Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde ibérique

Histoire des pratiques politiques et juridiques sous l’Ancien Régime. L’Europe du Sud

Jean-Frédéric Schaub
p. 355-357

Texte intégral

Jean-Frédéric Schaub, maître de conférences

1Les années précédentes, le séminaire a porté sur la question de l’interaction franco-espagnole aux XVIe et XVIIe siècles. En rétablissant les connexions par lesquelles l’imaginaire politique français, dans ce qui est tenu comme le plus spécifiquement français – l’absolutisme louis-quatorzien – reçoit l’héritage de l’espagnol, nous avons ouvert plus largement les voies du comparatisme. Le questionnaire demeure attaché à l’élucidation de la modernité étatique comme élément de la spécificité occidentale. Depuis que le séminaire a été créé, il s’est employé à faire connaître les propositions de certains historiens du droit, notamment Hespanha, Clavero, Petit, Serrano, Costa, Mannori, Marinoni. Ces auteurs se livrent à l’examen de la doctrine juridique et à la réactualisation archéologique de la notion de juridiction. Ils restituent la structure normative dans laquelle il ne pouvait être possible de séparer le rendu de la justice et le gouvernement des peuples ; comme il ne pouvait être question d’isoler l’architecture mystique de la société de son organisation socio-institutionnelle ; comme il devenait vain en régime d’anthropologie féodale de séparer l’existence et les compétences privées et publiques des acteurs sociaux. Ces agencements nous sont devenus presque incompréhensibles. Leur intelligence requiert un effort d’étrangeté qui relève plus de l’attitude anthropologique que de la recherche mimétique des racines historiques du présent. D’autres séparations traversaient l’existence que la culture contemporaine a eu tendance à gommer : le corps et l’âme des sujets ; les catégories d’hommes qui forment la société – nobles, roturiers, esclaves – ; identité des personnes, territoires et langues ; propriété des terres, usages, et autorité ; autorité politique et espace.

2Les catégories forgées par la science politique contemporaine paraissent alors inadéquates pour rendre compte des mécanismes de l’institutionnalisation politique sous l’Ancien Régime. Mais les analyses des auteurs cités et leur refus de l’usage incontinent du concept le plus immédiat, le plus évident, en fait le moins interrogé – l’État –, pouvait être compris comme le résultat des ratés de la construction étatique dans les pays où ces auteurs sont nés, ont fait leurs études et enseignent.

3Comment ne pas voir, par exemple, que l’Espagne d’aujourd’hui offre le meilleur exemple d’un échec de l’étape de formation centralisée de l’État-nation, selon un modèle tiré des expériences française, anglaise et prussienne. Est-ce à dire que ces historiens auraient forgé l’historiographie adéquate à leurs objets d’études. Si cela était, nous aurions affaire à un courant historiographique régional.

4La critique de l’usage d’État moderne pour décrire les royautés de l’Ancien temps serait donc pertinente pour ces pays qui articulent tard ou mal des États plus ou moins bien agencés à l’époque contemporaine. Mais nous autres les Français, avec cet État qui est notre Amérique, selon le mot de Pierre Chaunu, nous n’aurions rien à voir avec tout cela. Mais sommes-nous à l’abri parce que notre histoire politique, institutionnelle et sociale serait de tout temps radicalement différente – pour ne pas dire exceptionnelle –, ou bien parce que la puissance de feu de la propagande royale sous l’Ancien Régime et la profondeur de l’ébranlement révolutionnaire ont forgé un imaginaire de notre propre passé imperméable aux critiques de l’État moderne ?

5Le séminaire propose de dilater l’espace de réflexion au-delà du territoire des monarchies hispanique et portugaise, tout en apportant la démonstration que l’étude de ces deux mondes offre des clefs de compréhension au-delà d’elles-mêmes. Le propos part du croisement de deux questions :

  • d’une part le problème historiographique de la séparation quasi disciplinaire à propos des pays européens qui ont construit des empires d’outre-mer entre l’étude des métropoles et celle des territoires lointains. Il va de soi que les premiers pays auxquels on pense sont l’Espagne, le Portugal, l’Angleterre et les Provinces unies.
  • d’autre part le problème de la construction politique des unités territoriales dans le continent européen entre Moyen Âge et le temps de l’État-nation post-révolutionnaire.

6Il s’agit de se demander si les processus de subjugation, colonisation, et domination sociale, culturelle et économique qui s’appliquent dans les terres conquises outre-mer n’ont pas quelque capacité à nous éclairer sur les phénomènes de différenciation et d’organisation des territoires européens. Mais cet enseignement est peut-être rigoureusement réversible : les formes intra-européennes de domination d’entités politiques sur des sociétés qui leur sont allogènes n’ont-elles pas beaucoup à apprendre à ceux qui étudient la colonisation outre-mer ? Les expériences espagnole et portugaise sont précieuses pour poser ces questions ; mais aussi tout ce que nous avons à gagner à regarder du côté d’autres parcours, notamment celui du monde britannique par analogie, peut-être même du français par hétéronomie.

7À côté du caractère violent des conquêtes d’outre-mer, les pratiques de transaction et de métissage ont été à l’œuvre dans plusieurs régions du monde entre Européens et natifs. Les découvreurs ou les commentateurs ont aussi su admirer les sociétés qui se livraient à leur regard et même les penser comme des modèles pour un monde bien policé. Le séminaire propose ainsi de rabattre l’expérience coloniale sur celle de l’Europe pour mieux comprendre les processus de politisation sur le territoire du Vieux Monde. Cette opération congédie les catégories des sciences politiques contemporaines et ouvre l’outil comparatiste à un très large éventail de trajectoires extra-européennes.

Publication

  • La France espagnole. Les racines hispaniques de l’absolutisme français, Paris, Le Seuil, 2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Frédéric Schaub, « Histoire des pratiques politiques et juridiques sous l’Ancien Régime. L’Europe du Sud », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 355-357.

Référence électronique

Jean-Frédéric Schaub, « Histoire des pratiques politiques et juridiques sous l’Ancien Régime. L’Europe du Sud », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16372

Haut de page

Auteur

Jean-Frédéric Schaub

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals