Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’anthropologie religieuse européenne

Philippe Boutry et Dominique Julia
p. 789-791

Texte intégral

Philippe Boutry, directeur d’études
Dominique Julia, directeur de recherche au CNRS

Liturgies et sacralités

1Le Centre d’anthropologie religieuse européenne a entamé une réflexion sur Liturgies et sacralités dans l’Europe moderne. Cette année a été consacrée à une mise en place de la problématique générale d’une enquête collective.

2Il convenait, pour ce faire, de repartir de l’ouvrage de Dom Prosper Guéranger Les Institutions liturgiques (1840-1851 ; 2e édition, 1878-1885), monument édifié à la gloire de la liturgie romaine et de l’autorité papale dont nombre de présupposés sont contestables mais dont l’érudition reste une mine pour les chercheurs. Dom Guéranger place l’âge d’or de la liturgie à saint Grégoire le Grand, voit dans les Réformes de Luther et Calvin des hérésies « antiliturgiques » et analyse les réformes des bréviaires et missels de la seconde moitié du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle comme l’œuvre de la « secte » janséniste (qui, aux yeux du bénédictin, s’apparente au calvinisme) visant à diminuer le culte des saints, les marques de dévotion à la Vierge et la puissance du pontife romain. Or le corpus des textes produits par l’érudition ecclésiastique gallicane et que l’on a appelés « liturgies néogallicanes » s’inscrit sans doute davantage dans une dynamique post-tridentine de longue durée, comme en témoignent d’ailleurs les travaux de la commission de réforme liturgique lancée par Benoît XIV. L’hypothèse vaut en tout cas la peine d’être approfondie. En dépit de (ou en raison même) de ses partis pris : ainsi l’hostilité résolue au despotisme éclairé, à la soumission de l’Église à l’État, à la Révolution française, l’œuvre de dom Guéranger invite à reprendre les questions essentielles comme la question de savoir ce qu’est la « nouveauté » en liturgie (Catherine Maire, Philippe Boutry). Bernadette Majorana a présenté un aspect de ses recherches sur les Missions intérieures dans l’Italie moderne. Elle a montré, à travers une chronique des prédications itinérantes de Paolo Segneri le Jeune (1673-1713) rédigée par Ludovico Antonio Muratori en 1712, comment la description des pratiques du missionnaire par Muratori tente de transformer ces pratiques pour les conformer aux principes d’une « dévotion réglée », tout en rendant compte de la vigueur d’une série de manifestations para-liturgiques héritées de la première modernité. Silvana Seidel-Menchi a, pour sa part, exposé les liturgies du mariage au XVIe siècle et montré comment l’on passe d’une diversité extrêmement grande de rituels avant le concile de Trente à une uniformité progressive après l’application de celui-ci. Denis Pelletier (Université de Lyon-II) a présenté les enjeux liturgiques de la crise catholique (1962-1978) en montrant comment l’application abrupte des réformes liturgiques du Concile Vatican Il a joué un rôle tout à fait central dans la déstabilisation et les reclassements qui s’opèrent alors à l’intérieur des populations pratiquantes. Ces réformes produisent en même temps une réorganisation décisive de l’espace sacré. Catherine Brice (Institut d’études politiques de Paris) a analysé, de son côté, les liturgies civiques qui se déroulent dans Rome, capitale de l’Italie, entre 1870 et 1900. Elle a montré combien ces cérémonies conservent les anciennes formes de sacralités de la Rome pontificale en les réinvestissant dans le programme idéologique de l’Italie libérale et insisté sur l’importance des manifestations de fidélité à la personne du monarque et à sa famille au sein même de la nouvelle culture politique en voie de démocratisation.

3Deux contributions du séminaire ont rejoint la thématique de l’enquête collective du Centre sur les reliques. Éric Rebillard, en présentant l’état des recherches actuelles sur les catacombes romaines et l’origine des cimetières chrétiens, a offert l’opportunité de réviser bien des thèses tenues pour acquises il y a seulement une trentaine d’années. Tout au long du IVe siècle, païens et chrétiens utilisent à Rome les mêmes espaces funéraires. À Antioche et Alexandrie, le terme coemeterium ne désigne pas un lieu de sépulture communautaire mais le lieu de la tombe d’un martyr et le lieu de culte que celle-ci est devenue : une catacombe n’est pas forcément un coemeterium. Les thèses de De Rossi sur le lien entre catacombes et organisation ecclésiastique territoriale sont aujourd’hui totalement abandonnées et l’on accorde plus d’importance au corps de métier des fossores. En traitant du destin des corps saints sous la Révolution française, Stéphane Baciocchi et Dominique Julia ont revisité un dossier que l’on a souvent confondu avec celui de l’iconoclasme. En réalité la première période de la Révolution manifeste un attachement très vif des populations à l’égard des corps saints conservés dans les abbayes ou les couvents qui sont fermés : d’où, à la campagne, des translations solennelles vers les paroisses voisines cependant qu’en ville la règle dominante semble être celle de la concentration des reliques dans le lieu de culte le plus important (l’ex-cathédrale pour les sièges d’évêchés). Quant à la phase proprement « déchristianisatrice », elle a souvent été précédée par une dissociation entre reliques et reliquaires (qui a souvent permis de « sauver » les reliques), et les crémations de corps saints ont sans doute été plus rares que prévues, devant les résistances des populations : l’inhumation a été plus fréquente, parce qu’elle est une profanation réversible.

4Le séminaire poursuivra l’an prochain sa réflexion sur ces thèmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Boutry et Dominique Julia, « Centre d’anthropologie religieuse européenne », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 789-791.

Référence électronique

Philippe Boutry et Dominique Julia, « Centre d’anthropologie religieuse européenne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16711

Haut de page

Auteurs

Philippe Boutry

Articles du même auteur

Dominique Julia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals