Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen

Alain Messaoudi, Lucette Valensi, François Pouillon, Daniel Nordman et Nabila Oulebsir
p. 807-811

Texte intégral

Alain Messaoudi, professeur agrégé à l’Université de Valenciennes
Daniel Nordman, directeur de recherche au CNRS
Nabila Oulebsir, maître de conférences à l’Université de Poitiers

Construction des savoirs et des disciplines en Afrique du Nord et en Méditerranée (XIXe-XXe siècles)

1Les relations entre science et savoirs d’une part, institutions et normes académiques ou scolaires d’autre part, ont été cette année au centre de notre interrogation, et en particulier les processus plus ou moins achevés d’institutionnalisation des savoirs et de constitution de nouvelles disciplines scientifiques.

2Au succès de l’égyptologie (Pascale Ballet) on a pu comparer la difficile institutionnalisation de l’archéologie islamique à travers le cas de l’Égypte, ponctuée par les travaux d’un Pascal Costes, d’un Jules Bourgoin ou d’un Prisse d’Avesnes (Mercédès Volait), et mettre en rapport cette différence avec la place contrastée faite à l’une et à l’autre dans le processus de constitution d’un patrimoine national égyptien. Le cas de l’histoire coloniale en France à la fin du XIXe siècle a montré les difficultés que représente la constitution d’archives, de chaires et de publications spécifiques. Si les nouveaux spécialistes peinent à affirmer l’importance de leurs travaux et conservent un sentiment de relative marginalité, ils trouvent cependant appui et relais dans l’enseignement primaire et secondaire (Colette Zytnicki). Le droit colonial en Algérie, ensemble composite, est resté une pratique sociale de qualification des faits plus qu’un instrument de connaissance, et pose la question de l’infléchissement ou d’une mutation de la discipline mère dans un contexte de domination (Emmanuelle Saada).

3Les institutions académiques qui, en métropole et en Afrique du Nord, ont été cadre et soutien de cette institutionnalisation de la science, ont aussi attiré notre attention. On a pu mesurer le poids d’Alger face à Paris et à la métropole d’une part, à Rabat et à Tunis de l’autre. Ainsi, l’étude des travaux scientifiques de l’Institut Pasteur d’Alger, fondé et dirigé cinquante ans durant par le Dr Sergent, permet de mesurer son autonomie, la rivalité qu’il entretient et la coopération qu’il noue avec les instituts de Paris, de Tunis et de Rabat (Barkahoum Ferhati). À l’École supérieure de lettres d’Alger, un des éléments constitutifs de la nouvelle université en 1909, la géographie se développe entre des impératifs d’enseignement et de délivrance de diplômes et un souci de recherche scientifique qui, défendu par Émile-Félix Gautier, aboutit, après un premier échec, à la création en 1920 d’un institut de géographie sur le modèle métropolitain (Florence Deprest). Cependant, en matière de droit musulman, les oeillères de l’orientalisme classique appauvrissent la production de l’Université d’Alger, qui réserve l’anthropologie aux coutumes berbères. Les travaux scientifiques les plus remarquables sont par conséquent dus à des savants non professionnels, qui, plus libres, échappent à ce hiatus (Alain Mahé).

4Le rapport n’est pourtant pas de simple opposition entre productions savantes plus ou moins systématiques de professionnels académiques et savoirs profanes plus ou moins empiriques dus aux simples amateurs. Les unes et les autres s’articulent et se conjuguent, en particulier par l’intermédiaire des revues et des sociétés savantes. Dans l’espace tunisien, revues des institutions publiques, revues des sociétés savantes et revues littéraires jouent, chacune à sa manière, un rôle essentiel d’élaboration et de diffusion des savoirs (Kmar Bendana-Kchir). L’analyse du Bulletin de la Société de géographie du Maroc entre 1916 et 1926 révèle un souci d’exploration et de connaissance concrète du terrain par l’établissement de monographies locales. Or, malgré un désir d’enracinement régional et de large vulgarisation, l’activité se polarise finalement à Rabat et le poids des professeurs l’emporte (Aurélia Dusserre). Hespéris, publiée à Rabat entre 1921 et 1959, est quant à elle une revue intimement liée à un institut de recherches public, l’Institut des hautes études marocaines (IHEM). Or sa prime ambition de haute scientificité est bientôt déçue, faute de renouvellement et de relève générationnelle, et, par certains aspects, elle se rapproche des revues des sociétés savantes (Claude Lefébure).

5L’année s’est achevée par l’organisation d’un atelier dans le cadre du congrès de l’Association française pour l’étude du monde arabe et musulman (AFEMAM), ce qui nous a engagés à dresser un premier bilan en resserrant le cadre d’observation à Alger, Tunis et Rabat pendant la période 1880-1930.

Lucette Valensi et François Pouillon, directeurs d’études

L’orientalisme français (XVIIIe-XXe siècle)

6Organisé en séminaire fermé, les réunions ont consisté en un travail d’atelier pour la préparation d’un Dictionnaire biographique de l’orientalisme français (titre provisoire) dont la fabrication est coordonnée par Jean Ferreux.

7Un tel projet peut sembler ressortir d’un paradoxe, en ce que l’orientalisme est l’objet, depuis plus de vingt ans, d’une dénonciation et d’une « déconstruction » qui ressemble fort à une mise à mort. Qu’il ne s’attache qu’à l’ »école française », laissant donc de côté l’immense contribution des autres écoles européennes (ou nord-américaines) et les relations qu’individus et institutions ont entretenues en dépit des clivages linguistiques ; qu’il inclue l’école coloniale indiscutablement compromise dans l’entreprise impériale, aggrave le paradoxe, et pourrait laisser croire à une entreprise fondamentalement nostalgique et régressive.

8Il s’agira en vérité d’un dictionnaire historique et critique.

  • Historique, ce dictionnaire ne saurait se contenter du cadre prosopographique. Il implique diverses approches. Histoire sociale, on inscrira les acteurs dans leur réseau de correspondants, de complices ou d’adversaires, dans un processus de formation d’écoles ou de relations entre écoles. Histoire institutionnelle, elle rattachera ces acteurs aux lieux où ils ont déployé leur activité, on évaluera le rôle de l’État, décisif dans la fondation des institutions, le financement des missions, la constitution de collections, mais aussi d’autres protagonistes, telle l’Église et ses congrégations. Histoire intellectuelle, elle ne se limitera pas à celle d’une discipline académique. Écrivains, peintres, photographes, illustrateurs ont leur place, de même qu’un certain nombre de voyageurs, de missionnaires, d’informateurs, de collectionneurs.
  • Critique, ce dictionnaire s’emploiera non à faire ou refaire l’hagiographie des artisans de la colonisation, ni des héros de la science française, mais à restituer, à travers des entrées biographiques, une histoire sociale de la culture. Plus que des biographies classiques – l’homme et l’œuvre –, on s’efforcera en effet de situer l’individu, objet de la notice, dans le réseau d’interactions qu’il aura entretenues avec les divers milieux, nationaux et internationaux, sociaux et professionnels : institutionnels, politiques, familiaux, religieux, etc. Et l’on ne se limitera pas aux savants patentés. Les obscurs, les sans-grades, qui ont confectionné les manuels, dictionnaires de langues vernaculaires, etc., auront aussi leur place, de même que les écrivains, illustrateurs, cinéastes, etc. Et bien sûr, répétons-le, toutes sortes d’informateurs et de truchements qui, d’une manière ou d’une autre, ont contribué à la formation de nos savoirs sur l’Orient pour y avoir séjourné et en être revenu les bras chargés.

9Le souci de l’exhaustivité nous conduirait dans une entreprise véritablement interminable. Notre ambition encyclopédique se veut transitoire, subordonnée à l’état actuel des travaux et mises au point critiques, y compris dans les réévaluations qui s’imposent sur les autorités les mieux établies ou les contributions les plus systématiquement ignorées. Nous chercherons à cet égard à pondérer l’importance de tel auteur, de tel domaine, de telle région dans une configuration d’ensemble qui continue de se réorganiser.

10Nous avons choisi de cultiver les marges inter-institutionnelles, de tirer parti, quand faire se peut, des querelles de bornage, d’éclairer des parcours parmi les moins balisés, ou la face obscure de brillants cheminements. Il s’agirait, par exemple, à partir des littérateurs, des peintres, des linguistes, sur le terrain de cultures minorisées ou pour des époques pionnières, de procurer la révélation de talents masqués ou phagocytés, et de promouvoir le dépoussiérage de valeurs légitimement sûres – dans tous les cas, d’illustrer l’interaction des multiples facteurs qui interviennent dans l’élaboration des savoirs orientalistes, du XVIIe siècle à nos jours.

11Outre un certain nombre de réunions techniques, ce groupe a donné lieu à l’organisation d’un atelier, dans le cadre du congrès de l’Association française des études sur le monde arabe et musulman (Paris, juillet 2003), qui portait cette année sur « L’élaboration de savoirs ». Ghislaine Alleaume, Guy Barthélémy, Frédéric Hitzel, Jean Ferreux, Sylvette Larzul, Claude Lefébure, François Pouillon, Jean Schmitz y ont présenté des contributions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Messaoudi, Lucette Valensi, François Pouillon, Daniel Nordman et Nabila Oulebsir, « Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 807-811.

Référence électronique

Alain Messaoudi, Lucette Valensi, François Pouillon, Daniel Nordman et Nabila Oulebsir, « Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16721

Haut de page

Auteurs

Alain Messaoudi

Articles du même auteur

Lucette Valensi

Articles du même auteur

François Pouillon

Articles du même auteur

Daniel Nordman

Articles du même auteur

Nabila Oulebsir

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals