Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Méthodes et techniques des sciences sociales

Socio-informatique des dossiers complexes

Francis Chateauraynaud et Didier Torny
p. 127-129

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Francis Chateauraynaud, maître de conférences avec Didier Torny, chargé de recherche à l’INRA

Concepts et méthodes pour l’analyse des dossiers complexes

1La multiplication des enquêtes portant sur des dossiers d’alertes, de controverses et de crises conduit à mettre en place des outils de comparaison et d’évaluation de la composition des corpus étudiés avec le logiciel Prospéra. Plusieurs séances du séminaire ont ainsi été consacrées à l’explicitation collective des règles de formation des corpus et des modalités d’échanges d’outils d’analyse transversaux (protocoles d’indexation, librairies de concepts et de formules, listes de descripteurs externes). Loin d’être triviales ou marginales, ces opérations sont décisives dès lors que l’on vise une forme d’accumulation réflexive de dossiers a priori hétérogènes. En effet, elles permettent de construire des collections de dossiers dont la disponibilité et la descriptibilité créent les conditions d’une intégration de travaux sociologiques dans un espace coopératif informatisé servant de base aux discussions et aux échanges. Chaque nouvelle enquête peut trouver ses marques en prenant appui sur un espace de variations, fournissant des catégories, des indices et des critères issus des traitements antérieurs. La mise en commun des données, et en particulier des données textuelles, est encore rare en sociologie. Il s’agit de contribuer à un changement d’échelle des études de sociologie pragmatique, en dotant le réseau des chercheurs concernés d’une bibliothèque de corpus et d’outils de réflexivité (Chéloné).

2Différentes applications en cours, notamment sur les politiques de la ville ou sur des affaires qui ont mis en jeu les sciences sociales (Sokal, Teissier...), ont montré comment le recours à des outils d’analyse qualitative formalisée permettait d’envisager autrement les rapports entre les sociologies pragmatiques et les expertises développées par les acteurs eux-mêmes. Par ailleurs, une séance a été consacrée à l’analyse critique des outils de synthèse utilisés par la commission Thélot dans le cadre du débat national sur l’école. Le coup politique qui a consisté à « synthétiser » près de treize mille débats à l’aide d’algorithmes statistiques standards ne peut résister à la critique : aucun échange d’arguments en situation n’est rendu visible par les protocoles utilisés. Il s’agissait en réalité de synthétiser des synthèses pré-formatées et non des débats. On voit ici l’intérêt qu’il y a à développer, en sociologie, des techniques alternatives capables de rendre justice à ce que font et disent les acteurs les plus divers aux prises avec des milieux et des dispositifs complexes qui, en l’occurrence, ne sauraient se réduire à une suite de mots d’ordre et de lieux communs.

3Conjointement, le séminaire a été l’occasion de poursuivre les échanges et les discussions théoriques et méthodologiques avec des chercheurs d’horizons très divers : Philippe Blanchard a présenté des outils d’analyse des médias sur la longue durée ; Mathias Szpirglas est intervenu sur la question du quiproquo et de ses modes de résolution en situation d’incertitude ; Juan Guerrero a fait le point sur ses analyses des formes de mobilisations suscitées par la situation colombienne ; Emmanuelle Savignac et Anne-Marie Waser ont présenté leur ouvrage consacré aux « start-up » (Les rois éphémères, 2003) ; Claude Henry et William Turner du LIMSI (Orsay) ont déployé l’apport des « pratiques collectives distribuées » mises en œuvre par différentes communautés d’internautes ; enfin, Jean-François Delannoy a fait le point sur les outils d’informatique linguistique utilisables pour identifier des arguments saillants dans des textes en langage naturel.

Publication

  • « Marlowe. Vers un générateur d’expériences de pensée sur des dossiers complexes », Bulletin de méthodologie sociologique, 79, juillet 2003, p. 5-46.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Chateauraynaud et Didier Torny, « Socio-informatique des dossiers complexes », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 127-129.

Référence électronique

Francis Chateauraynaud et Didier Torny, « Socio-informatique des dossiers complexes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16760

Haut de page

Auteurs

Francis Chateauraynaud

Articles du même auteur

Didier Torny

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals