Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire symbolique des sociétés européennes

Michel Pastoureau
p. 382-383

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Michel Pastoureau, directeur d’études

La couleur noire : une histoire symbolique

1Le noir est-il une couleur ? À cette question les sociétés anciennes ont toujours répondu par l’affirmative. Elles en ont à la fois fait l’un des pôles fort de tous les systèmes chromatiques et une couleur souvent prise en mauvaise part. À partir du XIIe siècle, toutefois, le regard porté sur le noir commence à changer, d’abord dans le domaine des morales religieuses, puis dans celui des codes sociaux et des pratiques vestimentaires, enfin dans celui de la création artistique et des réflexions savantes. Malgré la difficulté de teindre et de peindre en noir, partout cette couleur se valorise et se singularise. Au point qu’à partir du XVIe siècle, les théologiens et les hommes de science commencent à regarder le noir comme une couleur ayant un statut à part (ce qu’ils faisaient déjà pour le blanc depuis longtemps), puis à considérer que le noir et le blanc forment ensemble un univers chromatique spécifique, différent de celui des couleurs proprement dites. Au siècle suivant, lorsque Newton réalise les expériences du prisme, il propose un nouvel ordre des couleurs, le spectre, au sein duquel il n’y a désormais plus place ni pour le blanc ni pour le noir.

2En étudiant quelques aspects des pratiques sociales, des enjeux artistiques et des horizons symboliques de la couleur noire, le séminaire a cherché à retracer les grandes étapes de son histoire européenne, depuis l’Antiquité romaine jusqu’au XVIIe siècle. Un accent particulier a été mis sur trois dossiers : le lexique du noir en latin, dans les langues romanes et dans les langues germaniques ; l’iconographie médiévale de l’homme africain ; la vogue des tons noirs dans le vêtement occidental, de la fin du XIVe siècle au début du XVIIe.

Publications

  • Avec F. Horvat, Figures romanes, Paris, Le Seuil, 2001, 288 p.
  • Les animaux célèbres, Paris, Bonneton, 2001, 256 p.
  • Avec M. Popoff, Le grand Armorial équestre de la Toison d’or, Annecy, Editions du Gui, 2001, 2 vol., 338 p. et 164 pl.
  • « L’animal », dans Le Moyen Âge en lumière. Manuscrits enluminés des bibliothèques de France, sous la dir. de J. Dalarun, Paris, Fayard, 2002, p. 64-105.
  • « Combattre en couleurs (XIVe-XVe siècles) », dans L’homme armé en Europe (XIVe-XVIe siècle), P. Contamine et J.-R Reverseau (éd.), Paris, Musée de l’Armée, 2002, p. 229-249 (CERMA, vol. 3).
  • Blue. The History of a color, Princeton, Princeton University Press, 2002, 216 p.
  • « Le bestiaire des cinq sens », Micrologus. Natura, scienze e società medievali, X, I cinque sensi, Turnhout, 2002, p. 133-146.
  • The Devil’s Cloth. A History of stripes, Washington, Washington Square Press, 2003, 128 p.
  • Avec G. Duchet-Suchaux, Le bestiaire médiéval. Dictionnaire historique et bibliographique, Paris, Le Léopard d’or, 2003, 196 p.
  • « Héraldique du cœur (XIIe-XVIe siècle) », dans Micrologus. Natura, scienze e società medievali, XI, Il cuore, Turnhout, 2003, p. 145-157.
  • Les couleurs de notre temps, Paris, Bonneton, 2003, 202 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Pastoureau, « Histoire symbolique des sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 382-383.

Référence électronique

Michel Pastoureau, « Histoire symbolique des sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16387

Haut de page

Auteur

Michel Pastoureau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals