Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

L’islam dans le sous-continent indo-pakistanais

Marc Gaborieau
p. 404-406

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Marc Gaborieau, directeur d’études

L’anthropologie historique des musulmans sud-asiatiques : un essai de synthèse

1Ce séminaire, le dernier de la carrière de l’enseignant, a tiré les conclusions de vingt et un ans d’enseignement à l’EHESS sur l’anthropologie historique des musulmans du sous-continent indo-pakistanais. Il a fait le point des connaissances, dégagé des réflexions sur les méthodes et esquissé des pistes de recherche pour l’avenir. Deux séances introductives à l’automne ont retracé la constitution des communautés musulmanes du sous-continent par le biais de migrations, de conquêtes et de conversions, puis dressé un tableau de la diversité ethnique de ces communautés (Afghans, Tibétains, Indiens du Nord, Indiens du Sud...). Le troisième cours au début janvier a été consacré aux modulations de la parenté hindoue sous l’influence de l’islam dans le Nord du sous-continent en dressant une typologie des types d’union du point de vue du lignage des conjoints (mariage arabe endogamique, mariage hindou exogamique, types hybrides...). Le reste de l’année a été employé à analyser le problème crucial qui se pose aux musulmans du sous-continent indien : comment aménager et justifier du point de vue islamique la hiérarchie sociale ? C’est-à-dire, comment aménager le système des castes ? Après une séance intitulée « La hiérarchie sociale chez les musulmans : caste ou non ? », qui a exploré les dimensions historique et théorique de ce problème, le reste du séminaire a exploré les solutions choisies par les musulmans du sous-continent indien, solutions qui varient selon les niveaux de la hiérarchie. Au niveau le plus haut, celui des dominants (guerriers, propriétaires fonciers, grands marchands) on retrouve une superstructure islamique où les groupes sociaux concernés – qui passent le plus souvent pour des immigrants arabes, turcs ou afghans – se hiérarchisent selon leur origine ethnique et leur ancienneté de conversion à l’islam. C’est dans ces couches supérieures que se recrutent généralement les cadres religieux, c’est-à-dire les docteurs de la Loi ou oulémas, et les mystiques ou soufis, les deux rôles étant souvent tenus par les mêmes hommes. Aux niveaux médian et inférieur, la hiérarchie des groupes musulmans reproduit pour l’essentiel celle du système des castes hindou : la nomenclature est le plus souvent la même, sauf pour ces rôles musulmans spécifiques que sont ceux des barbiers qui effectuent la circoncision, des bouchers qui rendent la viande halâl, et surtout des fakirs, qui relèvent d’anciennes confréries soufies devenues des castes de prêtres funéraires. Delphine Ortis a présenté, d’après son terrain, les castes d’artistes et de musiciens qui travaillent dans le sanctuaire de Ghâzî Miyân (Bahraich, UP). Pour conclure, Marc Gaborieau a posé la question-test qui permet de savoir si la hiérarchie des musulmans est bien un système de castes : « Y a-t-il des intouchables musulmans ? ». La réponse a été positive. Cette attitude des musulmans indiens, par ailleurs, ne contredit pas les normes juridiques de l’islam médiéval pour lequel les deux corps de métiers placés au bas de l’échelle sociale, et avec qui les mariages sont interdits, sont ceux des tanneurs et des balayeurs ; ce sont précisément en Inde les deux plus basses castes intouchables chez les musulmans comme chez les hindous.

2Ont été accueillies dans ce séminaire les conférences de deux directeurs d’études associés : Tazeen Murshid (Université libre de Bruxelles) sur les femmes musulmanes et le droit dans l’Inde britannique ; Carl Ernst (Université de Caroline du Nord) sur les traductions et interprétations des textes de yoga par les soufis indiens, puis ottomans du XIe au XIXe siècle.

3Comme les années précédentes le premier lundi de chaque mois a été consacré aux exposés du groupe « Minorités en miroir » de l’IISMM, avec des exposés de Jean-Marc de Grave (post-doc) sur islam et javanisme en Indonésie, Éloi Fiquet (post-doc) sur les musulmans d’Ethiopie, Frédérique Longuet-Marx (Université de Caen) sur les minorités dans le Caucase, Christèle Dedebant (post-doc) sur le droit des femmes et le droit des minorités au Pakistan, Alessandra Marchi sur le soufisme en Italie et Liliane Kuczinsky (CNRS) sur les minorités musulmanes en Martinique.

Publications

  • « Christian minorities in the Hindu Kingdom of Nepal », Religious minorities in South Asia. Selected essays on post-colonial situations, sous la dir. de M. Hussain & L. Ghosh, vol. 1, Bangladesh, Pakistan, Nepal, Sri Lanka, New Delhi, Manak Publications, 2002, p. 90-106.
  • « Walî » (saint), § 6, « Muslim India », « Yûsuf Kândhalawî Dihlawî », « Zakariyâ Kândhalawî » et « Ziyâra » (pèlerinage), § 7, « Muslim India », Encyclopaedia of Islam, Leyde, E. J. Brill, vol. XI, 2002, p. 118-120, 358, 406 et 535-536.
  • « Religion in Pakistan Polity », dans Pakistan. The Contours of State and Society, sous la dir. de S. Mumtaz & J.-L. Racine, Karachi, Oxford University Press, 2002, p. 43-55.
  • « L’islam entre dans le jeu » et « La partition était-elle inéluctable ? », L’Histoire, 278, juillet-août 2003, p. 40-43 et 84-87 (numéro spécial Les mystères de l’Inde. Du Bouddha à Gandhi).
  • « Introduction to the new edition », dans Muslim Shrines in India. Their character, history and significance, sous la dir. de C. W. Troll, Delhi, Oxford University Press, 2e éd., 2003, p. V-XXI.
  • « The Ghazi Miyan Cult in Western Nepal and Northern India », dans On becoming an Indian Muslim. French essays on aspects of syncretism, traduits et publiés par M. Waseem, Delhi, Oxford University Press, 2003, p. 238-263 (trad. de M. Gaborieau, « Légende et culte du saint musulman Ghâzî Miyân au Népal occidental et en Inde », Objets et Mondes, XV, 3, 1975, p. 289-318).
  • « Towards a sociology of Indian Muslims », dans ibid., p. 294-315 (trad. de la conclusion de M. Gaborieau, Ni brahmanes ni ancêtres. Colporteurs musulmans du Népal, Nanterre, Société d’ethnologie, 1993, p. 401-419).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Gaborieau, « L’islam dans le sous-continent indo-pakistanais », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 404-406.

Référence électronique

Marc Gaborieau, « L’islam dans le sous-continent indo-pakistanais », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16398

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals