Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie évolutionnaire

Frédéric Joulian
p. 520-521

Texte intégral

Frédéric Joulian, maître de conférences

Définition d’un champ nouveau et théories de l’évolution humaine

1Nous fondant sur un travail collectif de recherche mené dans le cadre de l’équipe « Hommes et primates en perspective », nous avons exploré les différentes parentés animales et préhumaines des Homo sapiens et développé un séminaire plus large que les années précédentes, sur le phénomène d’hominisation et le rôle du comportement dans l’évolution humaine mais aussi sur les théories de l’évolution disponibles à ce jour sur le marché des idées. Deux grands axes ont été privilégiés, le premier portant sur un champ disciplinaire en train d’émerger, « l’anthropologie évolutionnaire » que nous tentons de circonscrire et de définir en articulation avec et en réaction aux conceptions anglo-saxonnes du champ. Nous avons en particulier posé les bases heuristiques et opératoires de ce champ et examiné à quelles conditions les sciences qui l’alimentent, archéologie préhistorique, anthropologie sociale, anthropologie biologique, psychologie évolutive, éthologie, écologie, peuvent cohabiter et produire un savoir nouveau. Le second axe d’enseignement a porté sur un état des lieux et un examen détaillé des modèles d’hominisation et, plus généralement, des théories de l’évolution humaine actuellement à l’œuvre. L’objectif fut et sera, plus que jamais, de ne point réduire les phénomènes d’hominisation à une seule de leurs composantes mais d’explorer les différents modèles écologiques, économiques, sociologiques, culturels,... d’évolution des sociétés. Le recul des théories économiques, sociales ou symboliques de l’hominisation est indéniable : les sciences humaines (préhistoire comprise) se sont déportées vers des perspectives culturalistes et ont laissé la place libre à la biologie pour expliquer l’histoire longue des sociétés. Il convenait donc dans un premier temps de prendre la mesure de ce phénomène de réduction déjà abordé dans les journées thématiques que nous avons organisé en 2001-2002. Nous avons également continué d’enseigner avec Véronique Servais (FNRS) l’anthropologie de l’animal autour des relations hommes/primates en jardins zoologiques. Sandrine Prat, post-doctorante au laboratoire de paléoanthropologie et de préhistoire du Collège de France, est quant à elle, intervenue sur la définition du genre Homo telle que l’entend aujourd’hui l’anthropologie biologique. Eu égard aux capacités cognitives et culturelles désormais attribuées aux primates, il importe de s’interroger de nouveau sur la place de l’homme dans la nature, « vue de la nature » et non plus uniquement, « vue de la culture ».

Publication

  • « Comment étudier les origines de la culture, dans La culture. De l’universel au particulier, N. Journet (coord.), Auxerre, Éditions Sciences humaines, 2002, p. 45-52.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Joulian, « Anthropologie évolutionnaire », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 520-521.

Référence électronique

Frédéric Joulian, « Anthropologie évolutionnaire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16466

Haut de page

Auteur

Frédéric Joulian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals