Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde ibérique

Les minorités dans l’Espagne moderne

Bernard Vincent
p. 353-354

Texte intégral

Bernard Vincent, directeur d’études

1Le séminaire a continué cette année à s’interroger sur les relations entre vieux-chrétiens et minoritaires (judéo-convers et morisques) dans l’Espagne du XVIe siècle. Le dossier du soulèvement morisque en Andalousie occidentale, en 1580, rapidement évoqué l’année précédente, nous a arrêtés longuement. Tout en apparence semblait indiquer une intégration aisée et profonde des morisques provenant du royaume de Grenade et installés au début des années 1570. Et pourtant le bruit d’un vaste complot tramé au sein de la communauté minoritaire se répand à Séville au début du mois de juin. Une cinquantaine de personnes est arrêtée. Le procès rondement mené ne permet pas d’établir la réalité de l’entreprise ou alors ne s’agit-il que d’une opération mal préparée traduisant le désespoir de ses protagonistes. Il n’en reste pas moins que celle-ci a été prise très au sérieux par les autorités, que la crainte d’un complot liant plusieurs ennemis de la Monarchie catholique (barbaresques, portugais) a été vive, que les dénonciations sans fondement de voisins vieux-chrétiens ont été légion. L’affaire sert ainsi de révélateur d’une part des conditions des membres de la communauté minoritaire et de leurs frustrations, d’autre part des préjugés et des angoisses des vieux-chrétiens.

2Dans la même perspective, nous avons commenté longuement les analyses de deux ouvrages récents importants, celui de Rafael Benitez Sanchez Blanco, Heroicas decisiones (Valencia, 2001) qui montre combien la politique adoptée vis-à-vis des morisques du royaume de Valence a été fluctuante et n’a cessé de provoquer des tensions entre institutions et groupes de pression, et celui d’Amalia Garcia Pedraza, Las actitudes ante la muerte en la Granada del siglo XVI (Grenade, 2002), qui, à partir d’une étude de mille cinq cents testaments cherche à démontrer que les morisques de la ville avaient adopté, sans grande difficulté, les démarches et les gestes de leurs voisins vieux-chrétiens. L’analyse qui rejoint d’autres travaux dans la ligne du chemin tracé par Francisco Marquez Villanueva semble partir d’un a priori très discutable, celui de l’intégration réussie d’une bonne partie de la communauté morisque. On a tenté de montrer qu’avec les éléments mêmes fournis par l’enquête d’Amalia Garcia Pedraza, une lecture nettement différente pouvait être proposée.

3La question de la diffusion du protestantisme a fait l’objet d’une synthèse récente due à Werner Thomas et aussi de diverses approches concernant surtout les milieux érasmisants de la région de Valence. Nous avons apporté un élément nouveau à l’étude, appliqué à Séville, qui est considéré comme le principal foyer protestant de la péninsule Ibérique. En utilisant la documentation jésuite, on s’aperçoit que la Compagnie installée dans la cité du Guadalquivir en 1555 a joué un rôle immédiatement considérable dans l’élimination du protestantisme marquée par les autodafés des années 1559-1565. On reviendra l’année prochaine sur ce dossier complexe.

4Nous avons enfin bénéficié des exposés de José Manuel de Bernardo Ares, professeur à l’Université de Cordoue, invité à l’EHESS, sur l’histoire politique en Espagne aux XVIIe et XVIIIe siècles, et de Natalia Muchnik, sur les réseaux marranes de l’Europe du XVIIe siècle, étudiés à partir de la trajectoire du docteur Juan de Prado, qui a fait l’objet de la thèse qu’elle a soutenue en décembre 2002.

Publications

  • « L’inquisition et l’Islam », Monitor, ISH, IV, 1-4, 2002, p. 7-14.
  • « Esclavage au Portugal : entre mer Méditerranée et océan Atlantique », dans Le Portugal et la Méditerranée, Arquivos do Centro cultural Calouste Gulbenkian, XLIII, Lisbonne-Paris, 2002, p. 61-70.
  • « Le séminaire parisien de Pierre Vilar », dans La historigrafía francesa del siglo XX y su acogida en España, B. Pellistrandi (éd.), Madrid, 2002, p. 217-222.
  • La schiavitu nella penisola iberica in schiavi, corsari, rinnegati, Nuove effemeridi, 54, 2002, p. 62-68.
  • « Les rumeurs de Séville », dans Vivir el siglo de oro. Poder, cultura e historia en la época moderna, estudios en la época moderna, estudios en homenaje al profesor Angel Rodriguez Sanchez, Salarnanque, 2003, p. 165-178.
  • « Histoire d’une déchéance : la famille des Fez Muley, à Grenade au XVIe siècle, Hommage à Alain Milhou », Cahiers du CRIAR, 21, t. I, 2003, p. 70-79.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Vincent, « Les minorités dans l’Espagne moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 353-354.

Référence électronique

Bernard Vincent, « Les minorités dans l’Espagne moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16370

Haut de page

Auteur

Bernard Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals