Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Méthodes et techniques des sciences sociales

Méthodes et techniques graphiques

Françoise Vergneault-Belmont
p. 124-125

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Françoise Vergneault-Belmont, directrice d’études

1L’objectif de cet enseignement est multiple. Tout d’abord, offrir au public du séminaire une culture générale en cartographie, par l’étude attentive, systématique et critique de nombreuses cartes contemporaines, mais aussi de représentations cartographiques anciennes, échelonnées sur un large laps de temps. Ainsi, on a pu cerner l’évolution des fonctions et de l’aspect formel de ces objets de culture, témoins privilégiés de leur époque. Chemin faisant, il a été rappelé que tout document graphique demande à être abordé avec la même exigence critique que celle qui est requise pour l’examen d’un document écrit, d’autant que le lecteur attribue volontiers à la carte un statut intrinsèque de rigueur scientifique et d’exactitude qui n’est pas toujours fondé. D’où la nécessité d’une grille d’analyse concernant son contenu, mais aussi faisant une large part aux critères visuels chargés de transcrire celui-ci en image. Quel est l’énoncé réel que propose ce document ? Qui « parle » ? Quel est l’objectif, avoué ou pas, de ce message ? À qui s’adresse-t-il et quel en est le commanditaire ? Quels sont, par ailleurs, les types d’écriture graphique retenus : vocabulaire, syntaxe, rhétorique de la mise en page ; pourquoi ?

2Un tel apprentissage permet de mettre en place progressivement une grille de lecture systématique et critique, précieuse pour aborder, comprendre, voire décrypter les figures rencontrées dans la presse, les ouvrages scientifiques ou les documents officiels, administratifs ou militaires...

3La même grille peut être empruntée comme outil d’analyse pour appréhender la logique ou la cohérence des configurations spatiales que tracent au sol non seulement la nature, mais aussi les hommes, et qui peuvent témoigner dans ce dernier cas, de manière consciente ou pas, de l’univers social et symbolique qui est le leur.

4S’il est utile de savoir « lire » la carte, il importe de pouvoir élaborer soi-même les figures de savoir destinées, après avoir été outils d’expérimentation visuelle et de réflexion, à étayer une démonstration, selon une rhétorique graphique efficace et convaincante. À cet effet, la grille peut s’avérer une aide pour mettre de l’ordre et de la cohérence dans les données destinées à être traduites en image, et choisir de façon raisonnée les éléments iconiques les plus appropriés pour en rendre compte.

5Pour parfaire cette acculturation, on a revisité plusieurs itinéraires de chercheurs ayant emprunté la voie graphique pour faire progresser leur recherche, ce qui a donné l’occasion à chacun de retenir telle ou telle procédure (ou élément de procédure) pour la transférer ou l’adapter à sa propre démarche.

6Enfin, la pratique de la carte et de sa lecture, en relation avec la réalité qu’elle représente, a été testée lors d’une excursion de la journée dans le sud du Bassin parisien.

Publication

  • « La carte comme langage de réflexion », dans François de Dainville, pionnier de l’histoire de la cartographie et de l’éducation, textes réunis par C. Bousquet-Bressolier, Paris, École des Chartes, 2004, p. 203-224.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vergneault-Belmont, « Méthodes et techniques graphiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 124-125.

Référence électronique

Françoise Vergneault-Belmont, « Méthodes et techniques graphiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16758

Haut de page

Auteur

Françoise Vergneault-Belmont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals