Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de l’art et sociétés océaniennes

Brigitte Derlon
p. 480-481

Texte intégral

Brigitte Derlon, maîtresse de conférences

1. L’imaginaire des collectionneurs d’art primitif (avec Monique Jeudy-Ballini, chargée de recherche au CNRS)

1L’activité de collection, qui constitue un thème-clef des travaux publiés depuis plus de vingt ans sur l’appropriation et la réception occidentales de l’art primitif, a été principalement abordée sous l’angle des collectes in situ d’une part, de la constitution et de la présentation des collections publiques de l’autre. Les collectionneurs, quant à eux, n’ont guère retenu l’attention des chercheurs, si ce n’est principalement dans le cadre d’approches globales consacrées par exemple au marché de l’art primitif, aux idées reçues que les Occidentaux se font de ces objets, ou encore à l’histoire critique de leur acquisition.

2Sur la base d’une enquête ethnographique conduite en France, ce séminaire explore la manière dont les collectionneurs se réapproprient intellectuellement ces objets, les investissent de leur imaginaire et vivent leur rapport intime avec eux. Il vise à rendre compte de certaines récurrences dans leurs discours, comme celle, étudiée cette année, du rôle prépondérant des affects dans le jugement et l’expérience esthétiques.

3La recherche a fait apparaître que, contrairement à l’image d’esthète attachée à la figure du collectionneur, l’appréciation de la qualité des objets se fonde moins sur leurs propriétés plastiques que sur leur capacité à susciter l’émotion. Nous nous sommes donc intéressées à la genèse de cette dernière, aux conditions de son renouvellement ainsi qu’à la force de son emprise sur les représentations que les collectionneurs ont d’eux-mêmes et de leur pratique.

4Si la part d’inconnu (le déficit d’informations) entourant les pièces d’art primitif contribue fortement à sa stimulation, l’émotion se nourrit surtout de la capacité de ces objets à se laisser appréhender comme l’expression d’une réalité supérieure (« sacré », « éternité », « absolu ») renvoyant le collectionneur à des interrogations existentielles sur son rapport au monde. En somme, c’est quand la vue de l’objet fait oublier sa matérialité que se dégage sa transcendance, laquelle fait signe de sa « beauté » et se donne comme source d’émotion.

5Ne pas chercher à s’informer sur l’objet, selon un choix revendiqué par certains, s’inscrit ainsi dans une logique stratégique pour préserver le mystère et, avec lui, la capacité à s’émouvoir. Alors que le savoir de type ethnographique est jugé préjudiciable en tant qu’il fait obstacle à l’investissement fantasmatique du collectionneur dans l’objet, l’expérience esthétique – dont nous avons montré combien elle était éloignée de la pure contemplation – devient un mode intuitif, immédiat et souverain de connaissance, seul à même d’autoriser l’accès à la « vérité » de l’objet.

6La primauté accordée à l’intuitif ou l’émotionnel et la relégation corrélative de l’analytique trouvent également leur expression dans d’autres représentations mises en oeuvres par les collectionneurs. En attestent notamment leur conception de l’artiste comme un être dominé par ses affects, leur propension à se voir eux-mêmes comme des créateurs, leur façon de relater la découverte empirique du caractère non authentique d’une pièce, ou encore leur insistance à placer leur rencontre initiale avec les objets sous les auspices du hasard, de la prémonition et de la prédestination.

7Ces analyses ont fourni la matière de deux communications en collaboration, l’une sur les représentations de l’authenticité à la cinquième conférence internationale de l’European society for Oceanists (Vienne, juillet 2002), l’autre sur l’émotion esthétique au colloque international « Art & anthropologie : perspectives » (Paris, novembre 2003) dont nous avons assuré la co-organisation.

8Le séminaire a bénéficié par ailleurs de l’apport comparatif de travaux présentés par des étudiants : Sophie Casaumayou sur la collection d’André Breton, Véronique Liot sur les collectionneurs de sculptures shona du Zimbabwe, et Emilie Notteghem sur les collectionneurs d’objets du culte catholique.

Publications

  • Avec M. Jeudy-Ballini, « “Quoi ? – L’éternité” Objets de l’Archipel Bismarck en perspectives », dans Insularités. Hommage à Henri Lavondès, textes réunis par A. Babadzan, Nanterre, Société d’ethnologie, 2003, p. 109-129.

2. Le Pacifique sud ancien et contemporain (avec Alban Bensa et Jonathan Friedman, directeurs d’études)

9Cf. le compte rendu à la rubrique Cycles de formation pluridisciplinaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Derlon, « Anthropologie de l’art et sociétés océaniennes », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 480-481.

Référence électronique

Brigitte Derlon, « Anthropologie de l’art et sociétés océaniennes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16447

Haut de page

Auteur

Brigitte Derlon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals