Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Histoire et théorie de l’art

Jean-Claude Bonne
p. 607-609

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean-Claude Bonne, directeur d’études

Matisse : forme, force, couleur, expression

1On s’est proposé d’opérer un déplacement important de la problématique de l’ornementation que nous avons élaborée depuis plusieurs années à propos de l’art médiéval en la repensant à partir de la modernité et plus précisément sur le cas exemplaire de Matisse qui a délibérément conçu son oeuvre comme décorative. L’approfondissement de cette question nous a conduit à une réévaluation importante de son art. Celui-ci concerne, en effet, d’une façon fondamentale et encore jamais explicitée en profondeur les enjeux de la pensée philosophique et de l’art contemporains. On a mené cette réflexion d’ensemble en compagnie d’Éric Alliez, professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne.

2Matisse n’est pas un philosophe mais il met en œuvre dans son art une opération de pensée immanente à une pratique révolutionnaire de la couleur qui implique le philosophique. Son apport fondamental, inauguré avec le fauvisme (1905-1906), n’est pas tant, en effet, « la libération de la couleur » comme on va répétant – libération déjà bien entamée par ses prédécesseurs et interprétée, à tort, comme un spontanéisme (la libération du sujet) ou, par le modernisme, dans le sens d’un purisme formaliste (la libération de la peinture rendue à son essence supposée). Il est plutôt que la couleur doit faire l’objet d’une construction de rapports de force dont le pouvoir expressif n’est ni purement optique (ou impressionniste), ni sentimental (ou romantique), ni symbolique (et donc dépendante d’une médiation externe), ni même expressionniste (et subjectiviste), mais intrinsèquement vital, et c’est cette expressivité interne (qui n’est subordonnée ni à la figuration d’un objet ni à la projection d’une subjectivité) qui donne au vitalisme de la couleur sa puissance abstractivante.

3Matisse, tel que cela ressort de ses œuvres et de ses écrits, assure au XXe siècle la continuité d’une pensée vitaliste qu’il a reconnue par l’intermédiaire des philosophies de Nietzsche et de Bergson (qu’il lisait) et qui est à l’œuvre chez lui en un temps où elle est absente de l’histoire de la philosophie, avant que le fil en soit renoué avec Gilles Deleuze. Surtout il donne à cette pensée l’esthétique qu’elle cherchait – au plus exemplaire, le fauvisme offre la plastique supérieurement dyonisiaque qui manquait à Nietzsche pour sortir de l’antagonisme du classicisme et du romantisme. Cette ontologie vitaliste de la couleur conduisit Matisse à la destruction de la forme-peinture de l’art pour excéder son monde clos et à une déconstruction radicale de l’image (en tant qu’elle fait de l’art un objet à contempler). Il substitue à une esthétique de la belle forme (figurative ou abstraite), laquelle appelle nécessairement un arrêt contemplatif sur (l’)image dans le tableau ou du tableau, une énergétique vitaliste de la couleur (irréductible à l’hédonisme dans lequel on a voulu enfermer sa peinture en fonction du tour qu’elle a prise pendant la période dite niçoise des années 1920). Cette « destruction » affirmative (encore Nietzsche) de la peinture, qui effraya rapidement ceux qui l’avaient d’abord accompagné, s’oppose donc fondamentalement à la destruction négative ou nihiliste de Duchamp comme à toute relève intellectualisante, formalisante ou antisensitive de l’art (cubisme, art abstrait, art conceptuel). Matisse et Duchamp, ces deux figures emblématiques et fondatrices de l’art contemporain, constituent les deux voies antagonistes dont la radicalité pouvait prétendre faire face à l’épuisement de la forme peinture de l’art à leur époque. La voie conquise par Matisse devait logiquement le conduire à rechercher les conditions d’un art absolument environnemental. Pour Matisse, il ne s’agissait de rien de moins que de réussir à excéder la clôture de l’art sans proclamer sa fin identifiée au règne du signifiant.

4Tout part du fauvisme (1905-1906) dont Matisse déclare qu’il est « le fondement de tout » – de la chaosmose fauviste dont on n’a pas perçu la portée véritable parce qu’on l’a vue comme une forme exacerbée (expressionniste) d’impressionnisme. C’est à l’étude du fauvisme, dans la perspective qu’on vient d’avancer, que l’année 2002-2003 a été essentiellement consacrée. Des divers post-impressionnismes (de Gauguin à Signac, de Van Gogh à Cézanne), Matisse a dû extraire pour les radicaliser les forces permettant de relancer l’art hors de l’art, contre toutes les tentations et les tentatives de restauration des images (figuratives ou abstraites, peu importe) de la peinture (caractéristique des périodes « post-modernes »). Que la couleur soit une force (plus activement tactile qu’optique) conduisit Matisse à soutenir et à pratiquer, dès l’époque fauve, ce qu’il énonce comme le principe fondamental de son art, à savoir que « c’est la différence de quantité de la couleur qui fait sa qualité ». Cette équation quantité-qualité, élaborée sur une base para-nietzschéenne (cf. la correspondance de Derain), implique que la composition soit pensée en termes d’organisation locale et de tension générale – sans principe globalisant – des rapports de forces de toutes les surfaces colorées.

5Que deviennent les formes dans un tel régime de la couleur ? Elles ne se définissent pas en fonction d’un dess(e)in préalable aux couleurs qui viendraient secondairement les remplir pour décrire des objets, composer un spectacle ou exprimer un état d’âme. Les formes se construisent par les rapports de couleurs comme un devenir signe des forces. De même, en effet, que la qualité de la couleur n’est pas pensable indépendamment de sa quantité, le « signe » n’est pas constructible chez Matisse indépendamment des forces qu’il exprime. Et, l’agencement des signes-forces-couleurs ne sera donc pas hiérarchique ni organique mais afocal (et en cela décoratif), il ne sera pas « absorptif » mais « expansif », jusqu’à impliquer l’espace environnant – car l’art, et c’est en cela aussi qu’il est décoratif, « doit avoir une force d’expansion qui vivifie », selon le mot profondément nietzschéen de Matisse, « les choses qui l’entourent ». Le « signe » matisséen est aussi variable que la recomposition permanente des forces vitales qu’il exprime (c’est le profond bergsonnisme de Matisse qui ne cesse de mettre en avant son élan intérieur), son appréhension ne relève pas d’une sémiotique interne à la langue (Saussure) mais d’une expérience énergétique et pragmatique. Les thèmes des tableaux de Matisse (la femme, le paysage, la nature morte, le portrait...) seront donc choisis et traités en fonction de la possibilité d’y faire éprouver dynamiquement et expansivement ce qu’il appelle son « sentiment de la vie » dont il dit qu’il ne se distingue pas pour lui de la façon dont il le traduit. Matisse sera amené à approfondir et à radicaliser dans la suite de son œuvre cette énergétique pragmatiste-décorative inaugurée par le fauvisme. C’est ce qui fera l’objet de la prochaine étude.

Publications

  • « Une certaine couleur des idées. Matisse et l’art médiéval », Cahiers de la Villa Gillet, « Les “Moyen Âge” de l’art contemporain », fév. 2003, 17, p. 49-84.
  • « Histoire et théorie de l’art médiéval. Le modèle d’Otto Pächt », dans Y voir mieux, y regarder de plus près. Autour d’Hubert Damisch, sous la dir. de D. Cohn, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2003, p. 29-62.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Bonne, « Histoire et théorie de l’art », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 607-609.

Référence électronique

Jean-Claude Bonne, « Histoire et théorie de l’art », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16528

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Bonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals