Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Europe centrale et orientale

Épistémologie comparée des sciences humaines, Russie/Europe de l’Ouest, années 1920-1930 (histoire intellectuelle discours sur la langue)

Patrick Sériot
p. 748-750

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Patrick Sériot, professeur à l’Université de Lausanne

1Dans le cadre d’une étude des sciences humaines sur le fond culturel, idéologique, politique, philosophique du monde russophone (soviétique et émigré) des années 1920-1930, le séminaire a eu pour objet le discours sur la langue. Ce choix reposait sur l’hypothèse qu’il existe un rapport hypertrophié à la langue et au langage en Russie/Union soviétique. Le thème du discours sur la langue devait donc nous permettre de mettre en évidence concrètement, à partir de textes premiers, originaux, un certain nombre de traits propres à la culture scientifique dans le monde russophone, comme de travailler un certain nombre de questions-clés telles que le rapport de l’individuel au collectif, la construction discursive de l’identité collective, de l’opposition de soi à l’autre (svoe/chuzhoe), les représentations de ce qu’est le « social », la notion de « mentalité collective », l’opposition entre identité de classe et identité nationale, etc.

2On a pu montrer que le « discours sur la langue » est plus large que « la linguistique ». Si les œuvres de linguistes ont fourni un important contingent de textes, le discours sur la langue ne s’y réduit pas. On trouve ainsi dans les « conseils » que M. Gorki donnait aux écrivains débutants une vision très cohérente de la langue, qui n’avait aucun rapport avec le discours marriste dominant dans la linguistique soviétique de l’époque, tout en coexistant avec lui en pure ignorance réciproque. Le sort réservé aux espérantistes et aux inventeurs de langues artificielles, aux représentants de l’idéologie « cosmiste » est lui aussi révélateur d’un grand basculement, qui se fit progressivement, et qui n’eut pas lieu l’année du « grand tournant » (1929). De même, la réception de Saussure, de chef de file de « l’école sociologique française » à représentant de l’ »idéologie bourgeoise », montre combien les mêmes textes peuvent être interprétés de façon parfois radicalement opposée. On voit ainsi peu à peu apparaître un monde intellectuel infiniment moins « monolithique » qu’une image stéréotypée de l’URSS stalinienne tend à le présenter. Prenant le discours sur la langue comme indice, comme révélateur des tensions qui parcourent la société soviétique des années 1920-1930, on a exploré le basculement fondamental de cette société, qui a été observé dans beaucoup d’autres domaines, entre deux « attitudes », ou « paradigmes, celui en gros des années 20, fondé sur l’ouverture, sur l’internationalisme et celui des années 30, fondé sur la fermeture et le nationalisme. On s’est appuyé pour ce faire sur l’hypothèse du sémioticien de l’architecture Vladimir Papernyj quant à l’existence d’une « culture-2 » (en gros, celle des années 30), qui vient supplanter une « culture-1 », en gros celle des années 20. On a vu alors que la notion de « paradigme » de l’épistémologie de T. Kuhn, pas plus que celle d’ »épistémè » de Michel Foucault, ne sont adéquates pour rendre compte des contradictions très vives, des retours en arrière, des avancées en spirale qui parcourent ce monde scientifique travaillé par des tensions idéologiques et philosophiques. On a proposé alors une notion plus modeste mais plus large, celle d’ »air du temps », qui permet de remarquer que les ethno-linguistes américains des années 30 (Sapir et Whorf) et les linguistes marristes (essentiellement I. I. Meschaninov), qui apparemment avaient une vision radicalement opposée (les Américains voyaient un rapport de détermination langue/pensée, les Soviétiques à l’inverse un rapport base socio-économique pensée/langue), avaient néanmoins en commun la quête de la mise en relation du langage et de la pensée, qui reposait elle-même sur l’héritage de W. von Humboldt, jamais vraiment disparu en Russie.

3Un autre aspect de ce thème large de « discours sur la langue » est le lien qu’il entretient avec l’anthropologie, science interdite sous Staline, mais dont les postulats évolutionnistes affleurent constamment dans les déclarations sur la langue, par exemple dans le domaine de la politique linguistique, ou « édification linguistique » (jazykovoe stroi-tel’stvo) : pourquoi et pour qui créer des alphabets et des langues normatives, comment faire la différence entre une nation (nacija) et une « population », ou « pré-nation » (narodnost’) ?

4Enfin un autre type de discours sur la langue s’est imposé à l’investigation, c’est celui des intellectuels russes émigrés, principalement les deux grands linguistes unanimement reconnus comme faisant partie des pères fondateurs du structuralisme : N. Troubetzkoy et R. Jakobson. On sait moins leur engagement dans le mouvement idéologique et politique de l’eurasisme. Jakobson voyait une totalité, une unité dans la science russe, qu’elle soit en URSS ou dans l’émigration. On a vu alors que bien nombreux sont les points communs entre un structuraliste comme Troubetzkoy et un évolutionniste marginal comme N. Marr. On s’est orienté alors vers la conclusion que les clivages scientifiques et intellectuels ne passent pas forcément là où l’on croit qu’ils passent, et que l’histoire du structuralisme en Europe « de l’Est » à cette époque un rapport avec la Naturphilosophie allemande d’un côté, avec les idéologies de la totalité de l’autre.

5On a insisté essentiellement sur les problèmes de passage d’une « culture » à l’autre, en s’attachant à suivre dans les textes les indices de basculement, de transformation, de glissement d’un type de discours à l’autre. C’est pourquoi les textes des années 1929 à 1931 ont été d’une importance si particulière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Sériot, « Épistémologie comparée des sciences humaines, Russie/Europe de l’Ouest, années 1920-1930 (histoire intellectuelle discours sur la langue) », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 748-750.

Référence électronique

Patrick Sériot, « Épistémologie comparée des sciences humaines, Russie/Europe de l’Ouest, années 1920-1930 (histoire intellectuelle discours sur la langue) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16658

Haut de page

Auteur

Patrick Sériot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals