Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de la transmission orale en Europe

Nicole Belmont
p. 507-508

Texte intégral

Nicole Belmont, directrice d’études

Masculin/féminin dans les contes de tradition orale

1Durant cette année, nous avons exploré le thème masculin/féminin à travers un certain nombre de contes-nouvelles, qui relatent les relations entre hommes et jeunes filles au moment du mariage. Ces relations toujours difficiles deviennent souvent des affrontements, empreints parfois de violence.

2Les premiers séminaires ont été consacrés à reprendre l’hypothèse de l’année précédente en y apportant de nouveaux documents. Cette hypothèse, empruntée à C. Lévi-Strauss, considère l’échange des femmes dans le mariage comme l’échange des mots dans les rapports langagiers, à condition que la communication ne soit ni déloyale ni pervertie. Un certain nombre de contes-nouvelles racontent des échanges volontairement altérés par l’un des partenaires. On a introduit, à titre de confirmation, les contes-types 852, « Le Héros contraint la princesse à dire c’est un mensonge », et le 875, « La Fille subtile du paysan ».

3L’essentiel de l’année a été dévolu à l’étude de deux récits, « La Princesse dédaigneuse corrigée » (T 900) et le cycle de la jeune fille et des voleurs (T 955 et 956 B), en y joignant le récit de « Grisélidis », en dépit de son origine littéraire, car son succès en a fait une œuvre populaire, tout en mettant cependant un obstacle au libre jeu des variantes que génère l’oralité.

4« La Princesse dédaigneuse corrigée » se présente sous deux rédactions : introduites ou non par un conte merveilleux, « La Peau de pou » (T 621), et susceptibles pour cette raison de recevoir des interprétations différentes. Dans le second cas, le récit semble mettre en scène le processus matrimonial des jeunes filles dans les sociétés à tendance patriarcale, où elles sont données par leur père à leur époux. Le geste est bien décrit dans le conte : le roi remet sa fille à un homme d’apparence misérable, qui l’emmène immédiatement dans sa demeure (cf. le mariage dans la Rome ancienne et les commentaires de E. Benveniste). Une partie du récit raconte l’itinéraire suivi par le couple et se termine par la révélation de l’identité réelle de l’époux.

5« La Fille dédaigneuse corrigée » est un récit plus cruel pour l’héroïne, puisqu’elle est malmenée, maltraitée, humiliée par son époux travesti, jusqu’à ce que la « leçon » soit considérée comme suffisante. La faute de la jeune fille a été de refuser de l’épouser. À cet égard, elle rejoint les « filles difficiles » des contes africains qui préfèrent des maris étrangers, si lointains qu’ils n’appartiennent plus à l’humanité. L’opposition qui se situe ici entre monde humain et monde surnaturel, concerne, dans les récits européens, les classes sociales. Du point de vue psychique, elle traduit la violence masculine face au rejet féminin.

6Grisélidis est une héroïne issue d’une classe sociale très inférieure, puisqu’elle est fille de paysan. Elle est cependant épousée par un noble qui, rapidement, met à l’épreuve sa « patience » de manière toujours plus cruelle. Que recouvre cette notion de « patience » ? Serait-ce l’équivalent de la passivité qui n’est pas, souligne Freud, la caractéristique propre du féminin ? Dans les contes, en tout cas, elle doit être considérée comme une modalité particulière de l’action. La cruauté de l’époux qui fait croire à la jeune femme qu’il a mis à mort leur(s) enfant(s), suggère une forte composante misogyne, qui a contribué au succès du récit à travers les siècles, tout en restant non dite (Charles Nisard parlait de ce récit comme d’un « petit roman délicieux »).

7Le cycle de la jeune fille et des voleurs met en scène une conception très violente des rapports de sexe, avec des agressions réciproques, en particulier dans « Le Voleur à la main coupée » (Τ 956B). L’irruption du voleur dans la maison où la jeune fille se trouve seule semble signifier qu’elle doit affronter ce moment périlleux de sa vie sans l’aide de ses parents ni de ses compagnes de même classe d’âge. Ce récit dévoile sous forme figurée les deux angoisses fondamentales de la femme et de l’homme lors de l’acte sexuel : effraction du corps féminin et mutilation de l’homme, viol et castration. Cet affrontement est mis en scène du côté féminin, ce qui pose une question à laquelle l’étude terminée apportera, nous l’espérons, une réponse.

Publications

  • « La tradition orale du conte, la transcription et les contes littéraires », Cahiers de littérature orale, 52, 2002, p. 133-144.
  • « silence, mutisme et discrétion : l’itinéraire structurant des figures féminines dans le conte », dans Contes : l’Universel et le singulier, sous la dir. de A. Petitat, Lausanne, Payot, 2002, p. 177-186.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Belmont, « Anthropologie de la transmission orale en Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 507-508.

Référence électronique

Nicole Belmont, « Anthropologie de la transmission orale en Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16458

Haut de page

Auteur

Nicole Belmont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals