Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Réseaux intercommunautaires et communication dans la diaspora séfarade et le monde juif moderne

Évelyne Oliel-Grausz
p. 737-738

Texte intégral

Évelyne Oliel-Grausz, professeur agrégée

1Un premier cycle de conférences avait proposé une approche des sociétés juives modernes en rupture avec les lectures monographiques traditionnelles, centrée sur l’étude des flux, des circuits et des réseaux, avec pour objet la diaspora séfarade d’Occident dans un espace s’étendant de Livourne aux établissements du Nouveau Monde, dans un cadre chronologique embrassant les XVIIe et XVIIIe siècles. Nous avions dessiné un portrait des aires de relation et d’influence des communautés majeures, Amsterdam et Londres, et leur rôle dans l’organisation des réseaux d’entraide intercommunautaires, entraide diplomatique, financière. Le second volet de ce séminaire a permis de s’arrêter sur la notion de réseau, à la fois omniprésente dans le discours contemporain des sciences sociales et fort labile, et de conduire cette lecture de l’espace séfarade et du monde juif dans deux directions :

2Les archives communautaires et plus particulièrement les correspondances ont été proposées comme matériau privilégié pour l’écriture d’une histoire de la communication dans le monde juif moderne. L’étude des formes de circulation de l’information impose une réflexion sur le medium épistolaire, ses routes, ses temporalités et sur la diversité des acteurs de cette communication : les communautés correspondent officiellement, mais utilisent également les réseaux privés d’échange de nouvelles entre négociants pour transmettre leurs missives. Acteurs également les voyageurs d’occasion ou professionnels, négociants en voyage, rabbins itinérants et émissaires en tournée de collecte pour la Terre Sainte ou leur propre communauté.

3L’organisation des réseaux et de l’espace de cette diaspora judéo-portugaise a été analysée dans la perspective d’une comparaison avec d’autres diasporas confessionnelles et/ou marchandes de l’Europe moderne. Le rapprochement le plus fécond, le plus riche, est celui avec la dispersion huguenote, du premier et du second Refuge. Mais d’autres lectures comparatives ont été ébauchées, avec par exemple la diaspora lucquoise, ou encore les réseaux de l’Europe maçonnique, réseaux épistolaires, de sociabilité mais aussi réseaux latents d’entraide, mobilisables en temps de crise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Évelyne Oliel-Grausz, « Réseaux intercommunautaires et communication dans la diaspora séfarade et le monde juif moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 737-738.

Référence électronique

Évelyne Oliel-Grausz, « Réseaux intercommunautaires et communication dans la diaspora séfarade et le monde juif moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16643

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals