Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Archéologie

La guerre, la stratégie militaire et castrale, l’exemple du Dauphiné et de la Savoie (1282-1355)

Alain Kersuzan
p. 723-724

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Alain Kersuzan, éducateur spécialisé

1Le séminaire de cette année fut consacré à l’étude de la guerre entre deux principautés en voie de formation et d’extension au tournant des XIIIe et XIVe siècles. Une guerre à la fois longue et intermittente, tenace et limitée dans ses objectifs et ses procédés, mais qui illustre assez bien la montée des pouvoirs centralisés et l’organisation prémoderne des États.

2Les recherches et l’étude se sont davantage appuyées sur les sources comptables contemporaines que sur les chroniques écrites aux siècles suivants. Ainsi nous avons pu éclairer d’un jour nouveau certains épisodes et remettre à une plus juste vérité l’importance et la date même de certaines opérations militaires. Surtout ces précisions permettent de mieux comprendre la logique des campagnes architecturales organisées sur les châteaux et les choix tactiques des opérations de saccage et de sièges des fortifications ennemies. Les analyses nous ont donné les moyens de dégager une véritable stratégie militaire principalement pour le comté de Savoie. Cette stratégie est étonnement rationnelle, car elle tient compte des moyens disponibles aussi bien techniques que financiers et humains tout en étant strictement adaptée aux capacités de réaction évaluées chez l’ennemi.

3Nous avons pu analyser que cette guerre comme celle qui opposera, plus tard et à plus grande échelle, les royaumes de France et d’Angleterre fut un moyen pour chacune des principautés pour essayer d’abattre son rival et d’organiser en même temps une emprise économique, administrative et politique centralisée sur les territoires récupérés. C’est donc par la guerre et ce qu’elle permet comme possibilité de pression fiscale que se sont mis en place et se sont fortifiés les rouages administratifs des deux États.

4Nous avons vu par le détail l’organisation des opérations militaires, les choix stratégiques, les préparatifs, les manœuvres de diversion, le rôle de l’espionnage. Des reconstitutions ont pu être proposées quant à l’organisation et le déroulement des sièges. Nous avons dégagé l’importance que recouvrent les engins d’artillerie dans la prise d’une place forte et cela nous a amené à étudier les techniques d’artillerie et la reconstitution, à partir des textes, des différents engins utilisés tant pour l’attaque que pour la défense. Cette partie du séminaire est en correspondance étroite avec l’atelier de recherche animé par J.-M. Poisson pour la réalisation d’un glossaire de termes régionaux des armes et du mobilier.

5Enfin, nous avons étudié l’ensemble des structures naturelles et artificielles autour des châteaux permettant de rendre impossible ou pour le moins très difficile l’arrivée de ces engins ainsi que des moyens mis en place pour tâcher de les tenir le plus loin possible des murailles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Kersuzan, « La guerre, la stratégie militaire et castrale, l’exemple du Dauphiné et de la Savoie (1282-1355) », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 723-724.

Référence électronique

Alain Kersuzan, « La guerre, la stratégie militaire et castrale, l’exemple du Dauphiné et de la Savoie (1282-1355) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16624

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals