Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie des homosexualités

Françoise Gaspard et Didier Eribon
p. 554-556

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Françoise Gaspard, maîtresse de conférences avec Didier Eribon, écrivain

1L’enjeu de ce séminaire, depuis son ouverture en 1998, a été de permettre à des doctorants travaillant sur les mouvements homosexuels et la sociologie des homosexualités de disposer d’un espace de rencontres avec des chercheurs(es) confirmés(es) ayant travaillé et publié sur ces sujets et, en outre, de croiser les problématiques genre et sexualités. Celles-ci, en effet, sont souvent disjointes lorsqu’il s’agit de l’étude des homosexualités. Les travaux universitaires dans ce domaine, notamment historiques et sociologiques, ont longtemps été en effet majoritairement consacrés aux gays. Les lesbiennes, sans être absentes de la recherche, étaient quelque peu marginalisées. Les rapports entre gays et lesbiennes, souvent difficiles dans les mouvements sociaux pourtant dits « gays et lesbiens », n’ont fait l’objet que de très rares études. Il nous semblait donc utile dans ce séminaire de veiller à traiter et des femmes et des hommes dans l’histoire des homosexualités ainsi que les modalités différentes de socialisation des homo-sexuels(les) en raison du sexe.

2Le séminaire a cette année principalement porté sur les homosexualités dans la littérature et sur l’impact de la littérature dans le champ social. Il s’agissait notamment d’appréhender le rôle de la littérature dans l’émergence de l’affirmation des homosexualités masculine et féminine. Ceci nous a conduit, en premier lieu, à procéder à une histoire et à une sociologie de la censure depuis le XIXe siècle avec le concours de l’avocat et éditeur Emmanuel Pierrat et de l’écrivain Mathieu Lindon. Ce qui nous a conduit à examiner, avec Elisabeth Ladenson, professeure à l’Université de Virginie, quelques-uns des procès intentés contre des auteurs de textes considérés comme contraires aux « bonnes mœurs » en France et à l’étranger (Beaudelaire, Radclyffe Hall, James Joyce...) et à leur retentissement social, mais aussi aux refus de manuscrits en tout ou en partie par les éditeurs (Eaux mêlées de Patricia Highsmith publié tardivement sous le titre de Carol, Thérèse et Isabelle de Violette Leduc). Michael Lucey, professeur à l’Université de Californie à Berkeley, se proposant de donner « Un contexte pour Colette », a présenté ses recherches en cours sur le rôle de la sexualité dans la constitution du « je » littéraire, à la fin du XIXe et au début du XXe ; et Didier Eribon, commentant les Fragments d’un discours amoureux de Barthes et les comparant à La volonté de savoir de Michel Foucault, s’est interrogé sur ce que l’on pourrait considérer comme une résistance gay à la psychanalyse.

3Nous avons demandé à une libraire, spécialiste de livres de femmes et sur les femmes, Chantal Bigot, d’imaginer la bibliothèque lesbienne idéale. Son séminaire de présentation d’une telle bibliothèque et son commentaire ont servi d’ouverture à d’autres exposés et débats sur l’impact social d’ouvrages romanesques, y compris du genre policier, qui ont conduit à une évolution de la tolérance à l’égard des homosexualités. Laure Murat, qui prépare le diplôme de l’École, a présenté son ouvrage à paraître à l’automne 2003 sur les librairies tenues dans l’entre-deux-guerres rue de l’Odéon, par Adrienne Monnier et Sylvia Beach. Anne Garréta, romancière, est venue parler de son travail (rendant par ailleurs hommage à Monique Wittig, qui venait de disparaître). Le séminaire s’est clos sur l’exposé de Sharon Marcus, professeure à Columbia, sur l’écho des débats politiques sur la famille chez les anthropologues et les écrivains de l’Angleterre de l’époque victorienne.

4Le séminaire est, depuis sa création, suivi par des universitaires qui y interviennent soit pour présenter leurs travaux, soit pour être discutants d’exposés présentés. Parmi les premiers, on peut citer, pour cette année, Judith Butler, professeure à l’Université de Californie à Berkeley, Florence Dupont, professeure à l’Université de Paris-VII, Michael Warner, professeur à Rudgers University, Carolyn Dinhshaw, professeure à l’Université de New York. Parmi les seconds, il convient de citer la participation de David Halperin, professeur à l’Université du Michigan à Ann Arbor.

5Au cours de cette année universitaire Françoise Gaspard a en outre assuré le séminaire d’Alain Touraine sur le mouvement féministe pendant les deux mois de séjour de celui-ci aux États-Unis. Cette dizaine de séances ont été notamment l’occasion d’examiner la question des droits des femmes comme enjeux des débats dans les institutions supranationales et l’évolution des mouvements internationaux de femmes en faveur de l’égalité des droits et des chances.

6Cette année universitaire marquait le terme d’un contrat de recherche triennal avec la direction de la recherche de l’Union européenne portant sur « genre et local » engageant sept pays européens dont Françoise Gaspard était l’une des coordinatrices. Il a donné lieu, au cours de l’année universitaire, à plusieurs colloques européens qui feront l’objet de publications.

Publications

  • « Où en est le féminisme aujourd’hui », Cités, PUF, 2002, p. 59-72.
  • « Les “droits de la femme” : construction d’un enjeu en relations internationales », La revue internationale et stratégique, 47, automne 2002, p. 46-52.
  • « Comment intégrer le principe d’égalité des femmes et des homme dans la Constitution », Séminaire national sur « le processus d’intégration du genre dans la nouvelle constitution du Rwanda », Genève, Union interparlementaire, rapports et documents, 41, 2002, p. 52-57.
  • « Femmes politiques ? Un regard européen », Comprendre, Revue de philosophie et de sciences sociales, 3, 2002, p. 21-32.
  • Co-dir. avec J. Heinen du n° 33 des Cahiers du genre, « L’égalité une utopie » et introduction, L’Harmattan, 2003, p. 5-16.
  • « La Convention CEDAW et l’Union européenne », L’égalité entre les femmes et les hommes et la vie professionnelle, Paris, Dalloz, 2003, p. 175-184.
  • « Politique », dans Dictionnaire de l’homophobie, sous la dir. de L.-G. Tain, Paris, PUF, 2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Gaspard et Didier Eribon, « Sociologie des homosexualités », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 554-556.

Référence électronique

Françoise Gaspard et Didier Eribon, « Sociologie des homosexualités », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16491

Haut de page

Auteurs

Françoise Gaspard

Articles du même auteur

Didier Eribon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals