoxe et l’État néo-hellénique.

4Nous n’avons pas à rapporter l’importance, à tout point de vue, séculaire de la ville de Thessaionique et de sa région (deuxième capitale de l’Empire byzantin, au même titre que deuxième capitale de la Grèce moderne), mais nous insistons sur le fait qu’Alexandre Dagas est l’un des chercheurs les plus qualifiés de cette région, ce qui lui a valu le prix de l’Académie d’Athènes pour un de ses ouvrages (Contribution à la recherche sur le développement économique et social de Thessalonique. Structure économique et répartition sociale du travail, 1912-1940, Thessalonique, 1998, 761 p.), ainsi que la soutenance d’une thèse de doctorat sur les Changements sociaux dans la région de Salonique et mouvement ouvrier : l’exemple des travailleurs du tabac 1918-1928 (en trois volumes, à paraître), unanimement appréciée par le jury (EHESS, 2001). Il continue son travail sur le mouvement ouvrier de la Macédoine et il nous a communiqué, encore cette année, des résultats inédits, fort intéressants.

5D’autre part, M. Anastassiadis – dont les recherches actuelles portent sur l’Église orthodoxe en Grèce, un des éléments constitutifs de base de l’État néo-hellénique – nous a présenté les résultats déjà obtenus, notamment en ce qui concerne les tensions internes et externes de l’Église grecque et en particulier l’évolution de la notion patristique de l’oikonomia et les relations avec les Anglicans.

6Enfin, un aspect intéressant de la fondation et, par la suite, de l’extension de l’État néo-hellénique concerne les orthodoxes de l’Empire ottoman entre le XVe et le XVIIIe siècle, et par ce biais, l’étude de la formation des premiers groupes d’orientalistes français, qui nous fournissent des éléments de première qualité pour l’approche de cette question. Il est évident que le problème de la transmission du savoir, aussi par la culture écrite, qui indique le sentiment identitaire parmi les différentes populations de chrétiens orthodoxes de l’Empire ottoman entre le XVe et le XVIIIe siècle, est très important et exige une étude sérieuse et approfondie, à laquelle la finesse d’esprit de Despina Magkanari et de Nicolas Sigalas répond parfaitement ; leur travail pourra fournir, dans l’avenir, d’excellents résultats, qui apporteront beaucoup de neuf dans ce domaine.

7Une partie de la recherche sur la culture hellénique de cette période, conjointement à ses rapports avec le mouvement culturel d’autres pays balkaniques voisins, a été explorée par Vassia Karabélia-Karkayanni et Aïda Karantza et Yannis Koubourlis. La communication des résultats de leurs recherches a été très instructive.

8Ces domaines importants de l’histoire de la Grèce moderne sont aptes à s’enrichir constamment de nouvelles données. Ainsi, nous pensons continuer le travail dans cette direction, d’autant plus que nous sommes arrivés à constituer un groupe de recherches sur la base de dépouillements systématiques des sources concernant « la nation hellénique du Ier au XXe siècle ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Antoniadis-Bibicou, Vassia Karabélia-Karkayanni, Nicoletta Yantzi-Mélétiadou, Alexandre Dagas, Yannis Koubourlis et Socrate Petmézas, « Histoire économique et sociale de Byzance et de la Grèce moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 329-330.

Référence électronique

Hélène Antoniadis-Bibicou, Vassia Karabélia-Karkayanni, Nicoletta Yantzi-Mélétiadou, Alexandre Dagas, Yannis Koubourlis et Socrate Petmézas, « Histoire économique et sociale de Byzance et de la Grèce moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16352

Haut de page

Auteurs

Hélène Antoniadis-Bibicou

Articles du même auteur

Vassia Karabélia-Karkayanni

Articles du même auteur

Nicoletta Yantzi-Mélétiadou

Articles du même auteur

Alexandre Dagas

Articles du même auteur

Yannis Koubourlis

Articles du même auteur

Socrate Petmézas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals