Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Géographie

Europe centrale et orientale : transition de système et recomposition des territoires

Marie-Claude Maurel
p. 142-144

Entrées d’index

Index thématique :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

Marie-Claude Maurel, directrice d’études

Les trajectoires de transformation postsocialiste : acteurs et stratégies du développement territorial

1Quinze ans après l’effondrement du mur de Berlin, l’entrée dans l’Union européenne (UE) de huit pays candidats d’Europe centrale est présentée comme le point d’aboutissement logique des transitions de système. Ces deux événements politiques majeurs encadrent une transformation de grande ampleur des systèmes politiques, des sociétés et des territoires, placée au cœur de la réflexion développée dans le cadre du séminaire.

2Un premier thème a porté sur la question de la réorganisation territoriale de l’État au cours de la transformation postcommuniste. Tout changement de pouvoir induit un changement de maillage territorial. C’est ce qui s’est produit dans les pays d’Europe centrale, à deux reprises au moins durant la seconde moitié du XXe siècle, lors de l’imposition du système communiste, puis lors de la transition démocratique. Lorsque les codes politiques changent, qu’ils deviennent centralisateurs ou à l’inverse décentralisateurs, les découpages territoriaux, les hiérarchies et les réseaux de pouvoir s’en trouvent modifiés. Après une mise en perspective des réformes administratives de l’époque communiste, l’analyse a porté sur les réformes des systèmes politico-administratifs de l’après-communisme. Le développement de la démocratie politique, la décentralisation des compétences et des moyens, la régionalisation sont les principales dimensions de ce processus de réforme. D’abord introduite au niveau local, avec l’instauration de l’autonomie des collectivités locales, au début de la décennie 1990, la décentralisation politique a été progressivement étendue au niveau régional, vers la fin de cette même décennie. En fonction des héritages propres à chaque pays, des choix politiques pris par les majorités gouvernementales qui ont pesé sur le rythme et l’ampleur des réformes, on observe une réelle diversité des découpages administratifs et des modes de fonctionnement des collectivités territoriales. Loin de conduire à une relative uniformité des formes institutionnelles et des maillages territoriaux, ces réformes participent de la nouvelle différenciation des territoires observable dans l’Europe centrale postcommuniste.

3Progressivement, on voit s’affirmer, à l’échelle des nouvelles collectivités territoriales, des modes de gestion faisant place à la pluralité et à l’autonomie des acteurs politiques, économiques et sociaux. Une nouvelle approche de la régionalisation et du développement territorial se dessine dans les pays candidats à l’entrée dans l’UE. Elle puise son inspiration dans ce que l’on pourrait appeler le « modèle européen » de gestion territoriale, expérimenté par les démocraties libérales de l’Union européenne et diffusé à travers les instruments des programmes de pré-adhésion (PHARE, SAPARD). Ceux-ci ont eu pour objectif de promouvoir le transfert de savoir-faire et de favoriser ainsi le processus de convergence.

4De nouvelles logiques politiques et économiques se dessinent à l’échelle des territoires ruraux. Elles ont été appréhendées dans la seconde partie du séminaire et notamment dans le cadre des interventions données par J. Maciulyte (Université de Vilnius). Les plus dynamiques parmi les acteurs décentralisés (collectivités locales, ONG, associations civiles, coopérations microrégionales) ont vite compris l’enjeu financier et se sont emparés des instruments mis à leur disposition. Depuis la fin des années 1990, la diffusion des principes et des politiques de développement local commencent à faire sentir leurs effets. Leur impact sur les dynamiques territoriales reste toutefois très sélectif. Confrontées à des transformations rapides et radicales de leur environnement, les sociétés locales ne témoignent ni des mêmes capacités d’apprentissage ni des mêmes possibilités d’innovation. Localement, le succès dépend dans une large mesure de la capacité des élites locales à impulser des projets en partenariat avec d’autres acteurs et à mobiliser les forces endogènes. Selon les configurations locales, divers groupes d’acteurs sont repérables : les nouvelles élites politiques (les maires et conseillers municipaux), les entrepreneurs, les responsables du secteur associatif, etc. De leur capacité d’initiative dépendent l’élaboration de projets de développement local, la mise en valeur du patrimoine, l’animation de la vie culturelle, la prise en charge des problèmes sociaux. Dans cette perspective, les politiques culturelles des municipalités urbaines hongroises, au premier rang desquelles la capitale Budapest, ont fait l’objet des thèmes développés par Krisztina Keresztely (Académie des sciences de Hongrie).

Publications

  • Rolnictwo rodzinne w transformacji postkomunistyczniej. Anatomia zmian (L’agriculture familiale dans la transformation post-communiste. Anatomie du changement), Varsovie, IRWIR, Polskiej Akademii Nauk, 2003, 184 p.
  • « Trajectoires post-socialistes et recomposition des territoires en Europe centrale », dans Post-communisme : les sciences sociales à l’épreuve, sous la dir. de M. Forest, G. Mink, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 37-50.
  • « Les héritages soviétiques en Europe de l’Est. Deux visions concurrentes de la transformation post-socialiste », dans L’Europe de l’Est quinze ans après la chute du mur, sous la dir. de Y. Richard, A. L. Sanguin, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 17-22.
  • « L’élargissement à l’Est : une nouvelle donne pour l’Union européenne », Annales de géographie, mars-avril 2004, 636, p. 115-123.
  • « Différenciation et reconfiguration des territoires en Europe centrale », op. cit., p. 124-144.
  • « Les enjeux des mutations des territoires ruraux : l’improbable convergence vers un modèle agricole européen », dans Les incertitudes du grand élargissement. L’Europe centrale et balte dans l’intégration européenne, sous la dir. de B. Chavance, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 147-180.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claude Maurel, « Europe centrale et orientale : transition de système et recomposition des territoires », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 142-144.

Référence électronique

Marie-Claude Maurel, « Europe centrale et orientale : transition de système et recomposition des territoires », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16772

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals