Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Méthodes et techniques des sciences sociales

Épistémologie des modèles

Jean Petitot
p. 118-121

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean Petitot, directeur d’études

1Au cours de l’année, j’ai surtout continué mes recherches sur les modèles neurogéométriques des architectures fonctionnelles de la vision. J’ai consacré mon cours de DEA à ce thème ainsi que mes conférences d’introduction aux sciences cognitives à l’École polytechnique. Toujours à l’École polytechnique j’ai coorganisé, avec P. Charnay de l’ENS, un séminaire « Cerveau et Cognition » auquel j’ai invité E. Dupoux (« Bases biologiques des fonctions cognitives »), K. O’Regan (« Le problème de la conscience phénoménale : une approche sensorimotrice »), Y. Frégnac (« Architectures de calcul dans le cortex visuel »), A. Berthoz (« Bases neurales et modélisation de la perception de l’espace »), J. Lorenceau (« Dynamiques perceptives de la vision de formes et de mouvements »), E. Koechlin (« Architectures biologiques des fonctions exécutives centrales »), J. Droulez (« Hypothèses et modèles internes dans la perception des objets »).

2En sémiolinguistique, l’année a surtout été consacrée à la publication de deux ouvrages, d’une part chez Peter Lang Morphogenesis of meaning, traduction par Franson Manjali de Morphogenèse du sens, et d’autre part Morphologie et esthétique chez Maisonneuve et Larose. Unifiant des analyses théoriques et des études littéraires qui montrent à quel point la réflexion morphologique est cruciale chez nombre de grands artistes, cet ouvrage montre comment le structuralisme dynamique que j’ai développé à la suite de René Thom entre en résonance avec la philosophie de la forme et les arts tant plastiques que narratifs. Il vise à montrer comment de nombreux dispositifs esthétiques édifient une « montée » sémiotique de la forme sensible vers l’idéalité du sens. Sa première partie est consacrée aux théories scientifiques et philosophiques de la forme et de la structure. Elle se focalise sur la riche généalogie conduisant de la Critique de la faculté de juger de Kant, puis de la théorie morphologique de Goethe et de ses applications à l’art dans sa célèbre analyse du Laocoon, jusqu’à des philosophes comme Peirce, Valéry, Husserl, Merleau-Ponty ou Eco et des savants comme D’Arcy Thompson, Turing, Thom ou Lévi-Strauss. Sa seconde partie propose quatre études de cas, deux consacrées à Proust (les multiples fonctions de la petite phrase de Vinteuil dans Un Amour de Swann et le fonctionnement des signes sensibles dans l’épisode des « clochers de Martinville » de Du côté de Guermantes) et deux autres à Stendhal (le dispositif morpho-sémiotique de la bataille de Waterloo dans La Chartreuse de Parme et la façon dont ce roman réécrit en grande partie le mythe d’Éros et de Psyché).

3Certains de ces thèmes ont également été abordés dans le Séminaire de sémiotique de l’École sur « Les racines de la narrativité » que je codirige avec J.-J. Vincensini et I. Darrault. J’y ai donné une conférence « Sur l’interprétation actantielle spontanée de scènes visuelles abstraites ». Les autres exposés étaient : I. Darrault (« Ce que la psychanalyse sait/fait de la narrativité »), J.-J. Vincensini (« Racines corporelles de l’imaginaire »), M. Costantini (« Autour de l’ouvrage Souillure et pureté. Le corps et son environnement culturel »), S. Tchougounnikov (« August Strindberg comme théoricien de la morphogenèse »), P.-L. Assoun (« L’inconscient narratif »), P. Sadoulet (« Vengeances chez les Atrides : configurations thématiques, valeurs contradictoires et narration tragique »), C. Calame (« Temporalité et narrativité : les apories de “Temps et récit” de Paul Ricœur »), P. Bundgaard (« Le schéma narratif est aussi un schème cognitif »), P. Pesteil (« Morphogenèse et construction mythico-rituelle de l’espace »), P. Sériot (« La théorie de la forme grammaticale chez les grammairiens Slavophiles »).

4J’ai également organisé avec Philippe Nemo (ESCP) un séminaire international sur l’« Histoire du libéralisme en Europe continentale ». Parmi les invités on peut citer l’économiste péruvien H. de Soto, M. Leter (« L’idée républicaine chez Edouard Laboulaye »), P. Nataf (« Le libéralisme d’Yves Guyot »), P. Nemo (« Le kantisme républicain »), C. Jambet (« La liberté est-elle possible en Islam ? »), D. Döring (« L’école de Göttingen et Wilhelm von Humboldt »), R. Raico (« Les libéraux allemands au XIXe siècle »), G. Hulsmann (« L’école autrichienne avant Hayek »), V. J. Vanberg (« Alexander Rüstow et Wilhelm Röpke : le libéralisme humaniste »), N. Goldschmidt (« Alfred Müller-Armack et Ludwig Erhard : le libéralisme social de marché »), M. Wohlgemuth (« The influence of Neo-Austrian economics on post-war German liberalism »).

5En ce qui concerne les colloques, j’ai été membre des comités scientifiques de « From autopoeisis to Neuro-phenomenology, a tribute to Francisco Varela » (La Sorbonne, 18-19 juin 2004) et de l’ASSC8 : « Eighth annual conference of the association for the scientific study of conciousness » (Université d’Anvers, 25-28 juin 2004) et coorganisateur du colloque « Mathematical models of visual perception » (Université de Bologne, 1-3 juillet 2004) où j’ai donné la conférence inaugurale.

6Mes principales conférences comme conférencier invité ont été : 25 août 2003 « Hommage à René Thom », IHES ; 12 novembre « Sur l’interprétation actantielle spontanée de scènes visuelles abstraites », Séminaire de sémiotique ; 2-9 décembre « Structures de contact et géométrie symplectique en vision », CREA ; 6 décembre « Journée d’hommage à Jean Cavaillès » (org. J. Bouveresse), ENS ; 29-31 janvier 2004 « Visual Cognition, phenomenology, and neurogeometry », « Cognition and Phenomenology », University of Aarhus ; 11-12 février « Geometry of the functional architecture of visual areas », « Vers une science des systèmes complexes », CNRS ; 22 mars « Les sciences dans la société : nouveaux dangers, nouvelles responsabilités », ENS ; 29 mars « Sur les approches transcendantales de la physique mathématique », Séminaire de philosophie des mathématiques, ENS ; 23-24 avril « Complexity and non-reductionist non-functionalist emergentism », « Émergentisme dynamique et fondements des sciences de la cognition », Lyon, ENS ; 28 avril « Le libéralisme comme éthique critique chez Friedrich von Hayek », LUISS, Rome ; 27 mai « Équations de Wilson-Cowan, architecture fonctionnelle de V1 et bifurcations de patterns visuels par rupture de symétrie », Institut de la complexité de Paris ; 24 juin « Déterminisme et liberté dans la nature et la cognition », Colloque de Cerisy autour d’Henri Atlan ; 1-3 juillet « Sub-Riemannian neurogeometry and symplectic structures », « Mathematical models of visual perception », Université de Bologne.

7J’ai également été coauteur du rapport Mathématiques et neurosciences présenté par Alain Berthoz (Collège de France) à l’Académie des sciences. J’ai aussi fait partie du jury du prix Dargelos.

Publications

  • « Form », Kognitiv Semiotik, P. Bundgaard, J. Egholm, M. Skov, (éd.), Copenhague, Haase, 2003, p. 131-168.
  • « Den lokalistiske hypotese, morfodynamiske modeller og kognitive teorier : bemaerkninger til et notat fra 1975 », ibid., p. 217-250.
  • « Dynamiske modeller og kognitiv lingvistik : mod en aktiv morfologisk semantik », ibid., p. 379-416.
  • « Modèles formels de la “main invisible “ : de Hayek à la théorie des jeux évolutionnistes », Publications du Séminaire CREA/CREPHE, 10, 2003.
  • « La dialettica della verità oggettiva e del valore storico nel razionalismo matematico di Albert Lautman », Bioetica, Globalizzazione ed Ermeneutica, F. Minazzi, L. Nolasco (éd.), Milan, Franco Angeli, 2003, p. 153-171.
  • « Modèles de structures émergentes dans les systèmes complexes », Complexity and Emergence, E. Agazzi, L. Montecucco (éd.), Proceedings of the annual meeting of the International Academy of the philosophy of science, world scientific, Singapour, 2003, p. 57-71.
  • « Morphodynamical enaction : the case of color », Biological Research, A Tribute to Francisco Varela, J. Bacigalupo, A. G. Palacios (éd.), 36, 1, 2003, p. 107-112.
  • « Le fond mélusinien de La Chartreuse de Parme », Souillure et pureté, J.-J. Vincensini (éd.), Paris, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 303-312.
  • « The neurogeometry of pinwheels as a sub-riemannian contact structure », Neurogeometry and visual perception, Journal of Physiology-Paris, 97, 2-3, 2003, p. 265-309.
  • « An introduction to the Mumford-Shah segmentation model », Neurogeometry and visual perception, ibid., p. 335-342.
  • « Neurogéométrie et phénoménologie de la perception », Philosophie de la perception, J. Bouveresse, J.-J. Rosat (éd.), Collège de France-Odile Jacob, Paris, 2003, p. 53-76.
  • « Neurogeometry of V1 and Kanizsa contours », Axiomathes, 13, 2003, p. 347-363.
  • « Albert Ayme ou la possession picturale du temps », Il particolare, 9-10, 2003, p. 255-288.
  • « Functional architecture of the visual cortex and variational models for Kanizsa modal subjective contours », Seing, Thinking and Knowing, A. Carsetti (éd.), Kluwer, 2004, p. 55-69.
  • « Elogio della modernità. Il reincanto technico-scientifico del mondo nel pensiero di Gilbert Simondon », Realismo, illuminismo ed ermeneutica, F. Minazzi, D. Ria (éd.), Franco Angeli, Milan, 2004, p. 89-107.
  • « Le problème logique de la quantification existentielle chez Preti et Hilbert », Il pensiero filosofico di Giulio Preti, P. Parrini, L. Scarantino (éd.), Guerini, Milan, 2004, p. 109-143.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Petitot, « Épistémologie des modèles », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 118-121.

Référence électronique

Jean Petitot, « Épistémologie des modèles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16756

Haut de page

Auteur

Jean Petitot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals