Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Économie et histoire de la pensée économique, XVIIe-XIXe siècle

Jean-Yves Grenier
p. 337-339

Texte intégral

Jean-Yves Grenier, directeur d’études

La discipline par le temps. Formes du travail et de l’entreprise dans la société préindustrielle et industrielle (avec Mathieu Arnoux, Alain Dewerpe et Gilles Postel-Vinay, directeurs d’études)

1LE séminaire de cette année a privilégié deux approches pour comprendre les relations de travail et l’instauration de formes disciplinaires sur le lieu de production. La première est une réflexion dans la longue durée sur le contenu de la discipline et les moyens mis en œuvre pour la mettre en place ou l’imposer. La seconde est la composante juridique (au sens large) qui aide à construire la relation de travail.

2Comme les années précédentes, les origines médiévales et modernes du salariat industriel ont fait l’objet de plusieurs séances. L’exposé de Philippe Braunstein, fondé sur la masse des comptabilités et règlements industriels conservés pour la fin du Moyen Âge, en particulier pour l’espace germanique, a montré la diffusion de modèles d’organisation de la production, combinant la solidarité des équipes de travail engagées dans des processus productifs complexes et la hiérarchie des qualifications, des formes de rétribution et des signes de reconnaissance dans le monde du travail. Déplaçant le regard vers les familles, Franco Franceschi s’est interrogé sur la place des femmes et des enfants dans le salariat urbain médiéval, et sur les modalités de leur intégration, en particulier par le paiement des salaires. Diverses formes de mise au travail des enfants apparaissent dans les sources, sous forme d’apprentissage ou d’emplois non qualifiés et faiblement payés ; elles constituent autant de voies d’élaboration des qualifications et des différences. Une séance a par ailleurs été consacrée aux recherches d’Henri Hauser sur la grève des ouvriers imprimeurs de Paris et de Lyon en 1539-1541. Les sources utilisées par Hauser se sont révélées d’une richesse considérable sur les conditions de travail des salariés dans ce secteur d’avant-garde : le conflit lyonnais met ainsi en lumière des pratiques de résidence et de vie commune des ouvriers, l’influence des problèmes d’organisation sur le rythme et les horaires de travail, et enfin une remarquable capacité des acteurs à analyser leur place dans le système de production. Il s’agit d’un dossier sur lequel la recherche devra être poursuivie et approfondie.

3La réflexion du séminaire s’est ensuite intéressée au XIXe siècle, moment crucial de la mise en place du système capitaliste de production. D’un côté, il semble évident que le contrôle du temps est une modalité essentielle de la construction disciplinaire de l’ordre capitaliste industriel lors de la première industrialisation. On peut plaider la thèse selon laquelle l’ordre usinier est associé à une discipline du temps grâce à une nouvelle organisation de commandement et de surveillance du travail industriel qui apporte régularité, exactitude et application. De l’autre, organiser le temps usinier n’est pas une tâche facile et de nombreuses contraintes s’opposent à la mise en place d’un contrôle efficace, pour ne pas parler d’un temps « rationnel » ou d’un temps « discipliné ». Ces limites sont assumées par les deux parties, entrepreneurs et ouvriers, si bien que nous pouvons aussi voir l’organisation temporelle de l’usine française comme le produit de la rencontre, parfois contradictoire, parfois non, des pratiques et des représentations de ces agents (pour ne pas parler des employés, contremaîtres, chefs d’atelier et d’équipe, chacune ayant leur propre position et stratégie dans le jeu) utilisant le temps à la fois comme une ressource et comme une contrainte, en fonction de celui dont ils disposent (et des conditions dans lesquelles ils en disposent) et de celui auquel ils aspirent. Un tel point de vue nous éloigne de la thèse disciplinaire en ce qu’elle désigne des dispositifs d’ajustement, des types de coordination, structurés par des variables, nombreuses et contradictoires, et non un processus unilinéaire mis en œuvre dans des stratégies patronales univoques. Dans cette optique a été étudiée avec précision la place des règlements d’usine (en particulier celui de l’Ansaldo).

4La composante juridique de la relation salariale a été abordée sous divers aspects. Avec Alain Cottereau, nous avons consacré plusieurs séances à une discussion de l’article qu’il a publié dans les Annales (janvier 2003) sur la question du droit ouvrier, tel qu’il se manifeste au XIXe siècle. La réflexion a porté sur plusieurs thèmes : la nature de ce « bon droit » et ses liens, avant la Révolution, avec le droit naturel ; l’efficace de ce droit devant les prud’hommes et surtout dans les conflits sociaux ; la compatibilité entre la réalité souvent rude des pratiques disciplinaires patronales et ce droit ouvrier. Une intervention de la juriste Evelyne Serverin a permis de mettre en lumière l’importance des conflits de compétence dans la qualification de la nature du travail. Avec Claude Didry, on s’est intéressé à la naissance des conventions collectives au tournant des XIXe et XXe siècles. La question importante pour nous était la rencontre entre les réglementations en matière de temps de travail et les formes contractuelles, et plus généralement les efforts déployés par l’administration et la justice pour empêcher les syndicats de contrôler l’application des lois sur le temps de travail. Une intervention de Bénédicte Zimmermann a permis d’établir des comparaisons avec le droit social allemand à la même époque, en s’intéressant en particulier à la question de la nature juridique de la subordination dans le droit du travail entre 1870 et 1933. Notre souci du contemporain nous a ensuite incité à réfléchir sur la question des lois Aubry sur les 35 heures, avec la collaboration de Catherine Bloch-London. Après un rappel argumenté sur l’évolution du temps de travail dans la longue durée du XXe siècle, la réflexion a porté sur trois questions centrales dans la négociation des lois Aubry : comment définir le temps de travail (faut-il inclure les pauses, par exemple) ; le volume des heures supplémentaires autorisées ; le temps de travail des cadres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Grenier, « Économie et histoire de la pensée économique, XVIIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 337-339.

Référence électronique

Jean-Yves Grenier, « Économie et histoire de la pensée économique, XVIIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16357

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Grenier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals