Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

Communismes et sorties du communisme

Rose-Marie Lagrave et Marie-Claude Maurel
p. 368-369

Texte intégral

Rose-Marie Lagrave et Marie-Claude Maurel, directrices d’études

1Ce séminaire s’inscrit dans les activités du Groupe de recherche sur l’Europe centrale et orientale (GRECO) et a une double vocation. Il entend rassembler des étudiants issus des « Ateliers » des PECO et des étudiants français dont les thèses portent sur cette aire géopolitique ; il se veut un espace de débats sur les effets différés des régimes communistes et sur les recompositions sociales et politiques qui s’ensuivent.

2On constate, d’ailleurs, que les recherches sur le communisme sont surtout le fait d’une jeune génération de doctorants en sorte que la majorité des séances ont été assurées par des doctorants ou des post-doctorants, et c’est l’une des singularités de ce séminaire.

3Pendant cette année expérimentale, aucune thématique n’a été par avance définie, même si des configurations nationales ou problématiques se sont dégagées. Ainsi, la Tchécoslovaquie, puis la République tchèque ont donné matière à plusieurs séances traversées par l’analyse des tensions entre mémoire, histoire et récits du communisme, entre mémoire historique et « mémoire vive ». F. Mayer, M. Perrotino, A. Bazin ont respectivement restitué les modalités d’élaboration d’une mémoire communiste et des stratégies mémorielles pour la définition de la dissidence légitime, la fonction tribunitienne du PC en pays tchèque, et les usages politiques du passé concernant la question sudète. S. Devaux, quant à elle, a mis au jour le dispositif socialiste des organisations de jeunesse (pionniers et scouts) en montrant, par quelles transformations infimes et cumulées, la professionnalisation de la socialisation des enfants a pris progressivement le pas sur la cause idéologique. Les autres séances se sont attachées à restituer les systèmes de bricolage inventifs, mis en œuvre par des gens ordinaires pendant les régimes communistes. Qu’il s’agisse de la fréquentation de l’Église orthodoxe après l’interdiction de l’Église gréco-catholique en Roumanie (S. Mahieu), ou de la « débrouille » par le biais des datchas et des potagers en Biélorussie, stratégie mise en œuvre moins pour survivre que pour s’éprouver en tant qu’acteur (R. Hervouet), on constate l’existence de pratiques d’accommodement dans une situation contraignante, pratiques destinées à restaurer une dignité personnelle. C’est cette même volonté de dignité qui conduit les lecteurs à écrire à un journal féminin roumain, Formula AS, pour dire leur déception de la « transition ». En l’absence d’espace public où les revendications des gens de peu puissent s’exprimer, ce magazine féminin est devenu le support « de la longue plainte de la transition » (I. Cirstocea). Ces formes de discrédits ne sont pas l’apanage des gens sans qualités. V. Mihaïlescu, professeur roumain invité, a restitué, à partir de sa propre trajectoire d’anthropologue pendant et après le communisme, les modes de disqualification des savoirs antérieurs et les ambiguïtés des déconstructions/reconstructions de l’anthropologie sous couvert de transferts scientifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rose-Marie Lagrave et Marie-Claude Maurel, « Communismes et sorties du communisme », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 368-369.

Référence électronique

Rose-Marie Lagrave et Marie-Claude Maurel, « Communismes et sorties du communisme », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16380

Haut de page

Auteurs

Rose-Marie Lagrave

Articles du même auteur

Marie-Claude Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals