Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

La violence au Moyen-Orient

Hamit Bozarslan
p. 562-564

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Hamit Bozarslan, maître de conférences

1Pour la deuxième année consécutive, nous avons exploré, en combinant une lecture structurelle des conflits violents dans la longue durée et une approche attentive aux moments et lieux de discontinuités, la thématique de la violence auto-sacrificielle. Ainsi, en partant du cas kurde, nous avons pu constater que la perception du temps et la projection de soi dans l’avenir constituent deux des facteurs explicatifs de nouveaux régimes de subjectivité et des formes de violence auxquelles ils donnent lieu.

2Ainsi, quatre régimes de subjectivités peuvent être repérés dans l’histoire kurde des cinquante dernières années. Le premier est celui de la génération vaincue de militants kurdes qui avaient participé aux révoltes des années 1920-1940. Conscients, à partir de 1946, de l’impossibilité de réaliser eux-mêmes l’objectif « national », ces militants n’avaient pas d’autre choix que de se projeter comme un simple repère dans une longue temporalité « nationale » et de transmettre le « flambeau » aux futures générations. Écrire devenait dès lors une activité militante et radicale, permettant de donner un nouveau sens à sa propre expérience de génération finissante.

3Un deuxième régime de subjectivité vit le jour à partir de la révolte de Mustafa Barzani en 1961 et domina la militance kurde pendant quinze ans. Au cours de cette période les différences générationnelles s’accentuèrent mais ne furent pas immédiatement vécues en termes conflictuels. Dans le sillage de la révolte, en effet, plusieurs générations politiques se projetaient dans une nouvelle temporalité marquée par l’espoir : l’achèvement des objectifs du mouvement nationaliste semblait être à leur portée. Elles se considéraient dans leur ensemble comme la dernière génération d’une période, celle qui, en supprimant la parenthèse d’ »oppression nationale » réaliserait le mouvement du saut d’un âge d’or à un avenir radieux. L’inscription, dans une syntaxe « marxiste-léniniste » leur permettait, en outre, de donner un sens universel à la lutte qu’elles menaient en tant que « nation opprimée ».

4Une troisième phase commença avec l’interruption brusque, en 1975, de cette révolte qui paraissait pourtant être à son apogée. Soudain, en Irak, mais aussi en Iran et en Turquie, les Kurdes se trouvèrent privés de « référant » qui structurait leur contestation et qui lui donnait un sens. À la temporalité positive de la révolte de Barzani succéda dès lors une temporalité d’urgence, celle de devenir la génération qui refuse la trahison et ne baisse pas les armes. La nouvelle contestation qui vit le jour quelques mois seulement après la fin de la révolte de Barzani présentait quelques traits messianiques et était traversée par une tension très violente entre son temps vécu, qu’elle « néantisait », et un « futur éternel » hors de portée, qu’elle sacralisait (H. Günther). Ce régime de subjectivité fut surmonté dans la durée : la routinisation de la guérilla et son progressif remplacement par des formes de résistance culturelle et civile en Iran, un pluralisme intra-kurde, puis, après une décennie de répression massive, l’instauration d’une « zone de protection » en Irak, et enfin, la sacralisation d’Abdullah öcalan, président du PKK en Turquie.

5Enfin, le dernier régime de subjectivité vit le jour à la fin de la décennie 1990 en Turquie où le PKK, acteur de référence du mouvement kurde, avait élaboré un univers de sens autarcique et quasi mystique. Les militants du parti se trouvaient sans repère positif qui aurait pu donner sens à leur lutte et leur permettre d’envisager l’avenir, autre qu’Öcalan lui-même. Les menaces pesant sur la vie de leur « soleil » pourchassé par Ankara donnèrent dès lors lieu à un nouveau régime de subjectivité marqué par le désespoir et le sentiment de chute. Celui-ci s’avéra porteur d’une violence auto-sacrificielle.

Publications

  • « Pouvoir et violence dans l’Irak de Saddam Hussein », dans La société irakienne. Communautés, pouvoirs et violence, sous la dir. de H. Dawod et H. Bozarslan, Paris, Karthala, 2003, p. 31-46
  • « The Kurdish nationalism in Turkey : From the tacit contract to rebellion (1919-1925) », dans Essays on the origins of Kurdish nationalism, sous la dir. d’A. Vali, Costa Mesa, Mazda, 2003, p. 163-190.
  • « Some remarks on the Kurdish historiographical discourse in Turkey (1919-1980) », dans A. Vali, op. cit., 2003, p. 14-39.
  • « La Turquie : puissance régionale et forteresse assiégée ? », Politique étrangère, 1, 2003, p. 93-102.
  • « Le nationalisme kurde : de la violence politique au suicide sacrificiel », Critique internationale, 21, 2003, p. 93-115.
  • « Les Yezidis : quelques informations sur une communauté atypique », La pensée, 335, 2003, p. 143-149.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hamit Bozarslan, « La violence au Moyen-Orient », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 562-564.

Référence électronique

Hamit Bozarslan, « La violence au Moyen-Orient », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16496

Haut de page

Auteur

Hamit Bozarslan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals