Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Parenté et logiques identitaires

Enric Porqueres i Gené et Jérôme Wilgaux
p. 439-440

Texte intégral

Enric Porqueres i Gené, maître de conférences

1Enseignement suspendu durant l’année universitaire 2003-2004.

Enric Porqueres i Gené, maître de conférences
Jérôme Wilgaux, maître de conférences à l’Université de Nantes

Thèmes de parenté européenne : les prohibitions matrimoniales

2Après avoir traité, au cours des trois années précédentes, les questions de la définition de l’inceste et de l’évolution des prohibitions matrimoniales dans les mondes grec, romain et juif, durant l’Antiquité, nous avons abordé cette année la question de l’extension des interdits dans le monde chrétien, en Occident ainsi que dans le monde byzantin, du IVe au VIIe s. p.C. Les prohibitions mises en place progressivement à partir du IVe s. par les législations civiles et religieuses ont été analysées à la lumière des représentations antiques de la parenté, et une attention particulière a été accordée aux justifications apportées par nos sources.

3Au IVe s., une série de législations impériales interdisent successivement la nièce, le frère de l’ex-époux ou la sœur de l’ex-épouse, puis la cousine. L’explication de cette extension par de possibles influences chrétiennes est aujourd’hui remise en cause par les spécialistes de la question, qui insistent au contraire sur une évolution parallèle des mentalités païennes et chrétiennes. Quoi qu’il en soit, comparés aux prohibitions du Lévitique, les interdits au début du Ve s. se caractérisent désormais par une extension dans la collatéralité tout à fait originale et propre au nord de la Méditerranée. En conséquence, et contrairement à ce qui se passe dans le monde juif à la même époque, le groupe des proches parents devient progressivement complètement exogame.

4Cette prise en compte plus ou moins implicite de groupes et de lignées est particulièrement développée dans le monde byzantin, où du fait de l’extension des interdits dans l’affinité à partir du Concile in Trullo en 692, tout mariage semble considéré comme une fusion entre familles et empêche ainsi tout renchaînernent d’alliance.

5Les responsables du séminaire mènent par ailleurs, dans le cadre du projet européen de recherche « Public understanding of genetics », une réflexion sur les évolutions contemporaines des interdits incestueux, notamment au sein des législations et des débats publics autour des nouvelles technologies de reproduction.

Publications

  • « Interrogantes sobre la condición humana : El cuerpo y la trascendencia », La Vanguardia, 22 janvier 2003.
  • « La sangre perturbada. Matrimonio y redefiniciones de la identidad nacional vasca », dans La sangre de las naciones. Identidades nacionales y violencia política, A. Robles Egea (éd.), Grenade, Universidad de Granada, 2003, p. 59-91.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enric Porqueres i Gené et Jérôme Wilgaux, « Parenté et logiques identitaires », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 439-440.

Référence électronique

Enric Porqueres i Gené et Jérôme Wilgaux, « Parenté et logiques identitaires », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16416

Haut de page

Auteurs

Enric Porqueres i Gené

Articles du même auteur

Jérôme Wilgaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals