Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes

Agnès Fine
p. 440-442

Texte intégral

Agnès Fine, directrice d’études

Construction sociale des sexes et parenté

1Le faible intérêt des sciences sociales en France pour l’étude de la construction et de l’expression des identités sexuées nous semble devoir être expliqué par la prééminence, depuis les années 1970, de positions théoriques et politiques dont l’objectif est de « dissoudre » la différence des sexes. En affirmant que le « genre » précède le sexe (cf. C. Delphy ou N.C. Mathieu), ou que la différence des sexes est contenue tout entière dans la « domination masculine », les sciences sociales n’ont plus qu’un objet légitime : l’analyse des relations de pouvoir censées constituer la différence. Dès lors, pourquoi s’intéresser aux processus sociaux par lesquels on devient homme ou femme ? Les premières séances ont été consacrées à l’examen critique de ces diverses positions ainsi qu’à celles qui, en s’y opposant, se fondent sur une définition parfois réifiée et peu historique d’une identité sexuée, ramenée à une simple différence biologique entre les sexes ou à une différence psychique. Convaincue de l’intérêt d’analyser les modalités de la construction des identités sexuées dans nos sociétés, nous avons centré notre réflexion sur l’accès à la masculinité dans les sociétés occidentales contemporaines, en partant d’un roman.

2Publié en 1995 et traduit la même année en français, Sous le règne de Bone est un « roman de formation » qui met en scène l’itinéraire, entre 14 et 16 ans, d’un adolescent rebelle, issu d’un milieu pauvre du nord des États-Unis. L’ensemble de l’œuvre de son auteur, l’américain Russell Banks, tourne autour de la question de la place des hommes, en particulier des pères, dans la société américaine contemporaine (cf. Guillaume Le Blanc, « Russell Banks ou le péché des pères », Esprit, 2001). Le succès populaire du roman aux États-Unis (bientôt porté à l’écran) et plus largement en Europe interroge l’anthropologue. Quelle « vérité » sur la jeunesse masculine américaine le romancier énonce-t-il pour trouver un tel écho chez ses lecteurs ?

3Nous avons situé le roman dans le genre littéraire du « roman de formation » avant d’analyser sa construction (il est bâti « comme un conte » d’après l’auteur) et ses modèles littéraires (Les aventures de Huckleberry Finn de M. Twain et The catcher in the Rye de J.D. Salinger). Dans un deuxième temps, nous avons essayé d’éclairer son contenu à l’aide des travaux des sociologues et des anthropologues français et américains sur des thèmes tels que les relations du héros au sein de sa famille d’origine (recomposée) et de sa famille élective, l’abus sexuel dont il est victime (exposé d’A. Martial), sa vie dans une bande de motards, sa pratique du tatouage (exposé de B. Rouers), son rapport de jeune homme à la sexualité (exposé de D. Michels, doctorant) et à la musique (exposé de M. Balthazar, doctorante). Cette recherche devrait être poursuivie sur d’autres thèmes présents dans le roman, par exemple le rapport du jeune héros avec la drogue (le cannabis), ses activités délinquantes, son initiation à la culture jamaïcaine, thèmes également présents dans les autres œuvres du romancier. Nous tentons ainsi de faire dialoguer anthropologie et littérature, celle-ci étant à nos yeux une des voies royales pour comprendre les modalités de la construction des identités sexuées dans nos sociétés.

Amour et sexualité

4Séminaire interdisciplinaire « Genre » de l’Institut des Écoles doctorales de l’Université de Toulouse-II (avec Marlène Albert-Llorca, professeur à l’Université de Toulouse-Le Mirail et Alain Ballabriga, historien et anthropologue, directeur de recherche au CNRS)

5Ce séminaire interdisciplinaire s’adresse aux doctorants des trois écoles doctorales de l’Université de Toulouse-Le Mirail. Nous avons poursuivi la réflexion sur le thème traité l’année précédente. Après une séance d’introduction dans laquelle ont été rappelés les apports des publications récentes dans le domaine, nous avons pu échanger avec nos invités successifs : Serge Tcherkézoff, anthropologue océaniste, a présenté ses travaux sur « la sexualité à Samoa ». Ce dépaysement fut nécessaire pour relativiser les notions utilisées par les chercheurs travaillant sur les sociétés occidentales du passé. Ont exposé successivement leurs travaux, Anne Richardot (sciences des textes littéraires) sur « le libertinage au XVIIIe siècle », Annie Paradis (anthropologue) sur « le corps et le cœur chez Mozart », Gabrielle Houbre (historienne) sur « le sentiment amoureux à l’époque romantique ». Claudine Leduc (historienne de l’Antiquité grecque) a fait une présentation critique des recherches de Davidson sur « prostitution et sexualité à Athènes à l’époque classique ». Thierry Eloi (historien romaniste) a présenté ses analyses sur « la sexualité masculine à Rome ». Ces deux derniers exposés ont traité de l’homosexualité masculine, thème repris pour l’Europe contemporaine par Florence Tamagne (historienne) qui a présenté ses travaux sur « la construction des identités homosexuelles en Europe au XXe siècle » et Catherine Deschamps (sociologue) sa recherche sur « la bisexualité ». Enfin, Jacqueline Gouzy (pédopsychiatre) a confronté l’usage de la notion de « désir » par les sociologues à celui de Freud et de la psychanalyse. Des séances de discussions reprenant le contenu des exposés et des débats ont été ménagées entre les exposés des invités : l’ensemble a été jugé vivant et riche par l’ensemble des participants. A. Fine a ensuite organisé en collaboration avec deux doctorants et avec la participation de collègues historien et sociologue, une journée doctorale sur « Genre et sexualité » qui a réuni une trentaine de doctorants : une vingtaine d’entre eux ont présenté leur recherche qui fut discutée par l’ensemble des participants.

Publications

  • « Histoire des femmes et anthropologie des sexes. Poursuite d’un débat ouvert en 1986 », Clio, Histoire, Femmes et sociétés, 16, 2002, p 145-166.
  • « Leite envenado, sangue perturbado. Saber médico e sabedoria popular sobre os humores femininos (séculos XIX e XX) », dans O corpo feminino em debate, M. Izilda S. de Matos et R. Soihet (éd.), São Paulo, Editora UNESP, 2003, p 57-78.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Fine, « Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 440-442.

Référence électronique

Agnès Fine, « Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16418

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals