Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire des pratiques corporelles

Georges Vigarello
p. 396-397

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Georges Vigarello, directeur d’études

Les enjeux de l’apparence

1Cette année a été consacrée à la poursuite de l’investigation sur le thème de l’apparence. La période du XIXe siècle a été plus particulièrement au centre des préoccupations. La beauté romantique d’abord : l’appel à l’âme, l’allusion à l’insondable ; cette manière dont les femmes d’Eugène Delacroix par exemple plongent leur regard vers la pénombre, ou dont les femmes de Gaspard Friedrich plongent leur regard vers l’illimité. Au centre de cette esthétique du lointain : l’intériorité.

2Une autre préoccupation a porté sur la lente subversion de formes de la silhouette au XIXe siècle. Le « bas » par exemple acquiert, graduellement avec le siècle, une place qu’il n’avait pas. Les lignes physiques s’autorisent plus de présence : le corps insensiblement impose le « dessous ». Jusqu’au triomphe, au début du XXe siècle, des seuls contours physiques débarrassés de leurs contraintes rigides, livrés à l’apparente « simplicité » de leurs lignes. La présence physique en devient plus « totale » orientant vers des beautés plus dynamiques, plus étirées. Les figures s’élèvent, s’assouplissent. Ce qui témoigne, faut-il le dire, d’une manière plus reconnue aussi, plus active, pour la femme, d’habiter l’espace public. Impossible d’envisager ce problème sans une réflexion sur le genre et l’évolution du rapport masculin féminin.

3Autre préoccupation encore celle de la présence nouvelle d’une interrogation sur le désir au XIXe siècle : la brusque liaison entre la beauté de Nana, par exemple, le personnage sulfureux de Zola, et les forces sourdes qu’elle peut réveiller. Ce qui confronte les descriptions de la beauté à de nouvelles difficultés de dire, emportées vers un infini d’un nouveau genre : l’extrême du désir éprouvé, son obscurité sinon son mystère, « magnétisme » que les formes seules ne peuvent épuiser.

4Témoignages de ces disponibilités lentement redéfinies, ce sont les démarches d’embellissement qui s’avèrent les plus originales au XIXe siècle, systématisant l’artifice, le diffusant à grande échelle en le légitimant. Ce qui suggère un « droit » quasiment impensable jusque-là : celui, pour chacun, d’accéder à la beauté. Faut-il dire que dans cette accession, toute théorique encore, comme dans cette « artificialisa-tion », c’est la manière même d’inventer la beauté qui s’est transformée.

5Les exposés ont porté sur la beauté romantique, sur une histoire de la silhouette, sur le corps de la Parisienne, celui du dandy, sur le corps chez Balzac, Zola, Proust (trois époques, trois représentations), sur les pratiques d’amincissement. Des chercheurs invités ont parlé des pratiques de naturisme en France et la naissance du nudisme (Arnaud Baubérot, Paris-XII), de la « lipophobie » et de l’évolution de la ligne féminine (Claude Fischler, CNRS), des styles sportifs et des styles de corps (Christian Pociello, Paris-XI), des recherches sur l’anatomie (Mandressi, Université de Montevideo).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Vigarello, « Histoire des pratiques corporelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 396-397.

Référence électronique

Georges Vigarello, « Histoire des pratiques corporelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16394

Haut de page

Auteur

Georges Vigarello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals