Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et historicité

Jean-Loup Amselle
p. 468-469

Texte intégral

Jean-Loup Amselle, directeur d’études

La fabrique de l’art et du patrimoine africains

1LE séminaire de cette année qui prenait la suite de celui des années précédentes concernait les conditions pratiques de mise en œuvre de l’art contemporain africain conçu à la fois comme notion, corpus d’œuvres et processus d’instanciation. En effet il ne s’agissait pas pour nous de nous contenter d’élaborer une pure esthétique de ce qui ressortit à l’art africain contemporain, à l’instar de ce qui est pratiqué à propos de l’art occidental, mais bel et bien de déceler toutes les procédures susceptibles de faire exister l’art contemporain africain en tant que tel. C’est ainsi que l’attention s’est portée en direction de tous les agents qui contribuent à faire exister l’art africain contemporain : commissaires d’exposition, curateurs, experts, galeristes, organismes publics et privés finançant l’art contemporain africain. À propos de Frédéric Bruly Bouabré a été ainsi évoqué le rôle majeur joué par la Collection d’art africain contemporain (CAAC) de Jean Pigozzi et André Magnin dans l’émergence de cet artiste autodidacte ivoirien (Yaya Savané). De même, la contribution des Centres culturels français d’Afrique et d’ »Afrique en créations » à la levée des jeunes talents artistiques africains a-t-elle été mise en lumière par Amadou Chab Touré (Institut national des arts du Mali), Yves de la Croix (ministère des Affaires étrangères), Paolo Israel, Cécile Canut (Université Paul-Valéry, Montpellier) et Véronique Liot. L’art africain contemporain semble en effet largement lié à la politique culturelle de l’État français, lui-même confronté au phénomène de la mondialisation et de la domination de l’art américain. À cet égard, l’Afrique, de même qu’une bonne partie du tiers monde, peut apparaître comme une solution de rechange à un art français menacé de marginalisation.

2L’art africain contemporain est ainsi apparu comme une notion problématique en ce qu’elle est insérée dans une multiplicité de catégories externes qui lui donnent un sens. L’art africain contemporain se situe en effet à la croisée de plusieurs déterminations : l’Occident, le monde arabo-musulman (Silvia Naef, Université de Genève), de sorte qu’il n’existe que dans l’exacte mesure de ses énonciations et de la conversation qui lui donne corps (Nicolas Jaujou, Université de Bordeaux-II).

Publications

  • « Du métissage au branchement », Passerelles, 2001, 23, p. 63-71.
  • « I fondamenti anthropologici della costruzione delle identità », dans Identità collettive tra Medioevo ed Età Moderna, P. Prodi et W. Reinhard (éd.), Bologna, CLUEB, 2002, p. 31-42.
  • « L’Afrique : un parc à thèmes », Les Temps modernes, « Afriques du monde », 2002, 620-621, p. 46-60.
  • Éd., numéro spécial des Temps Modernes sur le thème « Afriques du monde », 2002, 620-621.
  • « Le métissage : une notion piège », dans La culture, De l’universel au particulier, N. Journet (éd.), Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 2002, p. 329-333.
  • « Le multiculturalisme à la française », Encyclopædia Universalis (« Universalia »), 2003, p. 119-124.
  • Affirmative exclusion, cultural pluralism and the rule of custom in France, Ithaca, Cornell University Press, 2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Loup Amselle, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 468-469.

Référence électronique

Jean-Loup Amselle, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16438

Haut de page

Auteur

Jean-Loup Amselle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals