Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire sociale et démographie

Histoire des institutions (Europe, XVIIIe-XIXe siècles)

Sabina Loriga, Olivier Abel et Enrico Castelli Gattinara
p. 175-176

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sabina Loriga, maître de conférences avec Olivier Abel, professeur à l’Institut protestant de théologie de Paris et Enrico Castelli Gattinara, professeur à l’Université de Rome

Temps, mémoires, histoire

1Dans ce séminaire collectif, conçu comme lieu de rencontre entre historiens et philosophes, nous avons continué la réflexion engagée les trois dernières années sur la représentation du passé. Au cours de cette année, nous avons abordé en particulier le problème de la contemporanéité et celui de l’anachronisme. Il s’agit d’une question historiographique étroitement liée à la compréhension éthique d’autrui d’une part, à la reconstruction cognitive, d’autre part, d’une saisie poétique du temps : comment peut-on se faire contemporain d’une époque passée ? Comment peut-on s’approcher des gens d’autrefois, « de leur avoir-été-vivant » ?

2Notre réflexion s’est appuyée, en particulier, sur les textes suivants, à peu près cités dans l’ordre de nos séances de travail qui en ont, en réalité, croisé les analyses : de Siegfried Kracauer, le sixième chapitre de History. The last things before the last et « Une rue sans mémoire », réédité dans Rues de Berlin et d’ailleurs ; la deuxième partie de Temps et récit III, le temps raconté de Paul Ricœur ; l’article de Jacques Bouveresse, « Les énigmes du temps » ; l’essai de R.W. Emerson de 1844, « Expérience » ; la « philosophie du paysage » de Georg Simmel ; l’article de Nicole Loraux, « Éloge de l’anachronisme en histoire » ; et l’article de Jacques Rancière, « Le concept d’anachronisme et la vérité de l’historien ».

Sabina Loriga, maître de conférences

Histoire et biographie

3Dans la première partie du séminaire, nous avons analysé trois moments clés de l’évolution du genre biographique : l’affirmation de la biographie littéraire entre la fin du XVIIe et les premières décennies du XVIIIe siècle, la professionnalisation de la biographie au cours du XIXe siècle, et l’avènement de la soi-disant New Biography au début du XXe siècle. Cette analyse nous a permis de réfléchir sur quelques-unes des raisons de friction entre l’approche historiographique et celle du genre biographique, tout au long du XIXe siècle. Simultanément, nous avons pu mesurer le mépris d’une grande partie de la littérature contemporaine à l’égard de la biographie. Nous avons ensuite interrogé le problème de la relation existant entre la vie et l’œuvre de l’artiste. Dans cette perspective, nous avons examiné tout d’abord les articles de Charles-Auguste Sainte-Beuve sur Chateaubriand (Nouveaux lundis, t. III, 21 et 22 juillet 1862), censés exposer « une fois pour toutes » la méthode biographique, ainsi que les considérations sur la nature de l’œuvre d’art de Hippolyte Taine, dans Philosophie de l’art (t. I, chap. 1er). Puis nous avons étudié l’acte d’accusation de Marcel Proust contre la biographie, « La méthode de Sainte-Beuve » dans Contre Sainte-Beuve (1908) et, enfin, le texte sur l’imagination du poète écrit par Wilhelm Dilthey, en 1887, publié dans les Écrits d’esthétique. Ce dernier texte nous a permis de dépasser l’opposition entre vie et œuvre créée par le débat entre Sainte-Beuve et Proust.

4Dans la seconde partie du séminaire, nous avons approfondi la complexité du lien existant entre vie et œuvre d’art, à travers l’examen de trois biographies sui generis : à savoir, Mozart de Norbert Elias, visant la sociologie d’un génie ; Rahel Varnhagen de Hannah Arendt, proposant la biographie d’une pensée ; et Offenbach de Siegfried Kracauer, conçu comme la biographie d’une ville (le Paris du Second Empire).

5Au cours de cette année universitaire, j’ai eu l’occasion de présenter mes réflexions sur l’histoire biographique dans le cadre du colloque organisé par la Fondation Boudiaf, à Alger, « Micro-histoire, biographies et monographies » (19-21 septembre 2003) ; dans l’atelier franco-hongrois de Budapest (5 avril 2004), ainsi qu’à l’IRMC de Tunis, dans le cadre des journées d’études doctorales, « Histoire de familles et biographies : l’apport de la micro-histoire » (14-16 mai 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabina Loriga, Olivier Abel et Enrico Castelli Gattinara, « Histoire des institutions (Europe, XVIIIe-XIXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 175-176.

Référence électronique

Sabina Loriga, Olivier Abel et Enrico Castelli Gattinara, « Histoire des institutions (Europe, XVIIIe-XIXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16798

Haut de page

Auteurs

Sabina Loriga

Articles du même auteur

Olivier Abel

Articles du même auteur

Enrico Castelli Gattinara

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals