Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Esthétique et morphologie

Danièle Cohn et Sylviane Agacinski
p. 605-607

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Danièle Cohn, professeur agrégée

1Compte rendu non communiqué.

Sylviane Agacinski, professeur agrégée

Métaphysique de la différence sexuelle (dans la pensée chrétienne)

2Nous avons poursuivi cette année la lecture des premiers penseurs chrétiens. Le travail a été centré sur le rapport entre la génération (charnelle et sexuée) et la régénération chrétienne, montrant que, de façon générale, le christianisme instaure le principe d’une filiation spirituelle entre l’humain et le divin. Cette filiation adoptive et spirituelle se réfère uniquement à un Dieu-Père, sans instance maternelle.

3Nous sommes repartie de la lecture de Justin, le premier des Apologistes, pour mettre en évidence la rupture du monothéisme chrétien, et déjà hébraïque, dans une certaine mesure, avec toute théogonie marquée de la division sexuelle. Dans le Dialogue avec Tryphon (126, 2) Dieu est dit unique (monos Theos), il est inengendré (agennetos), ineffable et innommable, mais aussi géniteur, père de toute chose, créateur et organisateur de l’univers (gennetor, paterpanton et demiurgos panton), tandis que Adam est créé – non pas engendré – et que Jésus est le Fils engendré sans union charnelle « contrairement à la loi commune de la génération ». La naissance miraculeuse du Sauveur, à travers le mystère de l’incarnation du Verbe de Dieu, et sans semence paternelle, constitue ainsi une rupture dans la fatalité de la génération charnelle depuis la chute, et la possibilité d’une nouvelle naissance, d’une régénération de l’humanité.

4C’est en effet à partir de la chute que l’humanité est vouée à la fois à la mort et à la génération charnelle, le mariage ayant été inventé « pour consoler de la mort » (Grégoire de Nysse). Avec la venue du Sauveur est donnée la possibilité d’une ré-génération qui met fin à l’enchaînement fatal des naissances et des morts, rompt avec les temps de l’Ecclésiaste (« un temps pour enfanter et un temps pour mourir ») et qui impliquera une fin de l’histoire terrestre des hommes.

5Nous avons étudié, chez des auteurs comme Origène et Grégoire de Nysse, l’idée d’une fin des temps comprise comme restauration de l’origine et retour à la création première dans son intégrité (apocatastase).

6Cette restauration nous a particulièrement retenue dans la mesure où elle comprend, pour l’humanité, un retour à un état angélique initial dans lequel il n’y a pas de diversité des sexes. Les chrétiens sont appelés à choisir dès maintenant la chasteté et « la profession de virginité », qui apparaît comme une façon de ressembler ici-bas aux natures incorporelles, de s’approcher de la pureté de l’image de Dieu et de transcender le temps : « par la chasteté, ils transcendent le temps » (Grégoire de Nysse). Tout se passe comme si l’émancipation du temps et celle du sexe allaient de pair.

7Mais si la résurrection abolit l’activité sexuelle et si hommes et femmes deviennent « comme des anges », selon le motif d’une « isaggelie » finale inspirée de Luc (20,35-36) et de Matthieu (XXII, 30), ni Origène, ni Grégoire de Nysse n’effacent la hiérarchie des genres dans laquelle le masculin continue de qualifier la force d’âme et le courage, tandis que le féminin désigne la mollesse d’une âme qui se laisse abaisser par la chair. Aussi est-ce, pour Origène, « selon la qualité de l’âme qu’on est nommé homme ou femme ».

8Nous avons par ailleurs constaté, en lisant quelques-uns des nombreux traités que le christianisme ancien lui ont consacré (Grégoire de Nysse, Chrysostome, Augustin) que le motif de la virginité recoupait celui de la purification et présentait une analogie avec le baptême et avec le martyr. La virginité, dans laquelle s’efface le désir sexuel, n’a pas d’autre modèle que Dieu, c’est-à-dire la Trinité, modèle absolu d’une paternité virginale, d’un engendrement sans sexe, sans semence et sans désir. Grégoire de Nysse insiste sur le paradoxe de la virginité et l’impassibilité du Père, qui a engendré « sans pathos ». La Vie de Macrine a confirmé que la sainteté des femmes relève toujours, en dernière instance, d’un modèle et d’un idéal virils.

9L’enseignante a participé au séminaire collectif sur les « Temporalités de l’art » à travers un exposé intitulé « Dieu ne voit pas dans le temps » et donné des conférences à Montréal (sur « Dieu et les femmes »).

Publications

  • Time Passing, New York, Columbia University Press, 2003, 200 p.
  • « The turning point of feminism : against the effacement of women », dans Beyond french feminisms, R. Celestin, E. DalMolin et I. De Courtivron (éd.), New York, Palgrave MacMillan, 2003.
  • « Le différend sexuel », dans Körper und Recht, Berlin, Wilhelm Fink Verlag, 2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Cohn et Sylviane Agacinski, « Esthétique et morphologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 605-607.

Référence électronique

Danièle Cohn et Sylviane Agacinski, « Esthétique et morphologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16527

Haut de page

Auteurs

Danièle Cohn

Articles du même auteur

Sylviane Agacinski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals