Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherches sur le Japon

Patrick Beillevaire et Guillaume Carré
p. 822-823

Entrées d’index

Centres de recherche :

Centre de recherches sur le Japon
Haut de page

Texte intégral

Patrick Beillevaire, directeur de recherche au CNRS
Guillaume Carré, maître de conférences

Culture et idéologie dans le Japon moderne

1LE séminaire a poursuivi l’étude de la construction de la culture moderne au Japon et examiné certaines de ses composantes aujourd’hui en mutation. Trois séances ont traité du thème de la nature et de son artificialisation, pierre angulaire des discours sur l’identité japonaise depuis l’ère Meiji : « La redécouverte de la sagesse de la nature : quelle sagesse pour quelle nature ? », une analyse des débats qui ont sous-tendu la préparation de la prochaine exposition internationale du département d’Aichi (Sophie Houdart, chargée de recherche au CNRS, Université de Paris-X), « Jardins et paysages urbains à l’époque d’Edo » (Shirahata Yôzaburô, professeur au Nichibunken), « Idéologie de la nature au Japon » (Kuwako Toshio, professeur à l’Institut de technologie de Tôkyô). Deux autres séances ont abordé les problèmes qui affectent depuis plus d’une décennie l’économie et l’éducation supérieure : « La réforme de la recherche et des universités au Japon : pourquoi, comment ? » (Samuel Bliman, professeur émérite, Université de Marne-la-Vallée), « La mondialisation et la crise du modèle japonais : le rôle des représentations » (Sébastien Lechevalier, doctorant, CEPREMAP). Le religieux, sa place dans l’idéologie nationale et son évolution vers un point de vue universaliste, ont fait l’objet des exposés de Jean-Pierre Berthon (chargé de recherche au CNRS), « Le religieux et la construction d’une ethnologie nationale », et d’Erica Baffelli (doctorante à l’Université de Venise), « La publicité religieuse sur l’Internet : le cas des nouvelles religions japonaises ». Sous l’intitulé Crime and punishment in Japan, Paul D. Scott (professeur à l’Université Kansai Gaidai) a présenté les recherches tout à fait exceptionnelles qu’il est autorisé à mener depuis plusieurs années sur le milieu carcéral. Dans un second exposé, il a analysé le rôle de l’aveu dans la procédure pénale. Annick Horiuchi (maître de conférences à l’Université de Paris-VII), à travers l’exemple du Sakokuron (Essai sur la fermeture du pays) de Shizuki Tadao, a montré comment, avant même la restauration de Meiji et l’ouverture du Japon, le discours des Japonais sur leur pays prenait en compte la perception qu’avaient de celui-ci les Occidentaux : « se voir à travers le regard de l’autre : sur une lecture japonaise de l’Histoire du Japon d’E. Kaempfer à l’aube du XIXe siècle ». Enfin, deux interventions ont été consacrées au département d’Okinawa : « Nouvelles considérations sur le pouvoir spirituel (onarigami) des prêtresses d’Okinawa » (lyori Tsutomu, professeur à l’Université de Kyôto), « Langue et écriture à Okinawa : un aperçu historique » (Patrick Beillevaire, directeur de recherche au CNRS).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Beillevaire et Guillaume Carré, « Centre de recherches sur le Japon », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 822-823.

Référence électronique

Patrick Beillevaire et Guillaume Carré, « Centre de recherches sur le Japon », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16730

Haut de page

Auteurs

Patrick Beillevaire

Articles du même auteur

Guillaume Carré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals