Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Anthropologie économique du monde chinois

Michel Cartier
p. 401-403

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Michel Cartier, directeur d’études

Démographie de l’Extrême-Orient

1Le séminaire était consacré à l’étude des situations démographiques des pays d’Extrême-Orient : Chine, Taiwan, la Corée et le Japon. On a d’abord entendu deux conférences données par Cao Shuji, professeur à l’Université Fudan de Shanghai, sur le niveau d’urbanisation dans la Chine des Qing (1644-1911) et sur les conséquences démographiques de la famine des années 1959-1961. On a ensuite présenté et discuté la courbe de la population chinoise depuis le début des Song (960), telle qu’elle est reconstituée dans la série d’histoire démographique en six volumes de l’Université Fudan en cours de publication. Cette série, qui s’appuie sur une étude « philologique » des sources disponibles, aboutit à une courbe très différente de celle qui était proposée jusqu’ici dans la plupart des histoires récentes. C’est ainsi que les auteurs shanghaïens parlent d’une forte croissance des Song, avec une population culminant à 145 millions à la veille des invasions mongoles (contre seulement 120 millions, selon Ping-ti Ho). Dans ces conditions, la croissance des Ming (de 72 millions vers 1390 à 200 millions à la fin du XVIe siècle) équivaudrait surtout à une « récupération ». Pour ce qui est de l’évolution des Qing, qualifiée habituellement d’explosion démographique, les auteurs proposent un doublement entre le milieu du XVIIe siècle (140 millions) et 1776 (311 millions). La croissance se ralentirait fortement au XIXe siècle, et le pays aurait été ensuite durement frappé par la crise des Taiping. Il ne retrouverait le niveau de 1850 (430 millions) qu’au début du XXe siècle.

2La seconde partie du séminaire envisageait les divers États de la région en fonction de l’état d’avancement de leur « transition démographique ». Le schéma est partout identique : la baisse de la fécondité intervient à un moment où les personnes âgées sont encore peu nombreuses et où le niveau d’éducation des jeunes s’élève. Le « taux de dépendance », défini par la proportion des jeunes et des seniors entretenus par les actifs, baisse de moitié en passant de 80 à des valeurs comprises entre 40 et 50. Vers 2000 les taux de fécondité sont partout inférieurs au niveau de remplacement des générations – entre 1,3 et 1,8 enfant par femme –, mais le vieillissement n’a pas encore véritablement débuté. Une telle structure par âges est particulièrement favorable au développement. Le décalage des transitions démographiques explique les différences entre pays. Le Japon accomplit le premier sa transition, avec une chute spectaculaire de la fécondité dès les années 1950. Il connaît un développement économique rapide. Le ralentissement, sensible à partir des années 1990, correspondrait au début du vieillissement. Ce scénario est reproduit par la Corée du Sud, qui enregistre un effondrement de sa fécondité entre la fin des années 1960 et 1980. Une évolution parallèle affecte Taiwan, avec toutefois un retard d’une dizaine d’années. La Chine populaire, au contraire, connaîtrait une « transition atypique », avec trois « vagues de natalité », se succédant dans les décennies 1950, 1960, puis 1980. Il est, par ailleurs, intéressant de noter que des troubles sociaux du type « mai 1968 » se sont produits chaque fois que l’effectif des 15-25 ans atteignait son maximum, c’est-à-dire vers la fin des années 1960 au Japon, autour de 1980 en Corée et à Taiwan, ou en 1989 en Chine populaire. Les effets du vieillissement, encore peu sensibles au tournant du siècle, affecteront les divers États de la zone dans les décennies à venir.

Le statut éthique des animaux en Chine

3Le groupe d’études, animé conjointement avec Danielle Elisseeff, s’est réuni six fois. Il a débuté par deux exposés de Michel Cartier, tout d’abord une présentation des conceptions zoologiques chinoises telles qu’elles ressortent de l’ouvrage récent de Roel Sterckx (The Animal and the daemon in Early China, Albany, 2002) – les animaux sont toujours envisagés dans leurs rapports avec l’homme –, puis un commentaire du chapitre « sabots de chevaux » du Zhuangzi, qui rapproche la domestication du cheval du travail effectué par les artisans sur la matière brute et insiste sur les contraintes imposées aux animaux par l’homme. Danielle Elisseeff s’est intéressée à un passage du « Livre des Rituels » (Liji II, « Tan Gong » 2, 3), un texte mettant en scène Confucius s’interrogeant sur les rituels à respecter de manière à enterrer correctement son chien. Ce message serait, en fait, à prendre au sens symbolique, tout en renvoyant à des pratiques attestées dans le cas des chiens et des chevaux, particulièrement à l’époque des Zhou Orientaux. Les deux séances suivantes, confiées à Véronique Chin, étaient consacrées aux filières de l’élevage des porcs et des poules en Chine du Sud, d’après des études de terrain accomplies vers 2000. L’élevage est pratiqué dans le cadre de micro-exploitations, mais commercialisé à travers des circuits provinciaux. La parole a finalement été donnée à Vincent Goossaert, qui a présenté un chapitre d’un manuscrit en préparation sur le tabou du boeuf. Si ce tabou se forme entre le IXe et le XIIe siècle, ce n’est qu’avec l’essor des « livres de morale » (shanshu) qu’il acquiert son statut d’élément fondamental de l’éthique commune aux Chinois. Il s’articule avec d’autres thèmes, tels que la non-violence à l’égard des animaux (jiesha), mais également le respect pour l’écrit (xi zi). Il a expliqué divers documents, dont un tract illustré – montage graphique de plusieurs textes – ayant connu une grande diffusion aux XVIIIe et XIXe siècles.

Publications

4Michel Cartier

  • « De l’étude des calamités naturelles à l’histoire du climat », Revue bibliographique de sinologie, 2001, p. 541-558.
  • « “L’histoire régionale” ou le retour du Japon en Asie », Revue bibliographique de sinologie, 2002, p. 189-196.
  • « Les normes scientifiques. Un grand débat dans le monde universitaire chinois », Revue bibliographique de sinologie, 2002, p. 65-84. Traduction en chinois d’une conférence donnée à Paris par Cao Shuji.
  • « 1300 millions de Chinois au terme d’une transition démographique atypique », dans La population du monde. Géants démographiques et défis internationaux, J.-C. Chasteland, J.-C. Chesnais (éd.), Paris, INED, 2002, p. 119-146.
  • « Le 11 septembre vu par la presse chinoise », Topique, 2003, 83, p. 125-127.
  • « Les Venises d’Extrême-Orient ; L’arc et le cheval ; Des foyers bien recensés », Les Cahiers de Science et vie : Marco Polo, 73, février 2003, p. 46-53 ; 64-67 ; 78-79.

Danielle Elisseeff

  • « La sinologie et le Web. Outils d’aujourd’hui, outils de demain », Revue bibliographique de sinologie, 2002, p. 3-20.
  • Les arts de l’Extrême-Orient, Paris, Presses Universitaires de France (« Que sais-je ? » 77), 2003, nouv. éd. mise à jour.
  • Confucius. Des mots en action, Paris, Gallimard (« Découvertes » 440), 2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cartier, « Anthropologie économique du monde chinois », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 401-403.

Référence électronique

Michel Cartier, « Anthropologie économique du monde chinois », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16397

Haut de page

Auteur

Michel Cartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals