Skip to navigation – Site map
Enseignements principaux
Économie

Les crises dans l’histoire et les théories économiques

Robert Boyer
p. 686-687

Index terms

Subject index :

Économie
Top of page

Full text

Robert Boyer, directeur d’études

Pourquoi les crises financières se suivent et ne se ressemblent pas

1LA succession des crises financières tout au long des années 90, la variété des formes qu’elles revêtent et la surprise qu’elles suscitent de la part même des spécialistes ont invité à renouer avec le thème central du séminaire. L’objectif des diverses séances a été de faire le point sur les travaux théoriques permettant de rendre compte tant des invariants que des spécificités des crises financières.

2L’effondrement de l’économie argentine fait d’abord apparaître comment la conjonction de facteurs de crise bien connus peut engendrer une crise systémique et profonde. La fermeture des banques et la multiplication des monnaies parallèles permettent de réfléchir sur les institutions de base d’une économie de marché : unité du système de paiement, garantie des contrats, légitimité de l’État comme représentant d’une communauté. La trajectoire argentine permet aussi d’étalonner les diverses théories monétaires contemporaines et autorise une comparaison avec la crise russe.

3Rétrospectivement, la crise des pays asiatiques, distincte de celles des pays latino-américains est loin cependant de faire apparaître une configuration unique quant aux mécanismes qui conduisent au déclenchement des doubles crises de change et bancaires. Ressort une hypothèse centrale : la variété des crises financières tient à une combinatoire spécifique de mécanismes largement invariants, tout au moins à un certain niveau de généralité. Les analyses en données de panel confirment l’absence de déterminant invariant et fiable des crises financières. Lorsqu’elles prennent un tour systémique, se trouvent affectées les institutions de base d’une économie marchande : respect des contrats, formes de propriété et accès à la liquidité.

4La comparaison des crises boursières respectivement japonaise (1990) et américaines (1929, 2000) souligne l’invariance du processus de spéculation associé à une innovation supposée radicale au point de définir une nouvelle période historique. Ainsi une prise de risque procyclique contribue tant à l’emballement de la croissance qu’au pessimisme et l’attentisme qui suivent l’éclatement de ces bulles financières.

5Les participants au séminaire ont alors présenté diverses problématiques susceptibles de rendre compte des faits stylisés ainsi mis en évidence. Il est ainsi apparu que la théorie des jeux mais aussi la finance comportementale étaient susceptibles de rendre compte de la crise boursière américaine de 1987, mais aussi de douter de l’efficience des marchés financiers. C’est dans ce contexte qu’est apparue la pertinence de la théorie du mimétisme rationnel : on peut ainsi expliquer aussi bien la formation d’une convention que sa possible remise en cause.

6Un autre enseignement souligne le caractère déterminant du système bancaire dans la propagation et la gravité des crises. D’une part, les crises financières prennent un tour dramatique lorsque la viabilité du système de paiement est mise en péril. D’autre part, les crises sont d’autant plus graves qu’entrent en résonance une bulle boursière, une flambée des prix immobilier et une suraccumulation du capital productif.

7La dernière phase du séminaire s’est interrogée sur la possibilité de prévenir la répétition de crises financières majeures. Il n’est pas évident qu’on puisse prévoir leur récurrence, ni qu’un effort de transparence suffise à les éliminer, même si les scandales financiers Enron et Worldcom posent la question de la confiance du public à l’égard des marchés. Enfin, une libéralisation financière, trop rapide, d’économies émergentes a accru l’instabilité macroéconomique et dans certains cas réduit leur croissance et le niveau de vie.

Publications

8Consulter www.cepremap.ens.fr/~boyer/

Top of page

References

Bibliographical reference

Robert Boyer, « Les crises dans l’histoire et les théories économiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 686-687.

Electronic reference

Robert Boyer, « Les crises dans l’histoire et les théories économiques », Annuaire de l’EHESS [Online],  | 2004, Online since 01 March 2015, connection on 26 May 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16594

Top of page

About the author

Robert Boyer

By this author

Top of page

Copyright

EHESS

Top of page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals