Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie du religieux

Danièle Hervieu-Léger
p. 569-571

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Danièle Hervieu-Léger, directrice d’études

1Après plusieurs années consacrées à l’exploration des formes contemporaines de la religiosité, puis à l’étude des modalités de la communalisation, nous avons abordé cette année la question de l’institutionnalité religieuse en modernité. Le point d’appui de cette entreprise a été le dossier du catholicisme français contemporain. Un premier ensemble de séances a été consacré à l’étude des logiques de l’exculturation, à travers lesquelles la matrice civilisationnelle que le catholicisme a modelée dans la longue durée tend aujourd’hui à se défaire. Il ne s’agit plus ici seulement d’analyser le mouvement du refoulement politique et social de la religion dans un monde laïcisé, mais de ressaisir l’épuisement d’un tissu culturel auquel la culture catholique a fourni pendant des siècles l’essentiel de ses références, inscrites à la fois dans un monde de valeurs et dans un régime général des institutions puissamment inspiré par le modèle de l’Église romaine. Cette continuité culturelle justifiait la célèbre formule de Sartre à propos des Français « tous catholiques », bien au-delà du nombre amenuisé depuis longtemps des fidèles pratiquants et des croyants s’identifiant comme tels. Or ce catholicisme d’imprégnation cesse aujourd’hui de fournir l’armature de cette culture partagée, que le modèle français de la laïcité a contribué à préserver et à entretenir. Plusieurs fils ont été suivis pour identifier les ressorts de ce tournant culturel, aussi important peut-être que le tournant politique de XVIIIe siècle. Parmi ceux-ci, les transformations des idéaux de l’accomplissement dans une société où s’efface la peur de manquer et où domine la conscience du risque, les mutations de la sphère familiale et des relations entre les sexes et les générations dans un monde d’individus, le changement radical du rapport à une nature que l’on cesse de percevoir comme un « ordre », ou encore les changements affectant la gestion ultra-médicalisée du mourir. La seconde partie du séminaire a été consacrée à l’identification des implications que comporte, pour l’institution religieuse elle-même, cet effondrement des points d’appui culturels qui lui permettaient de continuer à s’adresser à la société, alors même que son influence directe sur les croyances et les pratiques s’était depuis longtemps réduite. On s’est attaché, en particulier, à l’étude des mutations des régimes de la vérité et de l’autorité que comporte, pour l’Église, le passage – opérant dans l’ensemble des institutions non religieuses – d’un modèle fort d’institutionnalité, vertical et unifié, opérant « par en haut », à un modèle d’institutionnalité fragile, se construisant à travers la diversité éclatée d’initiatives émergeant « par le bas ».

2Si le cas de l’Église catholique en France a offert la matière empirique principale du séminaire, l’objectif de cette réflexion visait plus large. Il s’agissait d’une part de mettre au point un modèle d’analyse du fait religieux comme fait de culture capable de renouveler les analyses classiques de la sécularisation, et d’éclairer, en particulier l’exceptionnalité religieuse européenne au regard des tendances observables dans le reste du monde (et notamment aux États-Unis). Il s’agissait, d’autre part, de prendre la mesure des implications sociétales de la déliaison entre la culture politique et institutionnelle française et le modèle romain de l’institutionnalité : une thématique qui recoupait – à partir du prisme particulier offert par la religion – des réflexions actuelles de la sociologie et de la science politique, sur les transformations contemporaines du modèle républicain, ou sur la mue des institutions scolaire, hospitalière, judiciaire, etc. Des interventions de D. Schnapper, F. Dubet et Ph. Portier ont permis de déployer l’analyse dans ces directions. Une après-midi de travail, introduite par des exposés de R. Hermon-Belot et B. Godard, a permis de resituer – à partir du dossier de la création de l’instance représentative du culte musulman – le rôle joué par la pluralisation de la scène confessionnelle en France dans les évolutions en cours. Enfin, pour toutes les questions touchant à la famille et à la nature, des connexions étroites ont été établies avec le travail engagé depuis deux ans au sein du programme de recherche du CEIFR « Conjugantes, parentalités et religions », dont le séminaire a été co-animé, cette année, avec R. Azria, N. de Brémond d’Ars, M. Gross, C. Mopsik et S. Nizard.

3Parmi les publications 2002-2003, un ouvrage Catholicisme. La fin d’un monde, Paris, Bayard, 2003 (335 p.) fait directement écho au séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Hervieu-Léger, « Sociologie du religieux », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 569-571.

Référence électronique

Danièle Hervieu-Léger, « Sociologie du religieux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16502

Haut de page

Auteur

Danièle Hervieu-Léger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals