Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne

Giorgio Blundo
p. 466-467

Texte intégral

Giorgio Blundo, maître de conférences

Anthropologie comparative de la corruption

1Dans le cadre de ce séminaire, nous avons poursuivi la construction d’une anthropologie du fonctionnement quotidien de l’État. En effet, l’entrée par la corruption et par la dimension cachée des pratiques politiques et administratives est pour nous une façon d’éclairer, sous un angle non-normatif, les relations entre usagers et administration, les formes concrètes de l’espace public, ou encore les représentations locales des formes de gouvernement.

2De la réflexion entamée l’année précédente, nous avons gardé la dimension comparative, l’attention tournée vers des données issues d’enquêtes empiriquement fondées et les préoccupations méthodologiques. Ainsi, on a insisté sur la nature transdisciplinaire de l’objet « corruption », qui se situe au croisement entre la science politique, l’économie et l’anthropologie. Nous avons aussi, à travers une comparaison entre les données produites au cours de nos recherches en Afrique de l’Ouest et la vaste littérature portant sur la corruption politique en Afrique, en Asie et en Europe (avec une attention particulière au cas italien), souligné les difficultés de l’observation et de la description des pratiques corruptrices, qui sont dissimulées par les acteurs sociaux et tributaires de perceptions ambivalentes. Certains aspects méthodologiques de nos recherches (la dimension temporelle des transactions corruptives) ont été débattus, en mars 2003, au sein du séminaire commun du SHADYC, axé sur le thème des « Temporalités et dynamiques culturelles ».

3Nous avons ensuite abordé de nouvelles thématiques : le bilan des débats autour de la relation entre logiques culturelles et corruption, l’analyse des acteurs et des registres de la dénonciation, enfin l’ethnographie des processus contemporains de privatisation « informelle » de l’État africain. Cette dernière réflexion s’est appuyée sur nos nouvelles recherches sur l’administration locale nigérienne, avec une mission d’étude réalisée dans la région de Tahoua en janvier 2003. Elle s’est prolongée également par la participation à un colloque sur la décentralisation, organisé au Mali en novembre 2002 par le CEA-EHESS et l’université de Bamako, et à la conférence sur « Anthropological approaches on corruption », organisée par l’ASSR à Amsterdam en décembre 2002.

Publications

  • « Négocier l’État au quotidien : agents d’affaires, courtiers et rabatteurs dans les interstices de l’administration sénégalaise », dans État et acteurs émergents en Afrique, Y. Lebeau, B. Niane, A. Piriou, M. de Saint Martin (éd.), Paris-Ibadan, Karthala-IFRA, 2003, pp. 153-173.
  • Avec J.-P. Olivier de Sardan (éd.), Pratiques de la description, Paris, Éditions de l’EHESS (« Enquête »), 2003.
  • « Décrire le caché. Autour du cas de la corruption », dans op. cit., p. 75-111.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giorgio Blundo, « Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 466-467.

Référence électronique

Giorgio Blundo, « Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16436

Haut de page

Auteur

Giorgio Blundo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals