Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Études sur la société grecque moderne et contemporaine

Georges B. Dertilis
p. 339-341

Texte intégral

Georges B. Dertilis, directeur d’études

Économie, société et construction de l’État : Grèce, 1830-1990

1Le séminaire a poursuivi la réflexion de l’année précédente sur la construction de l’État grec moderne. Cette construction ex nihilo (ou presque), dépendait fortement de la légitimation du nouvel État. Selon notre hypothèse de base, la légitimité étatique a été fondée sur quatre piliers idéologiques : l’idéologie égalitaire ; les valeurs démocratiques ; l’esprit réformiste ; et le nationalisme.

2Les valeurs démocratiques ont imposé la démocratisation relative du régime politique. L’idéologie égalitaire a conduit à des mesures d’égalité sociale. L’esprit réformiste a dicté un ensemble de réformes économiques et sociales fondées sur le compromis politique, visant parfois le consensus et imprégnées souvent de populisme. Enfin, le nationalisme a dicté la politique irrédentiste de l’État.

3À travers ces quatre processus historiques longs et tortueux, étalés sur plus de cent cinquante ans, la classe politique, les élites et l’État ont pu promouvoir leur légitimation et consolider leur pouvoir.

4Cette année, nous avons étudié quelques aspects majeurs de ces processus, ainsi que leurs effets sur les finances publiques et la modernisation de l’économie.

5Nous avons tout d’abord examiné les effets économiques de la politique irrédentiste, notamment les dépenses militaires très élevées, financées en grande partie par la dette publique. La dépendance de la dette extérieure a entraîné l’ingérence des grandes puissances dans la politique de la Grèce envers la Turquie. Cette ingérence a atténué la dérive de la politique économique de l’État et freiné les excès de sa politique irrédentiste. Or, en suscitant des réactions nationalistes plus ou moins justifiées, l’ingérence des grandes puissances a propulsé ce nationalisme réactif au premier plan de la vie politique du pays, et ceci pendant plus d’un siècle.

6Par la suite, nous avons examiné deux effets importants du surendettement : la pénurie d’investissements – publics dans l’infrastructure et privés dans l’industrie – et le cercle vicieux qui a conduit à la dévaluation monétaire de 1885-1905 et à la cessation des paiements de l’État. Concernant la pénurie d’investissements, nous avons insisté sur la hausse du taux d’intérêt et les conditions de « crowding out » qui ont profondément affecté les stratégies des investisseurs potentiels. Concernant la dévaluation et la « faillite » de l’État, nous avons examiné deux facteurs majeurs : d’une part, les finances publiques lentement érodées par le surendettement et, d’autre part, les stratégies tantôt défensives tantôt offensives et spéculatives des grands détenteurs de capitaux, agents peu nombreux, organisés en réseaux oligopolistiques, détenant une grande partie du marché de change et ayant accès à des sources riches d’informations économiques et boursières.

7Quatre séances supplémentaires ont permis à des jeunes chercheurs de présenter leurs travaux sur la Grèce moderne et contemporaine. A. Dialla et N. Maroniti (Archives historiques, Université d’Athènes) ont parlé de leurs recherches dans les archives russes, grecques et britanniques sur la politique extérieure de la Russie par rapport à la question d’Orient entre 1875 et 1905. Hugues Festis a parlé des documents du ministère des Affaires étrangères de la France sur la politique culturelle de la France en Grèce au XXe siècle. Stella Manet a présenté les résultats de sa recherche sur la construction d’une histoire nationale par C. Paparrigopoulos, en parallèle avec des historiens européens de l’époque.

8Cette année, le séminaire a profité de la présence de plusieurs personnalités extérieures. G. Krimbas, professeur d’économie à l’Université d’Athènes et ambassadeur de Grèce à l’OCDE, a abordé le rôle de l’État et des banques dans l’industrialisation. S. Thomadakis, professeur d’économie à l’Université d’Athènes et directeur de la commission de contrôle de la Bourse, a commenté la dévaluation monétaire de 1885-1905.

9Nos discussions portaient souvent sur la comparaison de la Grèce avec d’autres « États nouveaux » de l’Europe du Sud. Ces discussions ont donc progressé parallèlement à celles du séminaire « Les nouveaux États méditerranéens », dirigé conjointement avec M. Aymard et G. Pécout (ENS.) Les deux séminaires se sont ainsi réunis à l’occasion de cinq conférences de personnalités invitées : A. Laïou, professeur d’histoire à l’Université Harvard (« Y a-t-il une économie byzantine ? ») ; M. Mitsou, professeur à l’Université de Munich (« Résonances du “Prince” de Machiavel dans la littérature grecque moderne ») ; R. Stavridi-Patrikiou, professeur d’histoire à l’Université Panteion à Athènes (« Après les guerres balkaniques : État national, fédération, empire ») ; E. Venizelos, ministre de la Culture de la République de Grèce, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Thessaionique (« La Constitution européenne, fondement d’une nouvelle culture politique ») ; N. Diamandouros, professeur de science politique à l’Université d’Athènes, ombudsman – médiateur – européen (deux conférences : « Democracy, accountability, and the institution of the European ombudsman », et « New versus modern States in Southern Europe. »). Sur ces conférences, cf. le compte rendu de M. Aymard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges B. Dertilis, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 339-341.

Référence électronique

Georges B. Dertilis, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16358

Haut de page

Auteur

Georges B. Dertilis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals