Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe

François Pouillon
p. 471-473

Texte intégral

François Pouillon, directeur d’études

Itinéraires d’Orient : vers les marges

1Délaissant les registres classiques de l’orientalisme (ethnologie, peinture, littérature de voyage, etc.), on s’est délibérément porté cette année vers les marges, pour chercher à analyser d’autres domaines du savoir, d’autres matériaux, d’autres modes d’approche. La musique par exemple, qui est bien un fait de culture représentatif, un objet de curiosité et même d’érudition, mais ne peut être aussi facilement apprivoisée que d’autres traits de civilisation. Une moins bonne perception, si l’on ose dire, est manifeste ici, et des retards d’appréciation significatifs apparaissent par rapport à d’autres objets mieux verbalisés. Nous avons réalisé un premier parcours de ce champ immense grâce à de vrais spécialistes de ces questions : Jean Lambert (CNRS/musée de l’Homme) sur l’invention du concept de « musique arabe » ; Jean-Pierre Bartoli (Université Paris-IV) sur l’intégration du motif musical oriental dans les musiques occidentales ; Caroline Ledru (Paris-IV) sur l’émergence d’un « occidentalisme » dans les productions musicales des pays du Sud méditerranéen.

2En désordre, comme il se doit, on a encore exploré les relations Orient/Occident à partir de l’étude des étiquettes vestimentaires : grâce à Gabrielle vom Bruck (Université d’Edimbourg) qui est revenue sur la question dite « du foulard », ou Omar Carlier (Université Paris-I) qui poursuivait, avec l’analyse des costumes des aristocraties d’État, son enquête sur la mise en scène du pouvoir au Maghreb à l’époque contemporaine. Le terrain politique s’est encore révélé comme un lieu d’enquête anthropologique très riche comme nous l’ont rappelé Jean-Philippe Bras (IRMC, Tunis) avec une analyse des discours de Bourguiba sur « le Sud » – la Tunisie intérieure –, ou Mohammed Hatimi (Université de Fès) sur l’approche de la « question juive » dans la presse marocaine contemporaine. Le roman nous aurait ramenés à des perspectives plus classiques si l’on ne s’en était pris à des auteurs comme Louis Bertrand, chantre du romanisme colonialiste, grâce à Aurelia Dusserre (MMSH, Aix-en-Provence), ou à Saint-Exupéry, métaphysicien du désert malgré lui, grâce à Guy Barthélemy (Université de Caen). On était au summum du regard décentré avec l’analyse de l’apport des voyageurs allemands au Maghreb, par Nedjma Abdelfettah-Lalmi (Université de Paris-VIII) et Alain Messaoudi (Université de Valenciennes) ; ou celle des voyageurs arabes au Japon – vous avez bien lu – par Alain Roussillon (CNRS).

3L’ère des commencements enfin est restée un espace d’investigation privilégié avec un l’examen de la Bibliothèque orientale de Barthélemi d’Herbelot (1697) analysée par Sylvette Larzul, ou la Description de l’Afrique de Léon l’Africain (1550) revue par Cristel de Rouvray (London School of Economics) qui a constitué sur ce sujet un site internet confrontant les itinéraires du XVIe siècle avec ceux d’aujourd’hui. Ce texte clé des relations interculturelles à la Renaissance a d’ailleurs fait l’objet, les 22-24 mai, à l’EHESS, d’un colloque international auquel participaient les meilleurs spécialistes mondiaux de son auteur : outre Oumelbanine Zhiri (Université de Californie, San Diego), coorganisatrice de cette rencontre, Natalie Davis (Princeton et Toronto) et Dietrisch Rauchenberger (Hambourg). Commencements toujours, avec la présentation par Annie Dupuis (CNRS) des avatars théoriques et pratiques dans la mise en place à Paris d’un musée des Arts « premiers ».

4Le gros des travaux de cette année a cependant porté sur les dommages collatéraux d’une année de l’Algérie laborieusement engagée. Dans ce registre, Michel Launay (Université de Nice) est revenu, quarante ans plus tard, sur son livre d’exception, Paysans algériens (Seuil, 1963) qu’il s’attache à republier ; Emmanuelle Saada (Université de New York) s’est demandée pourquoi on ne trouvait pas en Algérie ces « métis » qui ont su venir à l’existence juridique dans d’autres régions de l’espace colonial ; nous nous sommes attachés quant à nous à travailler sur les conditions de fabrication d’un texte étonnant d’Ernest Feydeau sur Alger (1862) ; suite à la préparation d’un ouvrage (en collaboration avec Bruno Étienne), nous nous sommes par ailleurs arrêtés, lors de plusieurs exposés (Université de Paris-I et Paris-VII), et conférences (Exposition Abdelkader aux Archives nationales ; journées Abdelkader, au musée du château de Pau) sur l’élaboration d’une iconographie d’Abd el-Kader, héros du XIXe siècle devenu personnage fondateur de la république algérienne.

5Au titre des questions d’actualité, nous sommes revenus sur l’exposition Chevaux et cavaliers arabes présentée à l’Institut du monde arabe.

Publications

  • « el-marâyâ el-maknûnâ : mi’a wa khamsûna ’aman min al-rasm al-jazâ’irî » [en arabe], Naqd, revue d’études et de critiques sociales (Alger), 17, automne-hiver 2002, p. 9-31 [v.f. « Cent cinquante ans de peinture algérienne », ibid., p. 9-25]
  • « Painting Algerian society : modernism, exoticism, identity », dans Remembering Africa, E. Mudimbe-Boyi (éd.), Portsmouth (NH), Heinemann, 2002, p. 103-123
  • Ziani. Les lumières de l’histoire (entretiens avec François Pouillon), Alger, Zaki Bouzid éd., 2002, 190 p.
  • Avec B. Étienne, Abd el-Kader le magnanime, Paris, Gallimard/Institut du monde arabe (« Découvertes »), 2003, 128 p.
  • « Des chevaux, des cavaliers... », L’Histoire, 272, 2003, (n° spécial « Les Arabes »), p. 60-61.
  • « Échos d’Alger », préface à Ernest Feydeau, Alger, étude [1862], Paris, Bouchène, 2003, p. 7-26 ; repris comme « Généalogies » dans Alger, paysages urbains et architectures, sous la dir. de J.-L. Cohen et N. Oulebsir, Paris, Éd. de l’Imprimeur, 2003, p. 88-103.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Pouillon, « Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 471-473.

Référence électronique

François Pouillon, « Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16440

Haut de page

Auteur

François Pouillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals