Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des techniques contemporaines et de leurs rapports au corps

Michel Tibon-Cornillot
p. 452-454

Texte intégral

Michel Tibon-Cornillot, maître de conférences

La fabrique du vivant intelligible : des expérimentations sur l’homme à la reconstruction expérimentale de l’humain

1Nous avons poursuivi les recherches entamées, il y a trois ans, sur le thème « des nouvelles formes de la tyrannie » en mettant davantage l’accent sur la question du contrôle des corps vivants « humains ». Nous avions élaboré au cours de ce travail sur la tyrannie une série de concepts articulés autour de l’apparition « d’organismes intelligibles » dont nous avons rappelé la signification et les enjeux au cours des premières séances. La « convocation à l’existence » de ces organismes se fonde sur une dynamique par laquelle les organismes vivants, fixés sous le regard des sciences modernes, sont extraits hors de leurs contextes initiaux grâce au travail de réduction-quantification. Leur approche à travers des signes « désaffectés » et opératoires est le prix qu’il faut payer pour les faire entrer dans la puissance combinatoire des codes contemporains. C’est alors qu’il devient possible de créer ces « organismes intelligibles » (clones, chimères, organismes génétiquement modifiés, etc.) de plus en plus nombreux, de plus en plus artificiels.

2Les séances suivantes ont introduit une distinction essentielle entre ce qu’on appelle « les expérimentations sur l’homme » et ce que l’on se propose de nommer « la reconstruction expérimentale de l’humain ».

  • L’interprétation classique du thème de l’expérimentation sur l’homme en fait un événement exceptionnel qui s’intègre dans un contexte réglementaire chargé d’éviter des situations insupportables. Nous en avons présenté la trace dans plusieurs disciplines, qu’il s’agisse du droit (lois bioéthiques, code de la santé, etc.) ou de la déontologie propre à plusieurs secteurs professionnels (médecine et essais thérapeutiques, pharmacie et médicaments). Nous avons aussi évoqué les échos médiatisés de quelques transgressions spectaculaires (trafics d’organes, campagnes secrètes d’essais médicaux ou pharmaceutiques sur des populations vulnérables). Mais ces dimensions éthiques ou émotionnelles restent, le plus souvent, abstraites et normatives ; elles ne peuvent plus prendre en compte les transgressions massives des frontières séparant les espaces confinés des laboratoires et les espaces sociaux, les espaces-mondes.
  • L’approfondissement de la notion d’expérimentation dans les sciences et les techniques modernes permet de sortir de ce contexte interprétatif dominant. « L’expérimentation n’est pas d’abord vérification mais institution, construction d’une nouvelle réalité toujours plus perméable aux approches quantitatives » ; telle est la formulation condensée que nous avons développée à partir de l’exposé de l’expérience scientifique princeps, celle qui fut construite par Galilée à propos de la « chute des graves ». Cette expérience n’avait pas d’abord pour but de vérifier quelque hypothèse mais d’incarner une démonstration, une loi à partir d’un montage précis et bien localisé. Cet ensemble articulé de plans soigneusement polis, de sphères bien rondes, est en réalité le premier des laboratoires, celui dans lequel Galilée introduit dans notre monde « chaotique », une nouvelle lignée de phénomènes et d’êtres intelligibles reconstruits selon les principes de l’intelligibilité mathématique. Il inaugure ainsi l’histoire des laboratoires, ces espaces réservés dans lesquels seront construites les expériences, utilisés les instruments, ces théories concrétisées, chargés de substituer progressivement au monde des expériences chatoyantes, confuses, insaisissables de la vie quotidienne, des experimenta reconstruits selon les principes de la rationalité moderne.

3Dans la dernière partie du séminaire, nous avons approfondi notre travail sur l’établissement de la frontière établie entre les espaces des laboratoires ou espaces expérimentaux et les espaces-mondes, ce qui nous a permis de rappeler que l’histoire de la constitution de cette frontière est en même temps l’histoire de ses transgressions. Jamais, depuis la fondation des sciences modernes, ses adeptes ne se sont contentés de leur travail en laboratoire. Animés par un prosélytisme ardent, les scientifiques ont participé de façon active et permanente au travail de rationalisation des formes sociales, de la production industrielle, des armements, de la médecine, en fonction du grand projet de numérisation et de transformation du monde.

4Pourtant cette volonté transformatrice qui anime, chercheurs et ingénieurs, s’est heurtée et se heurte encore à des résistances importantes. Les histoires de la médecine, de la génétique, de la neurophysiologie du cerveau, mais aussi celle de la physique théorique et de sa participation à la mise au point des armements nucléaires, pour ne citer que ces disciplines, ne peuvent faire l’impasse sur les nombreuses situations où furent appliquées des approches de laboratoire à des régions et des peuples entiers afin de mettre au point des performances scientifiques et techniques. Ainsi voit-on par ces quelques évocations que le statut de la frontière séparant les espaces clos des laboratoires et les espaces publics doit être rappelé et précisé et que la question cruciale du franchissement de cette frontière est au coeur des inquiétudes et des tentatives de régulation au sein de nos sociétés.

5Nous avons voulu illustrer la progression de ces « arraisonnements » scientifiques et techniques dans deux situations révélatrices, les fameux « essais au champ » des OGM et les expérimentations médico-pharmaceutiques en montrant aux étudiants que l’implication croissante des individus et des populations dans des essais sur de nouveaux médicaments ou de nouveaux aliments révèle l’essence même du projet contemporain de reconstruction du monde et des organismes vivants, projet au sein duquel l’espèce humaine, et la biosphère entière, sont autant d’éléments d’un espace-temps expérimental commun, celui de la « planète-laboratoire ».

Publications

  • « En route vers la planète radieuse. Déferlement des techniques, insolence philosophique », dans Rue Descartes. Revue du Collège international de philosophie, « A quoi sert la philosophie des sciences », 41, 2003, p. 52-63.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques contemporaines et de leurs rapports au corps », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 452-454.

Référence électronique

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques contemporaines et de leurs rapports au corps », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16424

Haut de page

Auteur

Michel Tibon-Cornillot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals