Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Géographie

Géographie et histoire du territoire : identités, savoirs, aménagement

Marie-Vic Ozouf-Marignier
p. 144-146

Entrées d’index

Index thématique :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

Marie-Vic Ozouf-Marignier, directrice d’études

Décentralisation et recompositions territoriales infra-étatiques. Approches contemporaines

1Durant cette première année, le séminaire a entamé une réflexion sur la pensée et les modalités de la décentralisation en Europe. Trois approches complémentaires ont été articulées. Elles seront poursuivies au cours des années prochaines. Dans un premier temps, nous avons posé les éléments de problématique destinés à sous-tendre un programme de recherche pluriannuel sur les recompositions territoriales en Europe à l’échelon infra-étatique. On peut partir d’une composante majeure de la revendication territoriale en faveur du local. Celle-ci aspire toujours à faire reconnaître des entités pertinentes, par opposition à des circonscriptions existantes qui ne le seraient pas. « Pertinence », ce mot parcourt la littérature relative à la structuration territoriale, qu’elle soit produite par les gouvernements ou par les représentants locaux. Cette posture discursive dissimule plusieurs postulats dont le caractère fictionnel a été examiné d’un point de vue critique. Ils touchent aux principaux attributs du territoire : sa nature, son format, son périmètre.

2Une deuxième série de séminaires a consisté dans un repérage historiographique des analyses proposant des problématiques originales relatives à la politique française et européenne en matière d’aménagement du territoire et de décentralisation. On a par exemple étudié les travaux menés sous la direction de Françoise Gerbaux sur le thème de la complexité et de l’utopie territoriales. Partant du constat de la superposition de découpages territoriaux de plus en plus nombreux (mailles politico-administratives, découpages produits par les politiques publiques depuis les années 1960, territoires de la contractualisation européenne), les auteurs montrent que les politiques sont actuellement guidées par un enjeu fondamental : introduire de la cohérence et de la rationalité en mettant en coïncidence les territoires du politique, de l’économique, du social et du culturel. Face à cette situation, il est possible de proposer une lecture de la complexité comme consubstantielle à l’évolution de la société et de déjouer quelques stéréotypes de l’utopie aménagiste.

3Un troisième ensemble de séances a été consacré à des analyses de temps forts de la pensée et de l’action en matière de partition territoriale. Nous nous sommes notamment intéressés à la période courant de la fin des années 1930 à l’Occupation. Deux groupes d’acteurs et de pratiques ont été pris comme observatoires : les travaux des ethnologues et folkloristes d’une part, les réformes administratives et territoriales de l’État français en 1940-1941. Dans l’entre-deux-guerres en effet, l’essor de l’ethnologie de la France se traduit par une attention particulière à la vie provinciale, dans le sillage d’un régionalisme culturel plus ancien. Une des caractéristiques de ce mouvement scientifique est, comparativement aux exigences que s’étaient imposées au début du siècle d’autres sciences sociales, la géographie ou la science sociale leplaysienne par exemple, l’absence de rigueur dans la prise en compte de l’échelle des différences et des identités territoriales. Van Gennep lui-même, pourtant particulièrement attentif à l’inscription et à la variation géographique des faits folkloriques, hésite entre la classification et l’identification : la zone se dilue dans la variation à l’infini et incessante du matériau ethnographique, « comme de simples irisations ». On observe, bien qu’il s’agisse d’un tout autre registre, la même dilution de l’objet géographique dans la cohorte de réformes administratives entreprises par le régime de Vichy à partir de l’été 1940. Agitant l’épouvantail de la décentralisation à travers le découpage de la France en provinces inspirées des revendications maurrassiennes, il renforce par ailleurs la centralisation de l’administration en déconcentrant le pouvoir au profit de préfets régionaux. Province et région, ces deux institutions prennent forme selon des voies parallèles et paradoxales. La modernité économique est plus présente qu’on ne le croit dans le projet de la première, pourtant ancrée dans un folklore tourné vers le passé. En revanche, la préfecture régionale ne constitue qu’un cadre bureaucratique, « une excroissance de la fonction préfectorale » (P. Barrai), inscrite dans la tradition centralisatrice française, alors que la région est depuis le dernier quart du XIXe siècle l’étendard de la revendication décentralisatrice, dans sa composante la plus économique et moderniste. À titre comparatif, la construction des représentations régionales du Brésil dans les années 1930-1950 a été étudiée par Heliana Angotti Salgueiro.

4Portant sur la période actuelle, plusieurs séances ont été consacrées à l’analyse de la politique régionale européenne. Après une approche synthétique des objectifs et outils de cette politique, quelques situations nationales ont été examinées grâce aux interventions de plusieurs participants au séminaire : celle de l’Espagne (Josefina Gomez Mendoza et Jacobo Garcia Alvarez), de l’Italie (Dominique Rivière et Annick Tanter-Toubon), de l’Allemagne (Christophe Queva). La question du découpage territorial et administratif a également donné lieu à des exposés portant sur des pays non européens : le Mali (Stéphanie Lima) et l’Iran (Morad Saghafi).

Publications

  • « La monographie de “pays” : le conflit entre science leplaysienne et géographie autour d’un monopole (1890-1910) », Revue d’histoire des sciences humaines, 9, « L’espace : objet ou méthode des sciences humaines ? », octobre 2003, p. 13-35.
  • Avec A. Sevin, « Introduction. Formes de savoirs géographiques. Des monographies aux lectures de la régionalisation », op. cit., p. 3-11.
  • « Le territoire, nouvelle vague », à propos du numéro « Territoires en questions » (1-2004), Ethnologie française, XXXIV, juil.-sept. 2004, 3, p. 531-533.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Géographie et histoire du territoire : identités, savoirs, aménagement », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 144-146.

Référence électronique

Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Géographie et histoire du territoire : identités, savoirs, aménagement », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16773

Haut de page

Auteur

Marie-Vic Ozouf-Marignier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals