Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Politiques et pratiques culturelles en France et aux États-Unis

Annie Cohen-Solal
p. 637-639

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Annie Cohen-Solal, professeur

Le monde des arts plastiques de l’ère du modernisme à celle de la globalisation : déplacements géographiques et transformations des acteurs

1Dans le cadre de notre analyse comparée de la scène des arts plastiques en France et aux États-Unis, nous avons d’abord considéré la première moitié du XXe siècle, à partir des différents acteurs qui interviennent dans le champ. L’action de certains d’entre eux, que nous qualifieront d’« acteurs dynamiques » – les collectionneurs, mécènes, galeristes, conservateurs, directeurs de musées, professeurs, critiques, etc. – qui accompagnent les artistes, (les « acteurs manifestes »), et mettent en place leurs conditions de travail, a fait l’objet de notre part d’une étude approfondie. Nous avons notamment étudié les figures d’Alfred H. Barr Jr, d’Albert E. Gallatin et des fondateurs du New Bauhaus de Chicago.

2Nous nous sommes tout d’abord penchés de manière approfondie sur la figure d’Alfred H. Barr, le premier directeur du MoMA à New York, en consacrant plusieurs séances à l’analyse de ses écrits de jeunesse (qui n’ont pas encore été traduits en français). Le jeune étudiant-professeur, champion précoce du Modernisme, y déplore la misère des musées américains et exhorte les personnalités de son pays à y remédier. Rédigés au cours de son premier voyage en Europe en 1927 et 1928, ces écrits rendent compte de la découverte par Barr des avant-gardes modernistes en Hollande, en France, en Allemagne et en Union soviétique, et décrivent autant d’éléments qui deviendront des modèles dans la mise en place du musée dont il aura bientôt la charge. Nous avons ensuite pu analyser la manière dont Barr, devenu directeur du MoMA, développa ces acquis européens par la lecture de catalogues d’expositions importantes comme celle consacrée au Bauhaus (« Bauhaus, 1919-1928 », en 1938). Nous avons enfin étudié la manière dont certains membres du Bauhaus, Laszlo Moholy-Nagy, Walter Gropius et Josef Albers, en s’installant aux États-Unis, notamment à Chicago, à Boston et en Caroline du Nord (Black Mountain College), y avaient transmis leur enseignement.

3Nous sommes également penchés sur l’action d’un autre acteur culturel particulièrement emblématique de cette période, mais dont le projet se voulait plus original que celui d’Alfred H. Barr : le collectionneur Albert E. Gallatin. Nous avons analysé la manière dont il développa, à partir de sa collection privée, une galerie publique et gratuite, le Museum of Living Art, qu’il décrivit comme un espace plus libre qu’un musée et dont la collection s’organisa peu à peu, grâce aux influences successives d’artistes comme Jean Hélion et George K. L. Morris, en se dessaisissant progressivement des œuvres figuratives qu’il estimait trop désuètes pour y intégrer artistes européens et américains. Nous avons enfin pu bénéficier des exposés du galeriste new-yorkais Richard Feigen, formé comme Alfred Barr par le « Museum Course » de Paul J. Sachs à Harvard, et d’Olivier Meslay, Conservateur au département des peintures du musée du Louvre, en charge des peintures anglaises, américaines et espagnoles, qui compléta sa formation française par un séjour dans le cadre du Clark Fellows program, au Sterling and Francine Clark Art Institute, à Williamstown, Massachusetts.

4Au cours de cette année universitaire, des conférences ont été prononcées au Musée du Louvre, dans le cadre du colloque international « L’indépendance de l’art américain : Internationalisation des échanges ou impérialisme culturel ? » ; au Pollock-Krasner House and Study Center, à East Hampton (SUNY, New York), sur le thème « The Rise of Jackson Pollock and the Emergence of the American Art Scene » ; à la Fondation de l’Hermitage, à Lausanne sur le thème « Les Impressionnistes américains : de l’École des Beaux-Arts aux colonies d’artistes » dans le cadre de l’exposition : « L’impressionnisme américain ». Au sein de la filière Image du CEHTA, une séance du séminaire « Temporalités de l’art » a été consacrée à une conférence et à un débat sur le thème suivant : « L’émergence des artistes américains après la deuxième guerre mondiale : une apparition fulgurante ? »

Publications

  • Naar levend model : De opkomst van de Amerikaanse kunst, De dynamische moderniteit van Nederland, 1927-1944, Amsterdam, Meulenhoff, 2003.
  • « Sartre i Camus – tak bliscy, tak obcy », Varsovie, Gazeta Wyborcza, mars 2003.
  • « Alfred H. Barr, Jr : De l’observation des avant-gardes européennes à la construction d’une modernité aux États-Unis (1927-1939) », dans L’Indépendance de l’art américain, Daniel J. Terra Foundation, Paris, 2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Cohen-Solal, « Politiques et pratiques culturelles en France et aux États-Unis », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 637-639.

Référence électronique

Annie Cohen-Solal, « Politiques et pratiques culturelles en France et aux États-Unis », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16547

Haut de page

Auteur

Annie Cohen-Solal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals