Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Herméneutique et traditions savantes

Heinz Wismann
p. 349-350

Texte intégral

Heinz Wismann, directeur d’études

Théories de la connaissance historique : Walter Benjamin

1En reprenant, à la suite de Hermann Cohen, la problématique kantienne des conditions de possibilité de l’expérience en général, qui forme le fil conducteur de ses multiples interrogations, Walter Benjamin propose une théorie de l’histoire, dans laquelle la réflexivité herméneutique dont se réclament, de Humboldt et Droysen à Dilthey et Weber, en passant par Windelband et Rickert, la plupart des théoriciens postkantiens de la connaissance historique, est remplacée par une métaphysique des ordres du langage, que répercute, sur le plan épistémologique, la condamnation sans appel des philosophies modernes du sujet. C’est dans la prégnance biblique du nom, avant sa chute dans les déterminations discursives dues au souci de maîtrise du jugement humain, que s’accomplit la donation originaire du réel, en dehors de toute intentionnalité gnoséologique. Esquissée dans deux textes posthumes, datés respectivement de 1916 et de 1917 (Sur le langage en général et sur le langage humain et Sur le programme de la philosophie qui vient), cette approche méditative, étayée sinon inspirée par le récit de la Genèse, est approfondie dans la préface du livre sur l’Origine du drame baroque allemand (1928), qui porte en exergue la mention « Conçu en 1916 – Composé en 1925 ». Les noms s’y trouvent assimilés aux idées platoniciennes, elles-mêmes réinterprétées, sur le modèle des constellations astrales, que la contemplation astrologique isole et nomme sans tenir compte des liens d’interaction physique visés par la science astronomique, comme configurations discontinues de la vérité éternelle des phénomènes. Le mode d’appréhension des idées, en tant que « dénominations adamiques » de l’essence révélée des choses, ressortit, selon un autre texte posthume, daté de 1933, au domaine archaïque du Pouvoir d’imitation. Celui-ci se manifeste dans les danses et cérémonies rituelles aussi bien que dans les formes initiales, « onomatopéiques », du langage, dans l’incorporation des constellations planétaires par le nouveau-né aussi bien que dans les images que l’inconscient dissimule dans l’écriture, faisant de l’anthropologie et de la linguistique véritables des équivalents méthodologiques de l’astrologie et de la graphologie. En effet, toutes ces disciplines, plus ou moins ésotériques, prennent en charge l’étude des « ressemblances non sensibles » inhérentes au monde des idées, dont le principe constitutif, proprement langagier, est l’allégorie. Il revient alors au matérialisme historique, tel que l’entend Benjamin, de mettre au jour la réalité secrète des correspondances, au sens baudelairien du terme, qui fragmentent le continuum apparent de l’histoire et transforment chaque instant qui compte en citation d’un passé à sauver. Les Thèses sur le concept de l’histoire, rédigées en 1940, tirent les conséquences révolutionnaires de cette théorie des constellations historiques, déjà mise en œuvre dans le livre inachevé sur Paris capitale du 19e siècle, en dénonçant l’idéologie du progrès, que la gauche communiste partage avec la droite fasciste au point de perdre toute capacité de résistance.

2Suivant l’usage du séminaire, l’année a été consacrée à la lecture commentée des textes qui jalonnent le parcours intellectuel de l’auteur de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 349-350.

Référence électronique

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16367

Haut de page

Auteur

Heinz Wismann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals