Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du monde insulin-dien

Georges Condominas
p. 493-496

Texte intégral

Georges Condominas, directeur d’études

1La plus grande partie du séminaire a été consacrée par le directeur d’études à l’enquête de terrain, base de toute recherche ethnologique. La première longue enquête ethnographique est capitale, ne serait-ce que par l’expérience du « préterrain » qui la précède, à condition de rester constamment sur ses gardes et de ne pas se laisser entamer par une foule de clichés de bonne allure. Lien entre ethnologie et histoire, comme l’obligation d’essayer de connaître les enjeux socio-économiques de la situation coloniale dans laquelle on va vivre un fragment de la société qu’on envisage d’étudier (bien sûr je parle de mes propres expériences) même si c’est au retour de missions que beaucoup de faits seront révélés (voir l’importance de l’ouvrage d’Hughes Tertrais sur le coût de la guerre d’Indochine).

2Après avoir insisté sur la nécessité d’une bonne pratique de la langue, le directeur d’études a rappelé que l’étude de la culture matérielle, qu’on a tendance aujourd’hui à négliger, reste une base incontournable pour la compréhension et la connaissance de cette culture, mais elle peut aussi être un outil efficace pour progresser dans la pratique de la langue. Dans cette période balbutiante de démarrage, on peut en profiter pour s’attarder sur l’environnement (et le vocabulaire géographique), notamment en entamant un herbier, premier pas d’une approche ethno-botanique.

3Deux chercheurs ont voulu achever chacun le cycle d’exposés, qu’ils avaient présentés les années précédentes.

4Bernard Pot, après avoir analysé le système colonial espagnol aux îles Philippines, a, cette année, décrit la situation dans l’archipel à la fin du XIXe siècle où, se heurtant à la nécrose du pouvoir colonial accroché à ses privilèges, le jeune nationalisme philippin a pris les armes et l’a renversé. Victoire de courte durée, car les Américains voulant absolument conquérir cette belle et riche plate-forme qui leur permettrait de participer au dépècement de l’Empire chinois déliquescent n’ont tenu aucun compte de leur indépendance et ont envahi l’archipel soi-disant en libérateurs. L’annonce officielle de la fin des hostilités faite en 1902 ne sera effective qu’en 1913.

5Mme Maneerat Dessaint, achevant la rédaction de son mémoire sur les Lissous, son groupe ethnique, a présenté en approfondissant son premier exposé, l’organisation sociale de ces montagnards des marches tibétaines descendus à travers le Myanmar (Birmanie) jusqu’en Thaïlande septentrionale. Elle a consacré une séance à leur système d’appellation : noms, surnoms et système de parenté.

6Sophie Clément, ancien membre du CeDRASEMI où elle a préparé et soutenu avec son mari Pierre Clément la thèse pionnière d’ethno-architecture, a traité d’un problème d’urbanistique historique qui suscite actuellement un intérêt certain en Asie du Sud-Est : la refondation des villes anciennes. Elle a choisi pour cela ChiangMai, la seconde ville de Thaïlande et ancienne capitale du Lanna. Elle restitue l’histoire de la fondation par le roi Mangrai qui, après des années de recherche, a trouvé le site qui lui convenait en 1292, les critères qui ont guidé le chef de guerre, et l’organisation de l’espace urbain.

7Fabrice Demeter (post-doctorant, laboratoire d’anthropologie biologique du Musée de l’homme) nous a fait la primeur du récit de l’expédition organisée par l’Université de Singapour qui l’a invité en tant que paléo-anthropologue. Elle avait pour but d’examiner le site de jarres funéraires se trouvant dans la jungle des monts Cardamomes (Cambodge), à l’époque de la chute d’Angkor (?).

8Sous le titre de « Temps, technique, territoire », Dominique Guilbaud (IRD) nous a livré également une « première » mais portant sur une mission de plusieurs mois effectuée par une équipe pluridisciplinaire (deux géographes proches de l’ethnologie – dont elle-même, un préhistorien et un archéologue spécialiste de Sriwijaya). Étudier à la fois l’adaptation de l’homme à l’environnement et de celui-ci à l’action de l’homme. D’où l’importance des techniques et la nécessité de percevoir cette adaptation multiple dans la diachronie. Le terrain choisi : le sud de Sumatra, donc un territoire assez vaste qui offre plusieurs niches écologiques dont certaines abritaient encore il y a peu des chasseurs cueilleurs Kubu et d’où du VIIe au XIVe siècle, rayonnait la civilisation de l’Empire de Sriwijaya. Moisson abondante : de la découverte de sites paléolithiques à l’étude d’une civilisation mégalithique, entre autres, à l’adaptation moderne. Il ne reste plus qu’à attendre les résultats de cette recherche collective qui s’est déroulée au cours de l’été 2002.

9Les séances du mois de mai avaient été réservées au cycle de conférences que l’un des plus anciens membres du CeDRASEMI, M. Ang Choulean avait promis de nous offrir. Le directeur du Département de la recherche d’Apsara (l’institution internationale en charge de la protection et du développement de la région d’Angkor) et membre associé de l’École française d’Extrême-Orient, venu de Siem Reap, nous a présenté, avec une importante documentation audiovisuelle, l’état d’une recherche de plusieurs années sur « La mort et ses allégories chez les Khmers ». Le vocabulaire relatif à la mort, la présentation du rituel funéraire, les points privilégiés des constructions spécifiques (importance du Nord-Est notamment), des processions, de l’incinération, et même le caractère festif des doubles funérailles, etc. soulignent l’importance centrale du bouddhisme dans le rituel funéraire, alors qu’il est absent de l’accouchement et du cérémonial de la naissance, et se réduit au mariage à une bénédiction des bonzes. Le conférencier a souligné qu’il y a une véritable obsession de la mort chez les Khmers : peur de ne pas renaître dans un état meilleur et que les ancêtres eux-mêmes ne réussissent pas dans l’Au-delà. Ang Choulean a été amené à présenter un exposé sur les rites de passage et dans l’iconographie combien Riehu (ou Râhu) dépasse le rôle de motif décoratif de l’Éclipse et à quel point sa représentation est liée à la mort. Espérons que la matière de ce riche exposé soit publié bientôt.

10Le directeur d’études a participé, le 14 octobre 2002, au documentaire sur L’Aventure du musée de l’Homme. Par ailleurs, une autre séance d’enregistrements de trois jours (12 au 12 mars 2003) par Jean Baffie et Bruno Fourgeau n’a pas permis de clore le cycle inauguré en 2001.

Publications

  • « Haluuk », Opferpfahl der Bahnar, Altäre : Kunst zum Niederknien, Ausstellung, Düsseldorf, Museum Kunst Palast, 2.9.2001-6.1.2202, Ostfilden-Ruit, Hatje Cantz Verlag, 2001, p. 120-123.
  • « Les Corses et l’empire colonial », Corse-colonies, Ajaccio, Albiana/Musée de la Corse, 2002, p. 126-133, ill.
  • « La guérilla viet : trait majeur et pérenne de l’espace social vietnamien », L’Homme, 164, 2002, p. 17-36, 2 cartes.
  • « Cinquante-cinq ans de “navigations” ethnologiques », entretien avec G. Condominas, propos recueillis par Y. Goudineau et D. Guillaud, Siences au Sud, le journal de l’IRD, 14, mars-avril 2002, p. 16, ill.
  • Nous avons mangé la forêt de la Pierre-Génie Gôo = Hii saa Brìi Mau-Yaang Gôo : chronique de Sar Luk, village mnong gar (tribu proto-indochinoise des Hauts-Plateaux du Viet Nam central), rééd., Paris, Mercure de France, 2003, 495 p., 2 cartes, tableaux, dessins, plans.
  • Chúng tôi an Rùng Dá – Thân Gôo (hii saa Brii Mau-Yaang Gôo) : biên niên cua Sar Luk, làng mnông gar (bô lac Tiên-Dông Duong trên cao nguyên miên Trung Viêt Nam), nguoi dich : Tran Thi Lan Anh, Phan Ngoc Ha, Trinh Thu Hong, Nguyen Thu Phuong, nguoi hieu dinh : Nguyen Ngoc, nouv. prêf., Ha Noi, Nha xuat ban the gioi / Bao tang dan toc hoc Viet Nam, 2003, 455 p., ill., couv. III., 2 cartes : bibliogr. P. 443-450, glossaire, index ; biogr. [Gap lai Cong-Do (Condo), par Huu Ngoc, p. 451-454]. (Trad. vietnamienne de Nous avons mangé la forêt de la Pierre-Génie Gôo, avec nouv. préface, Hanoï, 2003.)
  • « Sauvegarde et promotion du patrimoine culturel immatériel des groupes minoritaires du Laos », Cultures minoritaires du Laos : valorisation d’un patrimoine, sous la dir. de Y. Goudineau, Paris, Éd. Unesco (« Mémoires de peuples »), 2003, p. 19-26. Version anglaise, ibid., p. 19-26.
  • « Henri Lavondès, le savant discret », Insularités : hommage à Henri Lavondès, textes réunis par A. Babadzan, Nanterre, Société d’ethnologie, 2003, p. 19-23.
  • « L’espace social, à l’articulation du social et du biologique », La Lettre scientifique de l’Institut français pour la nutrition, 89, janvier 2003, p. 2-4.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Condominas, « Ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du monde insulin-dien », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 493-496.

Référence électronique

Georges Condominas, « Ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du monde insulin-dien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16452

Haut de page

Auteur

Georges Condominas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals