Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Anthropologie du visuel

Georges Didi-Huberman
p. 611-614

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Georges Didi-Huberman, maître de conférences

Des images comme fluides

1Nous avons poursuivi la mise à l’épreuve – et la transformation – des concepts fondamentaux issus de l’œuvre d’Aby Warburg. Ainsi avons-nous commencé de reconnaître dans sa Ninfa un point de vue sur l’image considérée comme dynamique des fluides. Il s’agissait, en particulier, de retracer le puissant destin de certains motifs lucrétiens dans la théorie humaniste des images, mais aussi dans ses développements romantiques qui nous ont retenus cette année.

2Nous nous sommes penchés, à titre d’exemple, sur les dessins de Victor Hugo. Le séminaire tout entier leur a été consacré. Nous avons interrogé leurs audaces techniques, leurs mises en mouvement du matériau, leurs déploiements texturaux (empreintes, dentelles, draperies, plis), leur énergie matérielle, leur capacité à désorienter le regard. Il est apparu – en parfaite cohérence avec la poésie, les romans et les textes philosophiques – que Hugo visait avant tout une rythmique, c’est-à-dire la création de milieux mus par des forces. Si regarder (une femme, la mer) équivalait pour Hugo à sombrer dans un fluide, nous avons pu observer combien peindre (une nymphe, une tempête) équivalait donc à créer un milieu pour sombrer. « Le sublime est en bas », disait-il. Son art pictural et graphique n’est, de fait, qu’une mise en œuvre de choses sombrées ou bien assombries formant ensemble une gigantesque psycho-physique des milieux fluides.

3Nous avons reconnu dans l’aspect psychique – notamment dans l’anthropomorphisme qui envahit chez Hugo toute observation de la nature – une structure typiquement hypocondriaque, faite de dilatations organiques et de dissolutions d’aspects en même temps. La démesure hypocondriaque relève d’une subjectivation des ressemblances (par exemple lorsqu’un écueil est vu comme un personnage, un organe ou même la plaie dans un organe). Mais elle va de pair avec un mouvement symétrique d’objectivation et de description authentiquement morphologique qui fait suite aux préoccupations de Goethe et anticipe même, à sa façon, sur les réflexions morphogénétiques d’un D’Arcy Thompson. Hugo donna lui-même la clé philosophique pour comprendre ce mouvement paradoxal : c’est la notion d’immanence, qu’il invoquait dans toute sa Naturphilosophie, à la fois typiquement romantique et dominée par la lecture de Lucrèce.

4Nous nous sommes évidemment attachés au motif – littéraire et pictural – de la vague. C’est elle qui, chez Hugo, conjoint le psychique et le physique, le tourment et la tourmente, la fluidification de la femme et la féminisation de la mer ; c’est elle qui permet de comprendre la forme comme composition de forces et l’image elle-même comme dynamique des fluides. La vague constitue, aux yeux du poète comme du savant, un Urphänomen par excellence. Et ce n’est qu’avec la théorie de l’imagination comme « faculté scientifique » que l’on peut comprendre cette conjonction si étonnante de dérives hallucinatoires et d’observations morphologiques auxquelles elle donne lieu chez Hugo. Tel serait le paradoxe même d’une production d’images entendue comme expérimentation psycho-physique sur le réel.

Publications

  • The Power of the figure. Exegesis and visuality in Christian art, trad. Κ. Burman et R. Spolander, Umea [Suède], Umea University Press, 2003.
  • « Billet-réponse : soupçon ou dialectique ? », Les Cahiers du Musée national d’Art moderne, 81, 2002, p. 118-119.
  • « Sejsmografia Czasu : Warburg, Burckhardt, Nietzsche », trad. J. Bury, III Miedzynarodowe Spotkania Sztuki – 3rd International Art Meeting, Katowice 2000, Katowice, Galeria Sztuki Wspólczesnej BWA, 2002, p. 118-143.
  • « The Surviving Image : Aby Warburg and Tylorian anthropology », trad. V. S. Rehberg, Oxford Art Journal, XXV, 2002, 1, p. 59-69.
  • « La dialectique peut-elle se danser ? », Magazine littéraire, 414, 2002, p. 45-48.
  • « La draperie des trottoirs », Herzog & de Meuron. Histoire naturelle, sous la dir. de P. Ursprung, Montréal, Baden, Centre canadien d’architecture, Lars Müller, 2002, p. 277-287 (édition anglaise, française et allemande).
  • « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde » [trad. japonaise], Delta. Revue internationale pour la poésie expérimentale, 17, 2002, p. 39-43.
  • « Obscures survivances, petits retours et grande Renaissance : remarque sur les modèles de temps chez Warburg et Panofsky », The Italian Renaissance in the Twentieth Century. Acts of an International Conference, Florence, Villa I Tatti, June 9-11, 1999, sous la dir. de A. J. Grieco, M. Rocke et F. Gioffredi Superbi, Florence, Olschki, 2002, p. 207-222.
  • « Image, matière : immanence. Entretien avec François Noudelmann », Rue Descartes. Collège International de Philosophie, 38, décembre 2002 (« Le matériau, voir et entendre »), p. 86-99.
  • « Paradox pakobylky », trad. J. Fulka, Labyrint [Bratislava], 11-12, 2002, p. 131-132.
  • « Potenze della figura », trad. C. Colangelo, Le immagini della critica. Conversazioni di teoria letteraria, sous la dir. de U. M. Olivieri, Turin, Bollati Boringhieri, 2003, p. 298-324.
  • « Mouvements de bords », Trafic, 45, printemps 2003, p. 128-135.
  • « Artistic Survival. Panofsky vs. Warburg and the exorcism of impure time », trad. V. Rehberg et Β. Belay, Common Knowledge, IX, 2003, 2, p. 273-285.
  • « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde » [trad. japonaise], Delta. Revue Internationale pour la poésie expérimentale, 18, 2003, p. 43-48.
  • « History and image : Has the “epistemological transformation” taken place ? », trad. V. Rehberg, The Art historian. National traditions and institutional practices, sous la dir. de M. F. Zimmermann, Williamstown, Sterling and Francine Clark Art Institute, 2003, p. 128-143.
  • « Fantoom en symptoom », trad. W. van der Star, De Witte Raaf, 103, 2003, p. 5-9.
  • « Die Femme fluide, die abgründige, die Frau als Falle », trad. P. Deutschmann, Phantom der Lust. Visionen des Masochismus, I. Essays und Texte, sous la dir. de P. Weibel, Graz, Neue Galerie am Landesmuseum Joanneum Belleville, 2003, p. 222-235 (édition allemande et anglaise).
  • « Grisaille », Vertigo. Esthétique et histoire du cinéma, 23, mai 2003, p. 29-38.
  • « “Imaginum pictura... in totum exoleuit”. A mùvészettörténet kezdete és a kép korszakànak vége », trad. [hongroise] S. Vanda, Változó Mûvészetfogalom. Kortárs frankofon mûvészetelmélet, sous la dir. de Ν. Házas, Budapest, Kijárat Kiadó, 2003, p. 269-279.
  • « Bilder trotz allem. Über ein Stuck Film, das der Hölle entrissen wurde », trad. J. Beer, Akademie der bildenden Künste Wien, 2002-2003, Vienne, Akademie der bildenden Künste, 2003, p. 55-64.
  • « Ono sto vidimo, ono sto nas gleda », trad. I. Krivocapic, Prelom. Majke ce nalagati kcerima citanje ovog stiva, Beograd, Akademija, 2002, p. 160-181.
  • « Istoria umetnosti i simptom : suocavanje », trad. I. Krivocapic, op. cit., p. 182-185.
  • « L’imagination éthique », L’Uzeste, 10, 2003, p. 5.
  • « Kunst und Theologie », trad. D. Bertrand-Pfaff, Himmelschwer. Transformationen der Schwerkraft, sous la dir. de R. Hoeps, A. Kölbl, E. Louis et J. Rauchenberger, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2003, p. 404-413.
  • « A immanência estética », trad. M. J. de Moraes, Alea. Estudos neolatinos, V, 2003, 1, p. 118-147.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 611-614.

Référence électronique

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16530

Haut de page

Auteur

Georges Didi-Huberman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals