Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

Histoire turque et ottomane

Gilles Veinstein et Khosrow Shakeri
p. 370-373

Texte intégral

Gilles Veinstein, directeur d’études

1Le séminaire a compris trois volets successifs :

  1. Examen collectif d’un petit dossier de documents ottomans des volumes V à VII des Mühimme defteri des archives de la présidence du Conseil à Istanbul, sur les relations ottomano-portugaises dans les années 1560, à la fin du règne de Soliman le Magnifique et au début du règne de Selîm II. À cette époque la présence portugaise dans l’océan Indien, aux abords de la mer Rouge et du golfe Persique, n’est assurément plus le péril mortel pour les relations commerciales entre Moyen et Extrême-Orient qu’elle avait été au début du siècle, mais les entraves à la navigation des marchands musulmans indiens perdurent et sont à l’origine de nombreux incidents montés en épingle par la Porte. Elle ne met d’ailleurs pas seulement en avant le préjudice causé au commerce, mais place au contraire au premier plan les sévices infligés par la même occasion aux pèlerins cherchant à se rendre sur les Lieux saints du Hidjaz. Cette préoccupation est alors au centre de l’idéologie du sultan ottoman, devenu, depuis une cinquantaine d’années, le « serviteur des deux saints sanctuaires ». Dans la période, les Lieux saints de l’islam eux-mêmes ne sont plus vraiment menacés par les « infidèles portugais », comme ils l’avaient été dans les décennies précédentes (ils le sont bien davantage alors par les « hérétiques » zay-dites du Yémen), mais la libre circulation des pèlerins reste bel et bien en cause. Dans l’antagonisme qui s’ensuit, nous avons mis en évidence des limites structurelles à l’action ottomane. Il ne s’agit pas seulement de l’importance considérable des distances (qui existe, assurément, entre la métropole portugaise et son empire, mais également, rappelons-le, entre Istanbul et le théâtre des affrontements), avec les problèmes de communications et de logistique qu’elles entraînent, mais de l’empêchement radical de faire intervenir dans la lutte contre les Portugais, les forces militaires, institutionnelles et régulières de l’Empire ottoman, qu’elles soient terrestres ou navales. Dans ces conditions, c’est avec des instruments secondaires, plus ou moins improvisés et bricolés, que les Ottomans peuvent passer à l’action dans la zone concernée – une action qui n’est, au demeurant, jamais prioritaire. Un des intérêts de l’ordre de Selîm II au beylerbey d’Égypte du 17 janvier 1568 (Mühimme defteri, VII, n° 721), commandant des investigations préparatoires à la construction d’un canal dans l’isthme de Suez – document que nous avons longuement commenté et replacé dans la longue histoire des projets analogues – est de témoigner de la conscience des dirigeants ottomans de cette impuissance structurelle, même si l’ambition de la lever en faisant passer la grande flotte du Kapudan pacha (donanma-i hümâyûn) de la Méditerranée en mer Rouge, reste une éphémère velléité. Ces considérations nous ont paru remettre en cause les théories, échafaudées récemment encore, sur les grands desseins impérialistes des Ottomans dans cette zone. Elles expliquent en revanche les tentatives répétées de Soliman le Magnifique d’aboutir par la voie diplomatique à un modus vivendi avec les Portugais, dont témoignent les trois lettres de Soliman aux rois Jean III et Sébastien, que nous avons traduites et analysées.
  2. Dans le cadre de l’inventaire et de l’exploitation des archives ottomanes du monastère de Saint-Jean le Théologien de Patmos, menés en collaboration avec Nicolas Vatin (CNRS, EPHE, IVe section), nous avons présenté un dossier de documents provenant de ce fonds des années 1625-1636 (rapports officiels, pétitions de particuliers, attestations judiciaires). Les moines du monastère et les habitants de l’île, appuyés par les autorités ottomanes de la région et par les remerciements vibrants de leurs obligés musulmans, s’attirent la bienveillance du pouvoir stambouliote en faisant valoir les grands services rendus par les Patmiotes aux navigateurs musulmans : qu’ils informent ces derniers sur les allées et venues des vaisseaux maltais ou même qu’ils leur offrent, à leurs risques et périls, un refuge sûr contre les attaques des corsaires chrétiens. La position stratégique du monastère dans la circulation méditerranéenne et le savoir-faire dont il faisait preuve vis-à-vis du suzerain ottoman, ressortent avec force de ce petit corpus, apparemment paradoxal.
  3. Les documents émis par les cadis, juges et administrateurs des circonscriptions ottomanes, retiennent désormais tout l’intérêt des ottomanistes par leurs immenses richesses. Néanmoins une exploitation correcte de ces sources et, notamment, des procès-verbaux d’audiences des cadis (hudjdjet) qui en constituent la principale composante, ne peut ignorer leur nature essentiellement juridique et méconnaître les normes rigoureuses auxquelles ils obéissent et qui doivent être décryptées. Pourtant, les études traitant systématiquement de ces normes sont encore peu nombreuses, et, plus encore, les variations qu’elles peuvent présenter à travers les régions et les époques, restent une terra incognita, chaque chercheur tendant à se limiter à son corpus provincial. C’est pourquoi nous nous sommes engagés dans cette voie nouvelle, en faisant se succéder des exposés, illustrés par des analyses documentaires, consacrés à des hudjdjet d’origines diverses : hudjdjet en arabe des provinces arabophones au XVIe siècle, par Brigitte Marino (CNRS) ; hudjdjet stambouliotes de la fin du XIXe siècle par Edhem Eldem (Université du Bosphore, Istanbul) ; hudjdjet de Salonique du XVIIIe siècle par Eyal Ginio (Université hébraïque de Jérusalem) ; hudjdjet d’Adana du XVIIIe siècle par Isik Tamdogan (CNRS) ; hudjdjet établies par des cadis ottomans captifs à Malte, reconnaissant les prêts contractés par d’autres captifs, auprès du consul de France à Smyrne, en vue d’acquitter leurs rançons, d’après le ms, BNF, Fonds turc, n° 1234, par N. Vatin (CNRS) ; hudjdjet des années 1596-1602, sollicitées et recueillies par l’ambassadeur Savary de Brèves, en faveur des résidents français, par V. Panaite (Université de Bucarest). Des constantes et des variantes sont apparues. L’enquête devra être poursuivie.

2Quelques séances ont, comme à l’accoutumée, été consacrées à l’exposé des travaux en cours d’étudiants de DEA et de doctorat.

Publications

  • Avec D. logna-Prat, dir., Histoires des hommes de Dieu dans l’islam et le christianisme, Paris, Flammarion, 2003.
  • « L’Empire ottoman : fonctionnarisation des clercs, cléricalisation de l’Etat ? », dans Histoires des hommes..., op. cit., p. 179-202.
  • « Fifty years of Ottoman studies in France. An essay of thematic bibliography », XIII. Türk Tarih Kongresi, Ankara, 4-8 Ekim 1999, p. 61-84.
  • « Femmes d’Avlonya (Vlorë) vers le milieu du XVIe siècle (d’après les actes des cadis) », dans Frauen, Bilder u. Gelehrte. Studien zu Gesellschaft und Künsten im Osmanischen Reich. Festschrift Hans Georg Majer, Istanbul, Simurg, 2002, I, p. 195-208.
  • « L’image de l’Europe chez les Ottomans », dans Carlo V, Napoli e il Mediterraneo, Convegnio Internazionale, Societa napoletana di Storia Patria, sous la dir. de G. Galasso et A. Musi, Naples, 2002, p. 49-69.
  • « La dernière flotte de Barberousse », dans The Kapudan Pasha, His office and his domain, Halcyon Days in Crete, IV. A Symposium held in Rethymnon, 7-9 January 2000, E. Zachariadou (éd.), Crete University Press, p. 181-200.
  • « Üweys, Kara », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. Χ, p. 1036-1037.
  • Introduction à Istanbul par M.-F. Auzépy, A. Ducellier, G. Veinstein, S. Yérasimos, Citadelle et Mazenod, 2002.
  • « L’Islam des confréries », Actualité des Religions, 43, novembre 2002, p. 16-22.
  • « Sous le joug des sultans ottomans », L’Histoire, numéro spécial « Les Arabes. De La Mecque aux banlieues de l’Islam », 272, janvier 2003, p. 56-59.
  • « De Soliman à Atatürk, les Turcs regardent vers l’Europe », L’Histoire, 273, février 2003, p. 16-17.

Khosrow Shakeri, ingénieur de recherche

Histoire et historiographie du monde iranien

3Comme les années précédentes, le séminaire fut consacré à l’étude critique, comparatiste et pluridisciplinaire de l’historiographie des deux révolutions iraniennes du XXe siècle (1905-1911 et 1978-1979) d’après les écrits des Irano-Américains, des Russo-Soviétiques (géorgiens, azerbaïdjanais, et russes) notamment, Mangol Bayat, Nariman Narimanov, T. Akhmetov, M.Z. Tutayev, A.M. Matveyev, G. Iliniskii, ainsi que G.S. Tchipachvili.

4Outre les institutions socio-politiques, et économiques traditionnelles et la question de la mentalité pré-révolutionnaire des Iraniens, les conseils populaires et provinciaux créés pendant cette période, on a cherché à examiner les ruptures et continuités de longue durée pendant cette première révolution, les comparant avec celles de la révolution « islamique » de 1978-1979, tout en prenant en compte des récits des auteurs surnommés.

5Fabrice Laffargue et Reda Fakhri ont aussi présenté deux études sur le rôle et l’influence des chefs chiites irano-irakiens, respectivement dans la révolution iranienne de 1905-1911 et le mouvement récent de l’Hezbollah au Liban.

Publication

  • Voir le site iranebidar.com.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Veinstein et Khosrow Shakeri, « Histoire turque et ottomane », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 370-373.

Référence électronique

Gilles Veinstein et Khosrow Shakeri, « Histoire turque et ottomane », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16381

Haut de page

Auteurs

Gilles Veinstein

Articles du même auteur

Khosrow Shakeri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals