Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Économie

Économie publique et environnement global

Jean-Charles Hourcade
p. 678-680

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Charles Hourcade, directeur d’études

1Le cours rappelle que la problématique de la décision sous controverses (cf. Annuaire 2000-2001) donne la priorité à l’étude de la façon dont des concepts comme ceux de précaution, de stratégie sans regret et de temps d’apprentissage peuvent être traduits dans des règles et dispositifs institutionnels afin de déboucher sur des « conventions » suffisamment légitimes pour encadrer l’action collective et suffisamment flexibles pour pouvoir être adaptées en fonction de l’amélioration de l’information. Mais elle exige de fournir des cadres analytiques capables d’être des outils de négociation entre acteurs, en intégrant les controverses et la nécessité de trouver des compromis malgré des « visions du monde » différentes.

2Le séminaire de recherche présente des modèles séquentiels de décision intégrant l’incertitude, la variabilité des préférences des agents, l’inertie technologique, la valeur de l’information, et les conflits d’éthique sur la valeur de l’environnement naturel ou sur les principes d’équité intra et intergénérationnelle. Des modèles de contrôle optimal (dits intégrés) incorporent un modèle de croissance à la Ramsey/Hotelling et une forme réduite du cycle du carbone écrite avec l’aide du Laboratoire de météorologie dynamique de l’Université de Paris-VI : DIAM (Dynamics of inertia and uncertainty model) et STARTS (Sectoral trajectories with adaptative response and turnover of stocks). Ces modèles peuvent être résolus soit sur un mode certain (pour des tests de sensibilité paramétriques), soit sur un mode stochastique.

3Le séminaire a abordé trois prolongements théoriques et méthodologiques :

  • —les différences de trajectoire optimale entre une description du changement technique comme processus autonome ou comme processus induit (via la R&D ou l’apprentissage cumulé) influent sur la détermination des stratégies optimales ;
  • le traitement des dommages et des fonctions d’utilité : on a montré ici que la forme des courbes de dommage compte tout autant que leur niveau absolu pour le calcul des trajectoires optimales. Une recherche récente fait le lien entre croyances sur les fonctions dommages et diverses attitudes vis-à-vis de l’incertain conduisant à des schémas décisionnels différents (coût-bénéfice, coût-efficacité stochastique, préférence pure pour la stabilité, viabilité) ;
  • Le rôle du taux d’actualisation dans la prise en compte du long terme et d’objectifs de solidarité intergénérationnelle. Réinterprétant le résultat initial de Koopmans sur la nécessité logique d’un taux de préférence pure pour le présent positif (PPP), on montre d’abord que les critères alternatifs proposés (PPP hyperbolique, critère de Chichilnisky) soit butent sur des problèmes de cohérence dynamique, soit ne débouchent pas, empiriquement, sur des résultats très différents du modèle standard dans une approche séquentielle de la décision. Puis on montre que l’effacement des coûts environnementaux de long terme par l’actualisation est 1) diminué par la prise en compte de l’incertitude sur le taux de croissance de long terme, 2) contrebalancé par des « croyances » sur l’existence de singularités sur les fonctions dommage et par des fonctions d’utilité où l’environnement apparaît comme un bien supérieur.

4Quant à l’économie politique de la négociation de la Convention climat, le séminaire souligne comment la temporalité diplomatique, les asymétries entre niveaux de représentation de différents pays et les jeux rhétoriques autour du concept de flexibilité et de « marchandisation » de l’environnement ont conduit à des postures de négociation fort éloignées de l’intérêt bien compris des acteurs tel qu’il ressortait de controverses internes de l’analyse économique. Sur cette base, on explore ce qui serait un régime climatique intégrant à la fois les États-Unis et les pays en développement et qui minimiserait les risques de défection sur la longue durée. Cette définition se fait en tenant compte à la fois des fondamentaux de « l’économie pure » de la coordination et des contraintes d’acceptabilité politique et de négociabilité.

Publications

  • Avec F. Lecocq, « Incertitude, irréversibilités et actualisation dans les calculs économiques sur l’effet de serre » et avec P. Ambrosi, « Évaluer les dommages : une tâche impossible ? », dans Kyoto et l’économie de l’effet de serre, Rapport du Conseil d’analyse économique, sous la dir. de R. Guesnerie, 39, Paris, La Documentation française, 2003, p. 177-199 et 117-144.
  • Avec P. Ambrosi, « Évaluer les risques climatiques : ambiguïté de l’information et effets de croyance », Risques, les cahiers de l’assurance, 50, avr.-juin 2002, p. 61-73.
  • Avec P. Quirion, « Les coûts des politiques climatiques : pour calmer les terreurs d’un catastrophisme inversé », Annales des Mines, janv. 2003, p. 37-47.
  • Avec P. Lepetit, « L’avenir de Kyoto dépend de l’Europe », Alternatives Internationales, 81, mai-juin 2003, p. 46-49.
  • Avec V. Journé, « Monsieur Homais, les guides de montagne et le maître nageur. Variations sur la négociation des risques climatiques », Critique Internationale, 18, janv. 2003, p. 65-79.
  • Avec C.-C. Jaeger, « Integrated assessment modeling : Modules for cooperation », Fondazione Eni Enrico Mattei Nota di Lavoro, 53, 2002, 14 p.
  • Avec M. Ha-Duong, « Policy Framework and systems management of global climate change », dans Natural Resource System Challenge II : Climate Change, Human Systems, and Policy, Encyclopedia of Life Support Systems (EOLSS), sous la dir. d’A. Yotova, 1.4.7., Eolss Publishers, Oxford, 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Hourcade, « Économie publique et environnement global », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 678-680.

Référence électronique

Jean-Charles Hourcade, « Économie publique et environnement global », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16585

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Hourcade

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals