Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie du christianisme

Jean-Pierre Albert
p. 503-504

Texte intégral

Jean-Pierre Albert, directeur d’études

Les « virtuoses » du religieux

1L’objectif de cet enseignement était de reprendre dans une perspective plus large les recherches sur la sainteté dans le christianisme que j’ai développées au cours des dernières années, cela supposant à la fois la mise en œuvre de nouvelles ressources théoriques et d’une approche comparative. Programmé pour le seul premier semestre, le séminaire s’est en fait prolongé sur toute l’année, réduisant l’autre enseignement annoncé, « L’anthropologie du christianisme. Problèmes et méthodes » à quelques présentations en relation directe avec les travaux des étudiants.

2Le séminaire s’est ouvert sur une brève récapitulation des résultats obtenus et des problèmes posés : les formes mystiques de la sainteté chrétienne permettent de cerner les contours d’un type de rôle religieux différent du sacerdoce, relevant d’un régime de l’élection ou du charisme. La singularité de ce rôle apparaît en particulier dans la figure du « saint vivant » crédité de pouvoirs surnaturels : miracle, prophétie. Son statut a pu être explicité d’une première manière en référence à la typologie prêtre/prophète/sorcier proposée par Max Weber. Mais celle-ci, adéquate à des contextes religieux où existe un pôle institutionnel bien défini, limite les possibilités du comparatisme.

3Une nouvelle hypothèse a donc été testée : essayer de comprendre la diversité des rôles de « spécialiste du religieux » à partir des caractéristiques propres à l’action et aux savoirs religieux tels qu’ils sont définis par l’anthropologie cognitive, mes principales références en la matière étant D. Sperber et P. Boyer. Les représentations religieuses comportent toujours des énoncés contre-intuitifs, échappant en principe à toute validation empirique, dont la connaissance ne peut être acquise que par transmission culturelle et la vérité garantie par une autorité traditionnelle. Il en va de même pour les savoir-faire rituels, irréductibles pour partie aux normes de la rationalité pragmatique. Ce premier aspect des savoirs religieux rend donc probable l’émergence de spécialistes (de la mythologie, des procédures rituelles) ayant beaucoup d’affinités avec le pôle du sacerdoce tel qu’il a été précédemment défini. Mais ces modes d’existence du religieux ne recouvrent pas la totalité du champ. Innombrables sont les exemples d’expérience du surnaturel qui, bien qu’en vérité illusoires, offrent un registre singulier de « preuves » et, surtout, de mobilisations actuelles des puissances transcendantes à des fins pratiques (guérison, divination...). Cette dimension de la présentification du surnaturel, jointe à la découverte ou la mise à disposition de nouvelles ressources religieuses, se superpose assez bien avec les manifestations du « pôle prophétique » défini en termes wébériens, tout en en présentant une image plus ouverte. Il permet de reconnaître, au sein des spécialistes du religieux, un registre de la « virtuosité » dont l’exploration des diverses figures a été esquissée dans la suite du séminaire. On s’est donc intéressé à la part des virtuoses dans la production de situations appelant une interprétation religieuse du fait de leur singularité ou de celle des acteurs. Ces situations ont en commun de mettre en scène des réalités en rupture avec nos attentes intuitives, les anomalies se concentrant sur les caractères ou les comportements de leurs protagonistes. La présence active de « monstres sacrés », pour reprendre la terminologie de Luc de Heusch, albinos, jumeaux ou nains dans le domaine africain, en offre un premier exemple. Ont été plus longuement analysés des exemples de comportements ou compétences hors normes empruntés à l’ethnographie des cultes de possession. À ce propos, une attention particulière a été portée à la manière dont est décrite localement l’expérience de la possession (ou d’autres états mentaux interprétés comme des manifestations du surnaturel), afin de comprendre leur aptitude à convaincre aussi bien la personne concernée que les spectateurs. Un trait récurrent est apparu : la passivité du sujet, la suspension momentanée en lui de ce que sont précisément ses compétences de sujet, expériences de la manifestation dans la personne même d’une altérité interprétée comme présence du surnaturel.

4La suite de l’étude, intégrant l’examen de nouvelles situations significatives puisées dans l’ethnographie de différentes aires culturelles, visera à élargir la gamme des figures de spécialistes et des modalités de leur qualification.

Publication

  • « Moros y cristianos en el País Valenciano. La “ilusión de la fiesta”«, dans Moros y Cristianos. Representaciones del otro en las fiestas del Mediterraneo occidental, sous la dir. de M. Albert-Llorca et J. A. González Alcantud, Toulouse/Grenade, PUM et Diputacion de Granada, 2003, p. 89-102.
  • « Patrimonio y etnología en el sur de Francia », dans Patrimonio y pluralidad. Nuevas direcciones en Antropología patrimonial, J. A. Gonzalez Alcantud (éd.), Grenade, Centre de recherches ethnologiques Angel Ganivet, 2003, p. 247-270.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Albert, « Anthropologie du christianisme », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 503-504.

Référence électronique

Jean-Pierre Albert, « Anthropologie du christianisme », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16456

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Albert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals