Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles

Jocelyne Dakhlia
p. 412-414

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jocelyne Dakhlia, directeur d’études

1La première partie du séminaire a été centrée sur la question des usages linguistiques au Levant à l’époque moderne, et plus spécialement au XVIIe siècle, à partir des relations de voyage européennes. Un accent particulier a été porté sur le cas de la Morée et de la Crète. L’usage du grec apparaît en effet dans l’ensemble du Levant comme une forme relativement alternative à l’usage de la langue tranque. D’une part la composante grecque est dans une certaine mesure sous-représentée dans cette langue-creuset qu’est supposée être la lingua franca, d’autre part la présence dans le paysage communautaire, en Égypte par exemple, d’intermédiaires grecs servant de truchements aux voyageurs européens paraît évincer la visibilité de la lingua franca et contribuer à la minorer dans cette partie du monde musulman. C’est pourquoi une lecture attentive des relations de voyage portant sur les régions de langue permet de confirmer la multiplicité des usages des langues de truchement et la présence au moins sous-jacente de la langue tranque dans ces régions comme dans l’ensemble de la Méditerranée musulmane. L’enquête a d’ailleurs permis de mettre en évidence, simultanément et corrélativement l’importance de l’enseignement de l’italien dans ces régions à l’époque moderne, et de son usage soit sous une forme « pure » et savante, soit sous une forme que les sources définissent comme « corrompue », et qui rejoint en cela les catégories du temps caractérisant la lingua franca. On a également tenté de mettre en évidence des spécificités selon le sexe, dans des régions sous domination musulmane mais où la claustration des femmes ne semble pas si absolue qu’en d’autres parties du monde ottoman.

2Cette enquête sur les usages linguistiques dans des sociétés mêlant des populations turcophones et hellénophones, musulmanes et chrétiennes, a également permis de s’interroger sur les relations entre interactions linguistiques et phénomènes de syncrétisme, le plus souvent déclinés, cependant, comme une simple combinatoire. L’impression de sociétés à fort régime de mixité pourrait néanmoins s’avérer trompeuse, car elle repose souvent, dans les narrations, sur la médiation de personnages-frontières, convertis ou à l’identité métisse, voués à l’activité de truchement ou passeurs culturels.

3À partir du corpus des voyageurs du XVIIe siècle, un dossier iconographique a par ailleurs été constitué, à partir des croquis et illustrations de ces ouvrages, pour identifier également, dans leur entrecroisement et leur logique de cohabitation, les formes de marquage religieux du paysage : présence de mosquées, d’églises transformées en mosquées, de monuments antiques référés ou non à la domination musulmane.

4La prochaine et dernière année de ce séminaire sera consacrée à inventorier les traces des usages de la langue franque sur la rive nord de la Méditerranée, dans l’Europe du Sud, en rapport avec l’esclave musulman et les phénomènes de captivité.

5Les autres séances du séminaire ont été dévolues à la présentation de travaux en cours en histoire et sciences sociales du Maghreb par des collègues d’universités, ainsi qu’à quelques séances de présentation et discussion d’ouvrages récents sur l’Islam, notamment celui de B. Lewis, Que s’est-il passé ? trad. fr., Paris 2002.

Publications

  • « La roue tourne : de l’inconstance du despote », dans Lucette Valensi à l’œuvre, sous la dir. de F. Pouillon, Paris, Bouchène, 2002, p. 257-277.
  • « Pour l’anthropologie historique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 4 bis, t. 49, 2002, ρ 85-89.
  • « Lingua franca : a non memory », dans Remembering Africa, E. Mudimbe-Boyi (éd.), Porsmouth, Heinemann, 2002, ρ 234-244.
  • « Les miroirs des princes islamiques : une modernité sourdre », Annales HSS, 5, septembre-octobre 2002, p. 1191-1207.
  • « Parler franco », dans Parlez-moi d’Alger-Marseille. Alger au miroir des mémoires, Paris, Éd. Réunion des Musées nationaux, 2003, p. 100-105.
  • « Passer à l’indistinct », dans Les civilisations dans le regard de l’autre, Paris, UNESCO, 2003, p. 143-152.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 412-414.

Référence électronique

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16402

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals